mercredi 30 septembre 2009

Titus, roi des gorilles



très intéressant pour moi, qui suis persuadé que les rythmes et cycles que j'étudie sont des pulsations du vivant, et donc ne s'appliquent pas uniquement aux humains...
===============

24Heures.ch :

Titus, le roi des gorilles, est mort à l'âge de 35 ans
rwanda | Le célèbre gorille au dos argenté est mort de vieillesse lundi. Il a succombé dans le parc national des Volcans.


"C'est avec une grande tristesse que l'ORTPN a appris la mort du légendaire Titus, connu comme le roi des gorilles", indique un communiqué officiel. "Il n'était pas seulement le plus puissant des dos argentés du Parc national des Volcans, il était aussi l'un des gorilles les plus connus", selon l'ORTPN.

"Né le 24 août 1974, il a été toute sa vie l'objet de nombreuses études scientifiques", ajouté le communiqué en précisant que Titus était "mort de vieillesse à l'âge de 35 ans".


==============

sous réserve que la date de naissance soit juste - mais d'après le résultat des rythmes çà en a tout l'air :

septembre 2009 (24/08/1974)
Je 10
Ve 11
Sa 12 E(8)
Di 13 I(1)
Lu 14 P(18)
Ma 15

Titus est décédé trois semaines après son 35ème anniversaire, près de sa date anniversaire, donc, en pleine période critique septennale et son jour critique physique P18.

si les chercheurs l'ont bien observé ils ont dû remarquer que son jour critique émotionnel (jour de mélancolie et/ou mauvaise humeur) c'est le samedi... :-)

sortie loupée

Sud-Ouest.com :
Samedi 19 Septembre 2009
--------------------------------------------------------------------------------
ROCHEFORT. La chambre de l'instruction dira si elle envoie en psychiatrie l'assassin d'un gardien de boîte de nuit, en 2007
........
L'accusé est une espèce de géant, 2 mètres de haut, 160 kilos. Tout au long de son procès, il va rester prostré, sous l'effet des médicaments qu'il prend à forte dose pour enrayer ses crises maniaco-dépressives.

Alain Menet, 44 ans, ancien agriculteur à Échillais, est accusé d'avoir, en 2007, abattu d'un coup de fusil de chasse Anthony Dutin, 27 ans, vigile de la boîte de nuit Studio 34 à Rochefort.
...
Une crise qui couvait

Soigné depuis un an et demi pour des crises maniaques, interné à deux reprises à la demande de ses proches, Alain Menet bénéficie depuis quelques jours d'une mesure de « sortie d'essai ».

Mais les choses se passent mal. Depuis le mercredi, les parents et le frère d'Alain, inquiets de son comportement, téléphonent au centre hospitalier rochelais Marius-Lacroix où l'infirmier psy qui suit le malade les rassure : ses dernières analyses permettent d'écarter tout risque d'incident grave.

Fatale erreur : dans la nuit du dimanche au lundi 16 décembre, Alain embarque plusieurs de ses fusils de chasse dans son fourgon Mercedes. Il est une première fois maîtrisé devant le Vegas, à Saintes, par les vigiles qui lui confisquent l'arme qu'il porte.

Un peu plus tard, il menace un passant avec un couteau de chasse qu'il vient d'acheter puis s'en va faire le coup de feu contre plusieurs véhicules et habitations d'Échillais. Tous appartiennent à des personnes qu'il tient pour responsables du suicide de son meilleur ami.

Enfin, vers 2 h 45 du matin, c'est le drame : arrivé devant le Studio 34, dont on lui a refusé l'accès pour une sombre histoire de bouteille qu'il n'aurait pas payée, Alain Menet fait feu à deux reprises, blessant quatre clients et tuant le malheureux vigile.

===============

période critique septennale des 42 ans : pic de crises et de risque... il est donc risqué de sortir quelqu'un à l'essai juste à ce moment là, sans assistance adéquate.
(si 44 ans aujourd'hui c'est 42 ans en 2007)
jour critique émotionnel le jour du drame ? (le jour critique émotionnel - le jour critique physique aussi selon les individus - est fréquemment le "jour de disjonction" s'il y a drame, en raison des pulsions survenant ce jour là).

kidnapping

Figaro :
La joggeuse kidnappée en forêt reste introuvable
Christophe Cornevin

Déjà condamné pour viol, son ravisseur présumé a été surveillé jusqu'en novembre dernier.

La disparition de Marie-Christine Hodeau, menacée d'un couteau et kidnappée dans le coffre d'une voiture lundi matin lors de son jogging près de Milly-la-Forêt (Essonne), pourrait relancer la polémique sur le suivi des criminels sexuels. Les antécédents judiciaires de son ravisseur présumé, interpellé non loin, à Échilleuses, et placé en garde à vue prolongée, sont éloquents : avec un mode opératoire étrangement similaire, cet homme de 47 ans avait bâillonné, kidnappé et violé une fillette de 13 ans le 1er octobre 2000. Agissant déjà sous la menace d'une arme blanche et près de la commune d'Échilleuses, il avait embarqué sa victime à bord de son véhicule puis dans une forêt voisine. Interpellé deux jours plus tard, il avait été condamné le 18 juin 2002 à onze ans de réclusion. Au procès, les experts n'avaient remarqué «aucune anomalie mentale ou psychique de dimension psychiatrique aliénante». En revanche, ils avaient noté une «dépendance à l'alcool» entraînant un «penchant sexuel agressif inapproprié». Placé en liberté conditionnelle pour «bonne conduite» le 5 mars 2007, il a fait l'objet d'un contrôle judiciaire strict accompagné d'une obligation de soins liés à ses problèmes d'alcool. Depuis la fin de sa peine le 21 novembre dernier, il était enfin exonéré de tout contrôle…

2 minutes 17 secondes

L'ex-violeur a-t-il rechuté ? Lundi, à 9 h 10, Marie-Christine Hodeau a en tout cas été enfermée de force dans le coffre d'une Peugeot 106 grise immatriculée à Paris depuis lequel elle a donné l'alerte en composant police-secours avec son mobile. Son appel, traité d'abord par un gendarme du central d'Évry, puis basculé vers la brigade de Milly-la-Forêt où elle répétait la même histoire, a duré 2 minutes 17 secondes avant d'être soudain interrompu. «En écoutant la bande, il semble à cet instant que le conducteur ait arrêté le moteur puis ouvert le coffre avant que le silence se fasse…», décryptait hier le procureur adjoint d'Évry, Michel Lernoult. L'ex-violeur, interpellé peu après dans une longère d'Échilleuses où il est gardien en compagnie de sa femme, a été vu par un témoin au volant de la 106 une heure avant l'appel. Le véhicule, dont lui seul avait les clés, a par ailleurs été filmé par la caméra de vidéosurveillance d'un supermarché au moment des faits. En dépit de ces éléments, il persistait à nier hier tandis que 200 gendarmes continuaient à battre la forêt.

==============================

je m'étais posé des questions au sujet de la jeune femme qui, si elle à 42 ans se trouve en pleine période critique septennale... (il est des personnes qui peuvent affabuler dans ces moments là, car ce peut être une période de perturbations)
mais le fait qu'elle cite le numéro d'immatriculation d'un véhicule que l'on retrouve ensuite avec un ancien condamné est très inquiétant...

et si les données sont justes, du fait qu'un individu ait commis un enlèvement et un viol le 1er octobre 2000 à peu près dans les mêmes conditions, (c'est un dimanche) et que la jeune femme ait disparu un lundi matin, on peut faire un rapprochement dans la mesure où s'il y a récidive suite à des pulsions, celle-ci a tendance à arriver le même jour de la semaine.
un graphique daté du 1/10/2000 montre pour dimanche 27 et lundi 28/09/2009 un jour critique (jour de pulsions)


Ve 25
Sa 26
Di 27 P(18) E(8) I(17)
Lu 28 P(19)

Ma 29

un autre élément peut être constitué par la date très voisine du passage à l'acte. cela pourrait signifier que l'individu n'est peut-être pas loin de son anniversaire. car là aussi peuvent surgir les mêmes pulsions... à peu près au même moment...(1/10/2000 et 28/09/2009)...

et enfin la 47 ème année de vie est elle aussi une année critique (cycle physique sextennal selon moi) mais nous sommes dans la 48ème année en fait si l'intéressé a 47 ans.

tout ceci toujours avec prudence et toutes les réserves que cela implique face à une situation dramatique... puisque c'est à condition que les dates soient justes, et aussi que ne soit pas oubliée la présomption d'innocence d'une personne... et ce n'est qu'une tentative d'interprétation - d'après mon expérience - mais elle peut aussi être faussée par suite de coïncidences...

les dates de naissance respectives permettraient d'en savoir un peu plus : un jour critique émotionnel peut être jour d'affabulation, mais jour critique physique et un jour critique émotionnel sont aussi des jours de pulsions pouvant mener à un passage à l'acte criminel...

édit : France Inter vient de préciser que le suspect a avoué avoir tué la jeune femme... aïe la récidive !

mardi 29 septembre 2009

amnésie

Elle reconnaît le meurtre, mais ne se souvient plus de rien

(sur Librairie 3ème oeil.)

" Depuis hier comparaît à Douai une Croisienne de 66 ans accusée d'avoir tué son concubin, de vingt ans son cadet, le 29 janvier 2006. Si Anny Chantraine reconnaît avoir planté un couteau dans le thorax de Bernard Houacine, elle affirme ne plus se souvenir de rien ensuite.

Une affaire, encore une, sur fond d'alcool, des violences que génère sa consommation excessive, et de détresse morale. Ce dimanche d'hiver, il est 19 h 30 quand le SAMU reçoit un appel. Anny Chantraine explique que son concubin est tombé de son lit médicalisé et qu'il gît au sol, inanimé. Les secours constatent que la victime présente une plaie à la poitrine, sous un pansement. Elle est dans un état critique et empeste l'alcool. Les analyses révéleront que Houacine présentait un taux de 3,2 g d'alcool par litre de sang. Anny Chantraine avait bien consommé, elle aussi : l'éthylotest trouvera plus d'un milligramme d'alcool par litre d'air expiré. De toute façon, il y a des bouteilles de vin partout, dans la maison de la rue Vaillant...

Des bouteilles partout

Houacine est emmené à Victor-Provo. Il y décédera trois jours plus tard. Entre-temps, les policiers entendent Anny Chantraine, qui finira par reconnaître s'en être pris à celui dont elle partageait la vie depuis treize ans. Mais pour le reste... Quand les secours prennent en charge Houacine, ses vêtements sont intacts. Et pour cause. Dans la machine à laver, les policiers découvrent un drap, une couverture présentant des auréoles suspectes, mais surtout un pull avec un trou de 1,5 cm au niveau de la poitrine. Dans une bassine, un T-shirt lavé porte le même accroc. « Il se peut que j'aie soigné mon ami, que j'aie lavé ses vêtements avant d'appeler les secours, mais je vous assure que je ne me vois pas le faire, a déclaré l'accusée. Je ne sais pas non plus ce qui a pu me faire faire ça. Franchement, ce n'est pas dans mon intérêt de dire que je ne me rappelle de rien... » Amnésie liée à l'alcool ? Amnésie inconsciente, parce qu'elle n'était pas capable d'assumer ? Amnésie simulée ? Certainement un peu des trois, selon la psychologue qui a examiné Anny Chantraine. En tout cas, l'analyste, comme tous les témoins, dira que la sexagénaire aimait profondément celui qu'elle a rencontré dans une brasserie de Lille. Avec lui, elle pensait sans doute ne plus connaître les violences qui furent son quotidien pendant trente ans, et qui, sur insistance de ses trois filles, l'ont amenée à demander le divorce en 1991. Mais c'est bien le sort qui lui est réservé, dès que le couple emménage chez la mère d'Anny, six mois après leur rencontre. « Elle avait des bleus, elle disait qu'elle était tombée dans l'escalier », expliquera une ancienne collègue d'Anny.

Aux Trois-Suisses où l'accusée était opératrice de saisie, le drame surprend. Une quête est organisée, et des courriers envoyés à l'accusée, décrite comme attentive et maternante. Elle avait pris sa retraite en 2003. À cette date-là, Houacine, couvreur de métier, avait déjà eu un accident de moto. Un an plus tard, une chute d'un toit et des ennuis de santé le rendront complètement dépendant. « Il me le faisait payer », dira l'accusée, qui a pleuré quasiment sans discontinuer, hier. Le verdict est attendu pour ce soir."

Un article de V. B.

Source : LA VOIX DU NORD (29 septembre 2009)

=============

pourquoi et pourquoi une éventuelle amnésie... peut-être un lien avec la période critique septennale dans laquelle se trouvait l'intéressée au moment du drame ?
66 ans aujourd'hui c'est 63 ans en 2006...
jour critique émotionnel ?

lundi 28 septembre 2009

crise d'adolescence

l'adolescence est la période critique septennale la plus connue, la plus marquée et marquante... tout le monde le sait : çà se passe autour des 14 ans...

et la crise d'adolescence, dont tout le monde connaît les multiples manifestations est l'un des symptômes de cette période critique.

et bien il se passe un peu la même chose lors de chacune de nos périodes critiques septennales : c'est simplement une variante. lors de ces périodes qui se situent autour de nos années de la table de sept, et dont l'effet démarre généralement assez précisément six mois avant un anniversaire septennal.

ce sont des périodes qui nous transforment et elles sont destinées à cela : tout comme la période de l'adolescence, qui va nous faire grandir en nous faisant faire un bond vers l'âge adulte (la période septennale des 21 ans constitue une autre étape de cet épisode de "croissance").

ainsi les périodes septennales suivantes sont également - dans un aspect moins visible physiquement - destinées à nous faire avancer et évoluer : comme expliqué précédemment et ailleurs dans mes blogs, on y entre environ six mois avant nos 28 ans, nos 35 ans, 42, 49, 56, 63, 70, 77, 84 et 91 ans... eh oui même sur le tard, les périodes de transformation - et de remise en cause - se poursuivent.

si l'on voulait imager la chose, il s'agit d'une sorte de métamorphose qui dure de quelques semaines à une année, une année et demie : souvent lorsque l'on émerge de cette période chrysalide on est changé... on a changé des choses. on a évolué.

cet épisode se passe en général relativement bien, et l'on maîtrise la situation et nos préoccupations, on organise et planifie des changements que l'on a envie d'opérer : tout au plus peuvent survenir des épisodes de blues, déprime voire dépression.

il arrive cependant chez certaines personnes qu'elles soient prises au dépourvu ou dépassées, et soient perturbées, parfois gravement, ne comprenant pas ce qui se passe, ce qui leur arrive. c'est alors que peuvent survenir de nombreuses manifestations très diverses allant de la grave et longue dépression, en passant par un certain nombre de maladies, et même des épisodes parfois de violence, lorsque "on ne s'en sort plus"...

c'est là que le fait de comprendre ces mécanismes et de voir venir à l'avance, à leur date, va pouvoir aider à mieux gérer une situation qui est en principe à durée déterminée. (il y a des personnes qui n'arrivent pas à sortir de leur crise septennale : là c'est une tournure plus grave, et elles peuvent "traîner" alors jusqu'à la période suivante : sept ou huit années de problèmes de stabilité ou plutôt d'instabilité...!)

les symptômes qui peuvent "nous tomber dessus" à l'arrivée d'une période critique septennale sont très divers mais les connaître aide à comprendre, donc à assumer, à gérer : on peut subitement déprimer (la dépression septennale attachée à cette période est une dépression longue et grave), ne plus avoir envie de rien, ne plus avoir d'énergie, remettre en cause son couple (la plupart des mésententes conduisant à des séparations voire des drames arrivent à un moment septennal de l'un ou de l'autre des partenaires), remettre en cause son travail, sa vie même, tomber gravement malade, devenir "mauvais", voire "méchant", changer de personnalité, etc... etc... savoir cela permet de s'alerter et surtout de comprendre ce qui nous arrive, ou ce qui arrive à l'autre.

face à un tel symptôme ou quelque chose qui y ressemble, je commence toujours par m'intéresser à l'âge de la personne concernée, pour voir où elle en est de ses cycles.

dimanche 27 septembre 2009

pulsions désinhibition

la période critique septennale et le jour critique émotionnel sont des épisodes de pulsions/désinhibition.

j'essaierai d'y revenir en détail mais ces épisodes sont des pulsations qui vont nous faire bouger :

- chaque septième jour de notre vie
- chaque septième année de notre vie

nous avons alors tendance à faire des choses que nous hésitons à faire autrement, que nous ne ferions pas d'ordinaire, que nous avions tendance à remettre à plus tard, cela peut aussi donner un effet "goutte qui fait déborder le vase", etc...

jour critique et année critique donnent cependant lieu à des comportements distincts, bien entendu, le jour critique étant un passage rapide dans une période "critique", alors que l'année critique est une période de remise en cause de longue durée.

ce phénomène fait "fonctionner" tous les humains en les faisant agir - subconsciemment pour le moment puisque ces cycles dont je parle sont ignorés - agir surtout à ce moment là.

c'est un phénomène qui est un des moteurs de la vie et de l'évolution : les pulsions vont nous inciter, nous aider, finir de nous convaincre de (agir, bouger, passer à l'acte, changer, entreprendre, casser, rompre, etc...)

mais il n'y a pas que des pulsions le système est très ingénieux et - pour encore plus d'efficacité - a prévu simultanément une désinhibition momentanée : on a réduit voire supprimé les freins de sorte que çà va fonctionner encore plus facilement, nos inhibitions ne vont pas nous entraver pour agir et bouger. nous avons moins peur ou plus peur du tout, de faire ou changer quelque chose...

en fait c'est "moteur" + "relacher les freins" et ceci
- chaque septième jour de notre vie
- chaque septième année de notre vie.


cela permet d'expliquer les nombreux "passages à l'acte" en tout genre, dans ces moments là, y compris, hélas, aussi les drames comme drames conjugaux et familiaux, les suicides, etc...

amnésie

"Amnésie l'énigme James Brighton" est inspiré d'un fait divers...
en cherchant l'âge de la personne, je n'ai rien trouvé concernant le fait divers en question, tombant sur de multiples posts concernant le film sur le sujet.
j'avais vu aussi qu'il s'agissait finalement d'un imposteur qui a été arrêté ensuite.

çà m'avait tout l'air d'être une idée septennale : il faut alors chercher en sens inverse : "27 ans nu et amnésique" (27 ans et demi correspondant au point départ de l'année septennale des 28 ans et au point de survenance de - parfois - drôles d'idées) et effectivement je tombe à nouveau sur le film mais au moins c'est "Environ 27 ans. Il se réveille nu et amnésique dans une ruelle du Vieux Montréal"... ce qui pourrait effectivement confirmer l'âge septennal de la personne en question.

samedi 26 septembre 2009

tentative de meurtre et suicide

SKCenter :

Un chômeur tchèque ouvre le feu dans une imprimerie avant de se suicider

Un imprimeur tchèque licencié, âgé de 55 ans, a ouvert le feu jeudi matin dans une imprimerie de Zlin, blessant grièvement deux personnes dont le propriétaire de l'entreprise, avant de retourner l'arme contre lui, a annoncé la police locale.

Vers 8 heures, "un ancien employé de l'imprimerie a d'abord tiré sur le propriétaire, âgé de 54 ans, puis sur un autre employé de la société âgé de 41 ans", a indiqué la porte-parole de la police régionale, Sona Svobodova. La fusillade a eu lieu à proximité d'une rampe de chargement de l'imprimerie, a-t-elle précisé dans un communiqué.

Selon les premières informations des média locaux, la fusillade s'est produite dans une salle où se tenait une réunion de la direction de l'imprimerie. L'auteur de la fusillade, un ancien contremaître de cette imprimerie, a retourné l'arme contre lui quelques instants plus tard, dans un bureau de l'entreprise, selon Mme Svobodova.

"L'homme de 55 ans, soupçonné de la double tentative de meurtre, est mort à l'hôpital des suites de ses blessures", a déclaré la porte-parole. Son licenciement "figure parmi les mobiles possibles" de son acte, a-t-elle ajouté. Il s'agit du premier cas semblable enregistré en République tchèque, note l'agence CTK.

L'état des deux hommes blessés était jugé alarmant à la mi-journée.
"Il s'agit de graves blessures par balles à la tête", a indiqué le porte-parole des services médicaux d'urgence, Petr Olsan. Le taux de chômage dans le district de Zlin se situait le mois dernier à environ 10%. "Il n'y a que très peu de postes disponibles chez nous", a dit à l'agence CTK la porte-parole de l'agence locale pour l'emploi, Miriam Majdysova

Source : 7 sur 7

===========================

l'intéressé est à 55 ans devant sa période critique septennale des 56 ans : le pic à risque (coup de folie, suicide, etc... chez les personnes perturbées) se situe à 55 ans et demi moment de l'entrée dans la période critique septennale.

meurtre d'une octogénaire

SKCenter :
Vingt-trois ans de prison pour le meurtre d'une octogénaire

Vingt-cinq ans avait été requis à l'encontre de l'accusée

Christine Rolancy a été condamnée pour vol et violences volontaires ayant entraîné la mort de sa propriétaire, en lui portant onze coups à la tête, le 20 juillet 2007 à Sail-sous-Couzan

À l'énoncé du verdict, hier, après trois heures de délibérations, l'accusée plonge le visage dans ses mains et donne un coup de pied dans le box.

Christine Rolancy est condamnée à vingt-trois ans de réclusion criminelle pour avoir mortellement frappé et volé sa propriétaire à Sail-sous-Couzan, le 20 juillet 2007.

L'accusation et la défense s'accordent sur l'enfance de l'accusée. L'avocat général, M. Merle, le concède : « L'accompagnement financier n'a pas comblé les manques dans une famille de non-dits ».

Reprenant une phrase de Jacques Brel, « Chez ces gens-là, Monsieur, on ne cause pas », Me Buffard soutient aussi que Christine Rolancy, petite « fille modèle » privée d'expression et assoiffée de liberté à l'adolescence, a « choisi le mauvais garçon ».

Mais cette unanimité s'arrête à l'enfance. Pour l'accusation, « Christine Rolancy a appris très tôt à manœuvrer pour échapper à la rigidité familiale. Redoutable manipulatrice, elle tente d'apitoyer sur son sort avec une faculté de tordre l'histoire à sa façon.

Dans son parcours fait de plaies et de bosses, elle croise le chemin de cette vieille dame. Elle est dans la galère financière. Le 20 juillet 2007, elle arrive chez sa propriétaire, cette dame pleine aux as qui ose lui réclamer une augmentation de loyer. La rage est en elle et un simple mot provoque l'étincelle : Raymond, son dernier ami, décédé depuis peu. C'est l'acide versé sur la plaie ».

L'avocat général évoque son sang-froid. « Elle arrose de javel pour effacer ses empreintes, se douche, lave ses vêtements tachés, cherche une planque, se débarrasse du butin. Il faudra une dénonciation pour obtenir de tardifs aveux. »

À l'encontre de ce « démon maquillé en ange », déjà condamné pour violence, l'avocat général requiert vingt-cinq ans de réclusion criminelle.

Sans justifier l'inadmissible, Me Buffard porte un regard différent : « Christine Rolancy est victime de ses amours et de la drogue. Il est des destins où tout s'enchaîne. Dans cet univers, on apprend à tricher, à mentir, à voler pour une dose. Sa vie n'est plus qu'une lente mais certaine descente aux enfers. En 2007, c'est une femme détruite que rien ne raccroche au monde.

Elle a tellement mal qu'elle a envie de faire mal. De façon irrationnelle, cette vieille dame va payer pour toutes ses années de déchéance. Elle a entrepris un travail de retour à la vie. La prison peut l'aider à se reconstruire, mais sa rédemption passe par une main que la justice peut lui tendre par une peine plus légère. »

La cour et les jurés n'ont pas cru en une prochaine rédemption.

« C'était une élégante vieille dame, la mémoire vivante de la famille »
Une photo de la victime, prise le jour de ses 80 ans, est montrée aux jurés. Celle d'une élégante et pimpante vieille dame dans son corsage fleuri. Ses trois neveux, parties civiles, vivaient près de chez leur tante défunte.

Ils étaient ses enfants car elle n'en avait pas eu. Quand tour à tour, ils témoignent à la barre, les trois frères sont submergés par l'émotion : « Elle était la mémoire vivante de la famille. Une famille sans histoire. Nous vivons tous dans un périmètre de cent mètres à Sail-sous-Couzan. Tatan avait l'élégance, au sens propre comme au figuré. Le seul mot qui nous vient à l'esprit, c'est pourquoi ? Et nous ne saurons jamais. »

Me Benalikhoudjan, pour la partie civile, ne voit que « la manipulation et aucune sincérité » dans les paroles d'une accusée qui se « pose en éternelle victime. Mais la victime, c'est bien cette vieille dame vulnérable sur laquelle elle s'est acharnée à onze reprises. Elle efface les traces, organise sa cavale et, lorsqu'elle est interpellée, elle balade les gendarmes une nuit entière avant d'avouer osant le dire dans le box : ça les a occupés ! »

Source : Le Progrès de Lyon

===============================

parfois la situation cyclique peut permettre de mieux comprendre ce qui se passe ou s'est passsé dans la tête des gens : en période critique septennale on peut être momentanément un ou une autre (ce qui n'excuse rien mais permet de mieux comprendre) ici l'accusée semble avoir aujourd'hui 45 ans et était peut-être dans sa période critique septennale des 42 ans en 2007 - mais pas sûr de son âge précis. de même les "coups de folie" ou "de rage" arrivent le jour critique émotionnel ce que l'on peut chaque fois vérifier aussi.

vendredi 25 septembre 2009

suicide

NouvelObs Le Seuil nous apprend
La mort de Nelly Arcan à 35 ans
Par BibliObs.com
C'est un bien triste communiqué de presse des éditions du Seuil qui vient de nous parvenir à l'instant. Il nous apprend la disparition de la jeune romancière Nelly Arcan, qui s'est donné la mort ce 24 septembre 2009, à Montréal, à l'âge de 35 ans
« La jeune romancière canadienne Nelly Arcan s'est donné la mort hier à Montréal. Elle avait 35 ans. En trois livres, elle avait su imposer une des voix les plus singulières et les plus radicales d'outre-Atlantique. Son premier roman Putain, paru en 2001, brassait dans un lyrisme flamboyant tous ses thèmes de prédilection : la dictature planétaire de l'image, l'impossibilité d'un rapport innocent à soi-même, la pulsion de mort qui anime souterrainement les sociétés modernes. On évoqua Lautréamont, et l'on craignait une œuvre-météore, mais elle publia encore deux livres au Seuil (Folle, À ciel ouvert). Nelly Arcan se mettait en danger dans chaque texte. Le suicide était au cœur de son œuvre et de sa vie violente.

Biographie :
Nelly Arcan est née au Québec en 1975, à la lisière du Maine. En septembre 2001, elle publie son 1er roman, Putain. En quelques semaines, ce livre remporte un succès fulgurant. Trois ans plus tard, elle publiera Folle, puis À ciel ouvert, en 2007, s'imposant comme une figure majeure de la littérature canadienne.

==================================

trois dates de naissance sur wikipédia : 1973 en français, 1974 en allemand et 1975 en anglais... (5 mars)
en tous cas la période critique septennale n'est pas loin...
après recherche c'est 1975 qui semble juste et dans ce cas Nelly Arcan aurait 34 ans et demi : cela correspond effectivement et précisément au pic à risque qu'est l'entrée dans la période critique septennale des 35 ans (34 ans et demi).

c'est aussi un jour critique physique P19 et lendemain de critique émotionnel E 22.


septembre 2009. (5/03/1975)
Lu 21
Ma 22
Me 23 P(18) E(22)
Je 24 P(19) I(17)

Ve 25

édit : cyberpresse.ca :
"Et dès le départ, l'ambiguïté s'est installée. Nelly Arcan avait 27 ou 28 ans, mais la biographie indiquait qu'elle était née en 1975. Or, Isabelle Fortier, de son vrai nom, est née en 1973"

alors prenons ces données : c'est donc un démarrage en période critique septennale de 28 ans et une oeuvre qui aura duré un septennat...
le 5/03/1973 nous donne pour le décès un lendemain d'un jour critique physique P12... ce qui ne colle pas trop à un suicide...
mais le mystère persiste sur sa date de naissance réelle...

empoisonné

Spiegel.de :

Bauer stirbt nach Verzehr von "Schwiegermuttergift"

Münster - Der 35-jährige hatte nach dem Verzehr des Getränks über heftiges Unwohlsein geklagt und war auf dem Weg ins Krankenhaus gestorben.

Laut einer ersten toxikologischen Untersuchung wurde dem Energy Drink Gift beigemischt. Der Mann ist an dem Pflanzenschutzmittel Parathion gestorben, das auch "Schwiegermuttergift" genannt wird, erklärte Oberstaatsanwalt Wolfgang Schweer am Freitag

"Wir ermitteln zur Zeit schwerpunktmäßig in zwei Richtungen", sagte der Leiter der Mordkommission, Herbert Mengelkamp. Es bestehe die Möglichkeit, dass eine bislang unbekannte Person das Gift hinzugegeben hat, es sei aber auch nicht auszuschließen, dass der 35-Jährige sich umbringen wollte und das gefährliche Mittel selbst in den Drink gemischt hat, erklärte Oberstaatsanwalt Schweer.

Ein Arbeiter, der sich ebenfalls auf dem Hof befand, hatte sich mit dem 35-Jährigen am Mittwoch auf den Weg ins Krankenhaus gemacht. Nach einigen Metern musste er jedoch stoppen, weil sich der Gesundheitszustand des Mannes rapide verschlechterte. Auch ein herbeigerufener Notarzt konnte dem 35-Jährigen nicht mehr helfen.

Weitere gerichtsmedizinische Untersuchungen sind angeordnet.

tho/AP/dpa

==================

en lisant hier que l'agriculteur avait bu une boisson énergisante en boîte qui semble l'avoir tué, j'ai relevé - c'est toujours ce que je regarde aussi - que la personne a 35 ans.
aujourd'hui on approche d'une explication qui correspondrait à cette situation en période critique septennale : une main étrangère a mis le pesticide parathion dans la boîte, à moins que çà ne soit l'agriculteur lui-même parce qu'il voulait se suicider...

en rafale

L'Express.fr :
Probable collision entre deux Rafale, un pilote porté disparu
Par Reuters, publié le 25/09/2009 à 08:15

PARIS - L'un des deux pilotes des avions Rafale qui se sont abîmés jeudi en mer Méditerranée était toujours porté disparu vendredi après une nuit de recherches, annonce la Marine nationale.

La cause de l'accident n'est pas encore établie avec certitude mais la piste d'une collision en vol est privilégiée.

"Au regard de ce que nous a dit le pilote qui s'est éjecté, et que nous avons retrouvé hier soir, c'est l'hypothèse la plus probable", a déclaré Bertrand Bonneau, porte-parole du Sirpa-Marine, sur i-Télé.
....
Les deux avions de combat, qui faisaient partie du groupe aéroporté du porte-avions Charles-de-Gaulle, ont disparu en mer vers 18h00 jeudi au cours d'une mission d'entraînement. L'un des pilotes, qui a pu s'éjecter, a été retrouvé sain et sauf peu après.
..........

========================

à tout hasard... je vérifierais la situation des deux pilotes : âge pour vérifier si période critique septennale. et situation du jour pour le jeudi mais surtout pour le vendredi : l'un des pilotes est-il entré dans un jour critique jeudi soir à 18H moment de l'accident ?

18H est en effet un "pic de changement" : c'est l'entrée dans le jour suivant des cycles (physiques, émotionnels, intellectuels) et c'est un moment important "à risque" de défaillance ou erreur humaine.
(coïncidence peut-être mais c'est déjà à 18 heures que s'est crashé le Rafale de décembre 2007 (6/12/2007 Corrèze) le pilote - décédé - était en jour neutre et venait d'avoir 34 ans - on avait parlé de "désorientation spatiale" et c'est à 17H10 qu'a eu lieu La collision du 1er octobre 2008 entre deux Super-Etendard en baie de Lannion).

édit : 40 et 45 ans, apparemment les pilotes. pas de période critique septennale donc, mais celui de 40 ans est entré dans une année critique physique après son 40ème anniversaire. (A41 = équivalent du jour critique physique P18).
reste à voir la situation du jour des cycles physique, émotionnel et intellectuel.
le jour critique intellectuel n'est pas souvent présent en cas d'accident sauf lors d'activités "pointues" et à risque : je l'ai trouvé surtout en F1... piloter un Rafale çà ne doit pas être bien loin...

jeudi 24 septembre 2009

suicide et infanticide

Morgenpost.de :
Familiendrama
Berlinerin verbrennt sich und ihre drei Kinder
Donnerstag, 24. September 2009 13:56 - Von Stefan Pletl und Michael Behrendt

In einem ausgebrannten Auto bei Schönefeld haben Feuerwehrleute die Leichen einer Mutter und ihrer drei Kinder gefunden. Noch in der Nacht hatte der Ehemann seine Frau als vermisst gemeldet. Die Berlinerin soll vor ihrem Verschwinden Selbstmordabsichten geäußert haben.

In der Nacht zu Donnerstag hatte ein Anwohner einen Feuerschein bemerkt und die Polizei alarmiert. Gegen 2 Uhr stießen die Beamten an einer Umgehungsstraße in der Nähe der Autobahnauffahrt Schönefeld-Nord (Landkreis Dahme-Spreewald) auf ein brennendes Auto. Die Feuerwehr löschte den in Flammen stehenden „Opel Saphira". Dabei machten die Retter eine grausige Entdeckung: Im Inneren des auf einer Wiese abgestellten Fahrzeuges befanden sich die verkohlten Leichen einer Frau und dreier Kinder.Anzeige
Nach derzeitigem Ermittlungsstand handelt es sich bei den Toten um eine 48 Jahre alte Frau und ihre drei Kinder, ein Mädchen (12 Jahre alt) und zwei Jungen (10 und sechs Jahre). Die Familie stammte aus Altglienicke (Bezirk Treptow-Köpenick). Über das Autokennzeichen konnte die Polizei den Ehemann ermitteln. Der 48-Jährige wird zurzeit psychologisch betreut. Die Hintergründe des Falls sind noch völlig unklar. Die Ermittler schließen einen Unfall jedoch aus. Nach Informationen von Morgenpost Online soll das Auto abgeschlossen gewesen sein.
Der Mann hatte noch in der Nacht eine Vermisstenanzeige auf einer Berliner Polizeiwache aufgeben. Die Beamten gaben die Anfrage auch an ihre Brandenburger Kollegen weiter. Bei einer Befragung durch die Polizei gab er an, seine Frau sei in der Nacht verschwunden, habe dann aber mit ihm telefoniert und in dem Gespräch Selbstmordabsichten geäußert.
Die Kriminalpolizei sperrte den Fundort weiträumig ab. Die Leichen wurden aus dem Fahrzeug geborgen und in die Gerichtsmedizin in Potsdam gebracht. Da ihre Körper bis Unkenntlichkeit verbrannt sind konnten sie noch nicht eindeutig identifiziert werden. Offenbar hatte die Mutter ihre Kinder betäubt, hieß es aus Ermittlerkreisen. Das Auto wurde zur Sicherung weiterer Spuren zum Landeskriminalamt abtransportiert. „Wir vermuten, dass es das Familienfahrzeug war“, sagte ein Polizei-Sprecher.
Die Frau arbeitete als Sekretärin in einer katholischen Einrichtung im Bezirk Treptow-Köpenick, ihr Mann ist als Lagerist tätig. Nachbarn beschrieben die Familie als sehr freundlich und gepflegt. Auch die drei Kinder seien "gut erzogen" gewesen. Der jüngste Sohn war gerade erst eingeschult worden. Seine Mutter soll sich stark in der katholischen Gemeinde engagiert haben.
Wie es zu dem Brand kam, wollte die Polizei nicht sagen. Die Staatsanwaltschaft in Potsdam ermittele in alle Richtungen.

=====================

apparemment encore un terrible drame de la période critique septennale. j'attendais de connaître l'âge de la mère qui s'est fait brûler dans sa voiture avec ses trois enfants de 12, 10 et 6 ans.

48 ans et demi est le moment très critique de l'entrée dans la période critique septennale des 49 ans. et il semblerait que la personne était dépressive.

on n'en sait pas plus sur les motivations : conflit de séparation je ne sais pas. je note par contre que le père aurait le même âge ce qui dénote déjà de possibles difficultés en raison de la compatibilité des partenaires qui ont leurs périodes critiques toujours ensemble au même moment...

attendons d'en savoir plus.

éventré

Le Post :
Il veut tester le couteau de chasse... et s'éventre

Hier, il était 18h 20 au Café des Voyageurs de Provin (Nord), quand un client de 49 ans s’est demandé si le couteau de chasse de son voisin coupait vraiment, selon la Voix du Nord.

"Il ne coupe pas ton couteau" a-t-il affirmé.

Et pour le « tester » il a appuyé à plusieurs reprises la lame du couteau sur son ventre.

La dernière pression fut la « bonne ».
La lame s’est enfoncée de 7 cm dans son abdomen.
M. Deletombe, le patron du café confie que le client « s’est senti mal », alors « on l’a allongé et j’ai aussitôt appelé les secours ».
Le testeur de couteau a été transporté aux urgences de l’hôpital Salengro à Lille, après avoir reçu les premiers secours dans le café par les pompiers et une équipe du Samu.

=========================

certains comportements me font de suite poser la question de la période critique ou du jour critique (celui-ci serait aussi intéressant à vérifier ici car 18H est le moment critique de l'entrée dans une nouvelle journée cyclique) et effectivement 49 ans c'est la pleine période critique septennale.
on se retrouve dans un état qui n'est pas notre état habituel : c'est un "état-écarts" et de "prise de risque" aussi comme ici une "phase de bêtise" qui peut nous faire faire des choses que nous ne ferions pas en dehors de cette période.

maltraitance

DNA :
Bébé en pleurs: femme au bord de la crise de nerfs
Le tribunal correctionnel de Mulhouse devait juger hier une femme de 35 ans coupable de maltraitance sur son enfant de dix mois en pleine crise de pleurs. La scène s'était déroulée dans une grande surface d'Illzach et des clients choqués avaient alerté les gendarmes. Un bébé qui pleure dans son cosy alors que sa mère fait les courses dans un magasin, il n'y a rien de très anormal. En revanche, que cette mère hurle, donne des coups dans le cosy voire secoue le petit à bout de bras...

===============

il faut savoir qu'à 35 ans ce type d'incident est encore plus probable qu'à un autre moment... la période critique septennale peut nous mettre en situation de fragilité psychique et émotionelle... alors on craque bien plus facilement.
jour critique émotionnel ?
et le fait de savoir cela à l'avance devrait nous permettre de bien mieux comprendre et gérer la situation.
par ailleurs un bébé dans son jour critique physique peut, à cause de cela, pleurer fort et beaucoup... et longtemps... inhabituellement et plus que d'habitude, c'est pour cela que le jour critique physique des bébés est aussi le jour du bébé secoué. cela aide aussi à gérer de le savoir à l'avance.

mercredi 23 septembre 2009

Valéry

les périodes critiques septennales nous font "bouger"... et souvent nous faisons tout pour bouger... ou faire bouger autour de nous...
z'avez remarqué que l'on parle pas mal de l'ancien Président au sujet de son dernier livre ?

Valéry Giscard d’Estaing, né le 2 février 1926 à Coblence (Allemagne).
il entre dans sa période critique septennale des 84 ans en ... août 2009.

édit : apparemment le coup de pub est réussi. impossible de vivre sans avoir lu çà... :-))

mardi 22 septembre 2009

délire de persécution

Clicanoo :
Faits-Divers
Laurent Turpin a tué pour ne pas être tué
CLICANOO.COM |
Jeudi, Laurent Turpin, un Bénédictin de 37 ans a tué de plusieurs coups de couteau Christophe Dijoux, 67 ans, ami et voisin avec qui venait de partir en vacances en métropole. “Il craignait pour sa vie”, a expliqué le parquet de Rouen. Samedi, il a été interné d’office suite à l’avis d’un psychiatre qui a établi que le meurtrier présumé souffrait d’un délire de persécution.

L’internement d’office ne convainc pas les proches de Christophe Dijoux, 67 ans, agent EDF à la retraite, tué jeudi soir par son dalon, Laurent Turpin, intérimaire, 37 ans (nos éditions précédentes). “C’est facile de dire qu’on est fou un jour alors qu’avant on n’a jamais été fou”, lâche dépitée et en colère Sylvaine Grondin, compagne de Christophe Dijoux. “C’est impardonnable ce que Laurent Turpin a fait, ça nous enrage. Il faut qu’il soit puni”.

=================

là aussi l'examen de la situation biorythmique des personnes permettrait de voir d'autres aspects, notamment la situation des cycles de pulsions.
Laurent Turpin est passé par la période critique septennale des 35 ans et il n'est pas impossible que ses problèmes datent de ce moment là. par ailleurs un passage à l'acte a très souvent lieu le jour critique émotionnel qui est le "jour des coups de folie". (l'intéressé serait natif du jeudi, dans le cas présent - vendredi si c'est arrivé jeudi soir)

interné

SKCenter :
USA. Un tueur en fuite rattrapé pour la deuxième fois par le même policier

Un homme, interné en hôpital psychiatrique à la suite d'un meurtre et qui venait de profiter d'une sortie à une kermesse pour s'échapper, a été arrêté par le même policier qui l'avait rattrapé il y a près de 20 ans à la suite d'une autre évasion.

Philip Paul, 64 ans, avait été acquitté du meurtre d'une personne âgée en 1987 aux Etats-Unis en raison de sa démence. Après avoir profité d'une sortie éducative à l'occasion d'une kermesse pour prendre la fuite, il a été interpellé dans l'Etat de Washington (nord-ouest) à 400 km de là, a indiqué dimanche à la chaîne CNN le shérif du comté de Spokane.
L'homme n'a pas résisté, et a été menotté par le même policier qui l'avait rattrapé à la suite d'une autre évasion en 1991. Les deux fois, il participait à une sortie éducative organisée par l'hôpital qu'il a intégré en 1987.

Source : Le Télégramme

================================

les meurtres pour démence arrivent très souvent lors d'une période critique septennale en raison des pulsions particulières présentes à ce moment là. (jour critique émotionnel aussi, souvent présence ds deux éléments, d'ailleurs)
ici un petit calcul permet de voir que c'est apparemment durant sa période septennale des 42 ans que l'intéressé est passé à l'acte.
(64 ans aujourd'hui c'est 42 ans en 1987)

lundi 21 septembre 2009

brebis galeuses

c'est le titre d'un ancien article Téléobs concernant une enquête sur le double meurtre des deux inspecteurs du travail Daniel Buffière et Sylvie Trémouille, tués par un exploitant agricole chez lequel ils effectuaient une inspection. (le 2 septembre 2004)

"Ce drame, relevant comme tant d'autres d'un coup de folie d'un dépressif..."

j'ai donc regardé d'un peu plus près la situation de ce dépressif qui a déjà tenté de se suicider en 2003 d'après un autre article.

et effectivement nous trouvons les éléments fréquemment présents dans les scénarios de ce type : l'intéressé entre dans sa période critique septennale des 56 ans en mai 2003, et il y séjourne encore au moment du drame puisqu'elle dure jusqu'au 57ème anniversaire sinon plus si de graves problèmes subsistent, ce qui a tout l'air d'être le cas ici.
cela ressort aussi des propos du fils Stéphane Duviau : "J'ai connu un homme pendant 32 ans, et les deux dernières années, ce n'était plus le même".

oui... c'est la fameuse "métamorphose" de la période critique septennale...

Claude Duviau est en outre à l'entrée (la veille) de son jour critique émotionnel E8 le jour du drame.


Septembre 2004 (7/11/1947)
Me 1
Je 2
Ve 3 E(8)

Sa 4

(sous réserve de l'exactitude de la date de naissance de Claude Duviau car j'avais trouvé d'abord le 17 novembre et m'étais étonné que cela ne corresponde pas à un jour critique émotionnel, le jour du drame. or la date du 7 novembre que je viens de trouver plusieurs fois sur le Net semble juste et elle correspond effectivement à une situation en jour critique émotionnel, typique pour ce genre de coup de folie).

"Pour expliquer son geste, l'accusé indique que la discussion avec les agents
portait sur la présence de salariés extérieurs recrutés via le prestataire, ce
qu’il n’avait pas le droit de faire. Daniel BUFFIERE indique alors à Claude
DUVIAU qu’il risque une comparution au tribunal. Il entre alors dans sa
maison et « tout se brouille dans sa tête ». Il est alors animé par la haine et
la vengeance : un tir à 60 cm pour Daniel BUFFIERE et à 3 mètres pour
Sylvie TREMOUILLET"
"L'accusé explique aussi qu’il était dépressif avec tendance suicidaire, qu’il
avait commencé un traitement qu’il a dû arrêter car non compatible avec la
nécessité qu’il avait de conduire des véhicules."
"Il est indiqué que l'accusé avait fait une tentative de suicide en 2003"
"Certains témoins ont ajouté avoir entendu l'accusé leur faire part de
son désir de mettre fin à ses jours"
"Claude Duviau ne soignait pas son
état dépressif et celui-ci s'aggravait. Son impulsivité prenait le dessus à la moindre contrariété, tandis que
les pensées suicidaires le poursuivaient."
http://www.democratie-socialisme.org/IMG/pdf/compte_rendu_CFDT.pdf

drame familial

canoe.ca :

(Avec AP) - Une femme de 32 ans et ses cinq jeunes enfants âgés de neuf ans à 11 mois ont été retrouvés morts dans leur appartement dans la ville de Naples, en Floride, a annoncé dimanche la police. Le mari de la jeune femme, qui a quitté les États-Unis pour Haïti, est activement recherché.

Les six corps ont été retrouvés samedi soir par la police. Les autorités n'ont pas précisé les causes du décès de la mère, Guerline Damas, et de ses cinq enfants: Michzach, neuf ans, Marven, six ans, Maven, cinq ans, Megan, trois ans, et Morgan, 11 mois.

Toutefois, le shérif du comté de Collier, en Floride, Kevin Rambosk, a décrit ces homicides comme «le pire du pire», semblant exclure la piste accidentelle.

Le mari de Guerline Damas, Mesac Damas, 33 ans, a pris vendredi matin un avion pour Haïti au départ de l'aéroport international de Miami, a précisé Michelle Batten, porte-parole des services du shérif.

Mesac Damas, qui a de la famille en Haïti, n'est pas officiellement considéré comme suspect. Les autorités le qualifient de personne d'intérêt dans l'affaire et souhaitent l'interroger dans le cadre de l'enquête, selon Mme Batten.

La police haïtienne n'était pas joignable dans l'immédiat pour fournir des informations.

L'alerte a été donnée jeudi aux autorités par des membres de la famille qui étaient sans nouvelles de la mère. Vendredi, un avis de disparition était lancé et, samedi, des policiers intervenaient au domicile de la famille et découvraient les corps, a rapporté Mme Batten.

Le mari, Mesac Damas, travaille comme cuisinier dans une brasserie de Naples. Sa voiture a été retrouvée à l'aéroport de Miami et saisie aux fins d'investigations et de recherche d'indices.

Le père de Mesac Damas, Jean Damas Sr., a déclaré au journal local The Naples Daily News que son fils avait contacté par téléphone son frère en Haïti. Selon lui, Mesac Damas et son épouse avaient eu des problèmes familiaux.

Mesac Damas a fait l'objet dans le passé de poursuites pour violences conjugales, selon les archives judiciaires du comté de Collier. En 2005, il avait bénéficié d'un non-lieu.

===========================

les américains permettent l'accès aux dates de naissance de sorte qu'en faisant une recherche au nom de l'époux on peut retrouver sa fiche, surtout qu'il a apparemment déjà eu des problèmes pour violences conjugales.
né le 2 juillet 1976, sous réserve qu'il s'agisse de la même personne, mais je pense que c'est bien çà, il se trouvait dans un jour critique émotionnel E8 de jeudi soir 17 septembre à vendredi soir 18.

je ne connais pas le moment précis du drame mais ce genre de catastrophe a tendance à arriver le jour critique émotionnel d'une personne, s'agissant de notre "jour de colère" et "jour de "pétage des plombs" comme on dit vulgairement, en situation de graves tensions...

pas de période critique septennale : mais en l'absence de celle-ci on trouve le plus souvent le jour critique émotionnel. je peux cependant assez rarement le vérifier, ne connaissant que rarement la date de naissance des personnes en cause...


DOB:

07/02/1976 (2 juillet 1976)

septembre 2009.
Me 16
Je 17
Ve 18 E(8)
Sa 19 P(12)
Di 20


sous réserve donc, et en attendant de connaître plus précisément le moment du drame...

dimanche 20 septembre 2009

corbeau

Le Parisien.fr :

Lettres de menaces aux politiques : un suspect interpellé...

L'auteur présumé de courriers de menaces, contenant des balles, à des hommes politiques dont Nicolas Sarkozy, a été interpellé dimanche après-midi à Hérépian (Hérault). Thierry J., 51 ans, sans profession et membre d'un club de tir local, a été interpellé à son domicile en raison d'une concordance entre son ADN et l'ADN qui avait été extrait par la police scientifique sur les quatre premiers courriers envoyés par la mystérieuse «cellule 34», selon une source policière.

Cet homme avait été entendu la semaine dernière comme témoin, une audition au cours de laquelle son ADN avait été prélevé. Placé en garde à vue, le «corbeau» présumé devrait être rapidement transféré dans les locaux de la SDAT (sous-division anti-terroriste) à Paris.

Lors de la perquisition menée depuis la fin d'après-midi et qui se poursuivait peu avant 21h00, les enquêteurs auraient retrouvé de la documentation laissant supposer que le suspect fait bien partie de la «cellule 34» ainsi que des enveloppes similaires à celles reçues par des destinataires de ces courriers menaçants, selon une source policière.

Le maire d'Hérépian : «Nous sommes très surpris»

Le maire d'Hérépian (Hérault), Pierre Bernard, joint au téléphone par l'AFP, a précisé que le suspect vivait «depuis quinze ans dans un logement social avec son épouse». «C'est un homme fragile qui ne travaille pas et récrimine souvent. C'est vrai que le premier courrier était parti à Lamalou mais nous sommes quand même très surpris», a ajouté M. Bernard.

Selon des voisins interrogés par l'AFP, Thierry J. est «quelqu'un de très discret», et dont la santé nécessitait d'être «dialysé». Il loue, avec son épouse et sa fille, une maison dans un lotissement résidentiel de ce village.

Les premières lettres dataient de 2007

........
Les premiers envois de lettres accompagnées de balles de 9 mm datent de mai 2007 signée la «cellule 34».
...........

======================

51 ans çà me paraissait curieux, sur le moment, en lisant un autre article ailleurs. peut-être quand même une mauvaise période septennale des 49 ans... ?
la réponse se trouve effectivement dans cet article du Parisien :
"premières lettres en 2007"
51 ans aujourd'hui çà nous donne bien ... 49 ans en 2007.
il serait intéressant de voir s'il y a un rapport avec le moment précis de l'entrée dans la période critique (48 ans et demi) et le mois de mai 2007 date apparemment des premiers envois, car c'est là un moment charnière (pic de pulsions) auquel ont tendance à se décider ce genre d'action assez typique d'une période critique septennale... cette période très particulière peut avoir un effet déclencheur de passages aux actes et d'exécution d'idées et de comportements très divers...

(2007 sous réserve car ailleurs j'ai trouvé 2008 : mais dans ce cas l'interprétation reste la même)
édit : ailleures j'ai trouvé "invalide depuis 15 ans" donc depuis sa "période critique septennale des 35 ans ?)

grippe

Mort mardi d?un homme de 70 ans porteur du virus H1N1 en Gironde
Une femme de 56 ans décède de la grippe A dans les Landes
Un homme de 42 ans porteur de la grippe A(H1N1) meurt à Brest
Un Français de 29 ans venu en Grèce pour passer ses vacances est mort hier de la grippe A dans un hôpital d’Athènes.

=========================

je n'ai fait que relever les titres qui me sont tombés sous la main depuis trois minutes et feuilletant les actus de Google... il y a un truc bizarre, mais c'est probablement une simple coïncidence...

Arturo Gatti

L'Equipe.fr :
Gatti mort pendu

Le boxeur canadien Arturo Gatti, retrouvé sans vie le 11 juillet dernier au Brésil dans un appartement qu'il louait à Porto de Galinhas, serait mort pendu et non étranglé, selon le quotidien de Montréal, La Presse. La police brésilienne avait arrêté le 12 juillet l'épouse de l'ancien champion du monde IBF des plumes, Amanda Rodrigues, soupçonnée d'avoir étranglé son mari pendant son sommeil. Celle-ci a été libérée et un juge brésilien a conclu au suicide, une thèse aujourd'hui vivement contestée par les proches du boxeur.

=================

Wikipédia :
Arturo ­­­Gatti (15 avril 1972 en Italie - 11 juillet 2009 au Brésil) était un boxeur québécois devenu champion du monde des super plumes IBF entre 1995 et 1998 puis des super légers WBC entre 2004 et 2005.
...
Décès.
Gatti est retrouvé mort dans sa chambre d'hôtel au Brésil durant une seconde lune de miel avec son épouse le 11 juillet 2009. Le lendemain, son épouse, Amanda Rodriguez, a été arrêtée par la police brésilienne. La femme de 23 ans fut relâchée le 30 juillet 2009 après que la police conclut au suicide. Arturo Gatti repose à Laval, au Québec (Canada).

=================
juillet 2009 (15/04/1972)
Ma 7
Me 8
Je 9 P(7)
Ve 10
Sa 11 E(22)
Di 12
Lu 13

c'est un jour critique émotionnel E22.
(le jour critique émotionnel est effectivement le jour des suicides).

samedi 19 septembre 2009

Ségolène

je me suis demandé ce qu'il y avait de bizarre chez Ségolène Royal actuellement...

wikipédia m'a livré la réponse :

Marie-Ségolène Royal, née le 22 septembre 1953 à Dakar, dans l'arrondissement de Ouakam en Afrique occidentale française (aujourd'hui au Sénégal), est une femme politique française.

======================

Ségolène Royal est entrée dans sa période critique septennale des 56 ans en avril dernier - elle se trouve devant son 56ème anniversaire en pleine période critique, donc...

Laure Manaudou

Wikipédia :
Laure Manaudou, née le 9 octobre 1986 à Villeurbanne (Rhône), est une nageuse française de nage libre (200, 400, 800, 1500 mètres), de dos (50, 100 et 200 mètres) et du 4 nages (200 et 400 mètres). Elle a notamment remporté une médaille d'or olympique sur 400 m (2004), deux titres mondiaux sur la même distance (2005 et 2007) et un autre sur 200 m (2007). Sur cette période, Laure Manaudou a gagné trois médailles olympiques, six médailles mondiales et treize médailles européennes.

=========================

Laure Manaudou est entrée dans sa période critique septennale des 21 ans en avril 2007.

et c'est précisément à partir de ce moment là que démarrent ses péripéties...


Wikipédia :
"Mai 2007 : la rupture avec Philippe Lucas et l'« aventure » italienne.
Le 6 mai 2007, Laure Manaudou, décide de se séparer de son entraîneur pour partir s'entraîner en Italie et se rapprocher ainsi de son petit ami d'alors, Luca Marin. Elle a déclaré qu'« entre l'Italie et la France, je choisis Luca, l'amour de ma vie ».

Le 9 mai, lors d'une conférence de presse à Canet-en-Roussillon, elle explique son choix de rejoindre le club turinois de LaPresse Nuoto et qu'elle va essayer de donner un nouvel élan à sa carrière..."

et le feuilleton ne s'arrêtera pratiquement pas jusqu'à sa retraite annoncée.
c'est un cheminement de la période critique septennale qu'elle va nous faire avec tout ce qui peut accompagner cette étape : incertitudes, disparition de l'envie et de la motivation, difficultés ou échecs à des moments où on l'attendait, et enfin changement de cap avec une retraite plutôt précoce.

sa période critique septennale s'est terminée à l'époque de son 22ème anniversaire.
(9 octobre 2008)

forcené

LeFigaro.fr :
Un forcené abattu à Cherbourg
AP
19/09/2009
Un homme de 48 ans, qui s'était retranché chez lui à Tourlaville, près de Cherbourg, dans la Manche, après une violente dispute avec sa femme dans la nuit, a été abattu ce matin par la police qui venait d'essuyer une vague de tirs, blessant un policier.
A leur arrivée sur place, vers quatre heures du matin, les policiers se sont fait tirer dessus au moyen d'une arme de chasse. L'un d'eux a été blessé à la main. La police a riposté et a abattu l'homme.
Le substitut du procureur de la république était en début de matinée sur les lieux du drame, au sujet lequel ont ne disposait pas de plus de précisions dans un premier temps.

=====================

les années septennales (on entre à 48 ans et demi dans la période critique des 49 ans) sont des périodes à risque : âges des drames et des forcenés, entre autre...

autre élément souvent présent : le jour critique émotionnel qui est un jour de tension, un "déclencheur" et un jour à risque ; il l'est à tout moment, aussi en dehors d'une période critique septennale et il explique souvent les drames qui arrivent justement lorsqu'il n'y a pas situation en période critique.

vendredi 18 septembre 2009

Françis Heaulme

Françis Heaulme est né le 25 février 1959.

Arrêté, le 7 janvier 1992, à Bischwiller (Bas-Rhin), où il avait fini par poser son sac au terme de six années d'errance, Francis Heaulme est accusé d'avoir tué Laurent Bureau, le 9 mai 1986, à Périgueux ; Joris Viville, le 5 avril 1989, à Port-Grimaud ; Aline Pérès, le 14 mai 1989, à Brest ; Sylvie Rossi, le 19 juillet 1989, à Reims ; Jean-Joseph Clément, le 7 août 1989, à Courthézon (Vaucluse), et Laurence Guillaume, le 7 mai 1991, à Metz.
http://edelprat.free.fr/pages/heaulme.html

voici les situations aux dates indiquées :

édit pour : meurtre de Lyonnelle Gineste (17 ans) à Montauville, survenu le 5 novembre 1984
(lendemain de jour critique physique P1)
meurtre de Annick Maurice (26 ans), près de Metz, le 29 décembre 1986. (jour neutre)
meurtre de Jean Rémy (65 ans), le 5 janvier 1992 (jour neutre)
Ghislaine Ponsard, 61 ans, et Georgette Manesse, 86 ans, le 22 juin 1988 (jour critique émotionnel E15)

9 mai 1986 : (c'est une veille de P1)
Je 8
Ve 9
Sa 10 P(1)
Di 11

5 avril 1989 : (jour critique émotionnel E22)
Lu 3
Ma 4
Me 5 E(22) I(9)
Je 6

14 mai 1989 : (lendemain de jour critique physique P19)
Je 11
Ve 12 P(18)
Sa 13 P(19)
Di 14
Lu 15

19 juillet 1989 : (jour critique émotionnel E15 et veille de critique physique P18)
Di 16
Lu 17
Ma 18
Me 19 E(15)
Je 20 P(18)

7 août 1989 : (lendemain de jour critique physique P12 et jour critique intellectuel i1)
Ve 4
Sa 5
Di 6 P(12)
Lu 7 I(1)
Ma 8
Me 9 E(8)

7 mai 1991 : (jour critique physique P7 et veille de jour critique émotionnel E1)
Di 5
Lu 6 P(6)
Ma 7 P(7)
Me 8 E(1)
Je 9

(les jours critiques P et E sont nos jours de pulsions/désinhibition)

Heaulme est dans sa période critique septennale des 28 ans (période à risque avec grand moment à risque le moment de l'entrée dans cette période) entrée en septembre 1986 jusqu'en février 1988.

Montigny les Metz

Paris Match :
Un nouveau supplément d’information a été réclamé hier dans le cadre de l’enquête sur le double meurtre de Montigny-lès-Metz, commis en 1986. Le principal suspect de cette affaire, Francis Heaulme, va être confronté à Henri Leclaire, qui s’était à l’époque accusé du crime, mais avait finalement été relâché par les autorités.

Fabien Antranik - Parismatch.com

Vingt-trois ans après les faits, l’affaire de Montigny-lès Metz (Moselle) n’a pas encore été résolue. Accusé du double meurtre d’Alexandre Beckrich et Cyril Beining, tous deux âgés de huit ans, Patrick Dils a été incarcéré pendant 15 ans puis reconnu innocent par la justice le 24 avril 2002. Aujourd’hui le suspect numéro un dans cette affaire se nomme Francis Heaulme, déjà reconnu coupable de meurtre dans six affaires. Surnommé le «Routard du crime», l’homme aperçu dans la région durant les homicides, a cependant toujours nié les faits qui lui étaient attribués.

Aujourd’hui, la chambre d’instruction de la cour d’appel de Metz veut confronter Francis Heaulme à Henri Leclaire, un homme qui s’était accusé de ce double crime à l’époque des faits. Heaulme avait déclaré lors de multiples affirmations contradictoires qu’il avait croisé ce jour-là Henri Leclaire, porteur d’un Tee-shirt couvert de sang. L’homme avait même, lors de son interpellation en 1987, décrit les vêtements portés par les deux victimes.

Mais après enquête, les autorités ont découvert qu’Henri Leclaire était incapable de grimper sur la butte où les corps d’Alexandre et de Cyril ont été retrouvés. Les incohérences tenues par ce dernier ont également poussé les enquêteurs à le libérer.

«Heaulme ballade les enquêteurs»
Joint par Parismatch.com, Dominique Rondu, l’avocat de la famille Beckrich, estime que la confrontation Heaulme-Leclaire n’apportera rien à l’enquête : «La famille ne se fait aucune illusion», avoue ce dernier. «Le récit de Henri Leclaire est délirant. Il n’a aucune concordance avec la réalité», à l’instar du discours tenu par Francis Heaulme : «Lui n’arrête pas de changer de versions. Il ballade les enquêteurs. On ne peut rien retirer des déclarations de ces deux hommes.»

La famille Beckrich, qui depuis le début de l’affaire soupçonne Patrick Dils, souhaite que cette confrontation innocente les deux hommes, «pour mettre fin au calvaire des familles», juge Dominique Rondu.

Selon Liliane Glock, avocate de Francis Heaulme, la Justice n’est pas objective dans cette affaire : «Elle n’est pas à l’aise avec Patrick Dils.» Après l’avoir relaxé en 2002, cette dernière lui a versé un million d’euros de dédommagement.

Mais selon elle, Dils est un rouage essentiel dans le dénouement de cette affaire : «Il n’a jamais été entendu comme témoin, pourtant c’est le témoin le plus intéressant. On sait qu’il était présent sur les lieux du crime, durant les faits. C’est indispensable ! A la place de ça, la justice interroge des témoins présent sur les lieux mais deux heures avant que le crime a été commis.»

Par ailleurs, des co-détenus de Francis Heaulme seront également auditionnés. Ces derniers affirment que le «routard du crime» s'était accusé devant eux du double meurtre de Montigny-lès-Metz.

==========

j'ai les dates de naissance de Heaulme et de Dils mais pas du troisième homme... Henri Leclaire.

Francis Heaulme (25/02/1959)
Patrick Dils (30/06/1970)
Henri Leclaire ( ? ) 38 ans

leur situation le 28 septembre 1986, jour du crime.

pour Heaulme c'est neutre. mais il a 27 ans et 7 mois soit pile l'entrée dans la période critique septennale des 28 ans. c'est un moment très "à risque".

Pour Dils c'est... P1 jour critique physique = jour pulsions.
il a 16 ans et 3 mois.

Sa 27
Di 28 P(1)
Lu 29
Ma 30 E(1)

(Dils a été acquitté : un jour critique par coïncidence est bien sûr possible, car il y en a un certain nombre)


pour Leclaire : 38 ans n'est pas une période critique mais en l'absence de date de naissance je ne peux voir la situation précise du jour, pour voir s'il y a "jour de pulsions"...
on l'a apparement disculpé parce qu'il n'arrivait pas à grimper le talus le jour de l'enquête : çà ne veut pas dire grand chose car s'il est dans un jour critique physique ce jour là, il se peut très bien qu'il n'arrive pas à grimper le talus...

par ailleurs lors d'un interrogatoire ou d'aveux, il faudrait impérativement tenir compte du jour critique émotionnel, et du jour critique physique de l'intéressé : le jour critique émotionnel est le jour des aveux, jour de vérité ... mais peut être aussi jour des affabulations... le jour critique physique est jour de fatigue de lassitude... avec les conséquences que çela peut impliquer lors d'un interrogatoire.

forcené

Fort chabrol: un forcené menaçait son ex-compagne à Habay-la-Neuve
Un forcené s'est retranché dans une maison à Habay-la-Neuve tôt ce jeudi matin. Il retenait son ex-épouse en otage. Vraisemblablement dépressif, il était armé d'une carabine. Les forces de l'ordre sont intervenues à temps.

Tout a comencé tôt ce matin. Un homme de 42 ans, dépressif, s'est présenté chez son ex-compagne. Il venait pour régler un problème de coeur, mais les événements ont rapidement pris une tournure dramatique. Armé d'une carabine, l'homme a pris en otage son ex-copine ainsi qu'une voisine.

Des heures durant, les force sde l'ordre ont tenté de ramener l'homme à la raison. Le forcené, visiblement désorienté, s'est rendu aux forces de police sans aucune violence vers 17h30. Le Fort Chabrol s'est finalement terminé sans aucun dégât.

En fin de journée, les diverses unités de police fédérales, régionales et communales étaient en train de quitter les lieux, non sans avoir rassuré la population du quartier. Le prévenu a été déféré au parquet d'Arlon.

================

je crois volontiers qu'il est dépressif... à 42 ans...

jeudi 17 septembre 2009

sniper

Un des deux snipers de Washington exécuté le 10 novembre prochain
Article posté par Stéphane Bourgoin le Jeudi 17 septembre 2009
Librairie 3ème oeil.

" Aux États-Unis, John Allen Muhammad, ce tireur fou qui avait terrorisé la région de Washington en 2002, sera finalement exécuté.

Avec un fusil de haute précision, Muhammad avait tué une dizaine de personnes choisies au hasard alors qu'elles vaquaient à leurs activités courantes.

Le tireur de 48 ans devrait être mis à mort le 10 novembre, par injection létale.

Son avocat affirme toutefois qu'il s'adressa à la Cour suprême des États-Unis pour demander la clémence du gouverneur.

John Allen Muhammad avait commis ces meurtres avec l'aide d'un jeune de 18 ans, Lee Boyd Malvo. Ce dernier a été condamné à de multiples peines de prison à vie parce qu'il a coopéré avec les autorités."



Source : LCN (16 septembre 2009

===============================

on devient plus facilement et peut être presque uniquement, sniper, lors d'une période critique septennale :
John Allen Muhammad est né le 31 décembre 1960.

d'ailleurs Wikipédia le dit :

Avec un jeune complice âgé de 18 ans, Lee Boyd Malvo, Muhammad, âgé alors de 42 ans, commit treize attaques, qui se soldèrent par la mort de dix personnes, en l'espace de trois semaines en octobre 2002.(Les 2 survivants sont une femme de 40 ans et un enfant de 13 ans). Ils tuaient sans distinction d'âge ou de couleur de peau, choisissant leurs victimes au hasard, le plus souvent dans des stations-services ou sur des parkings de centres commerciaux.

en octobre 2002 Muhammad avait 41 ans et 10 mois et venait donc d'entrer dans sa période critique en juillet 2002.

pas trouvé de lien flagrant, par contre, avec la situation, au jour le jour, de ses tirs.

"peut mieux faire"

SKCenter :
Un condamné à mort a passé deux heures dans la chambre d'exécution dans l'Ohio mardi sans que l'équipe d'exécution parvienne à trouver une veine utilisable pour lui administrer l'injection mortelle, a-t-on appris mercredi auprès des autorités pénitentiaires.
L'injection mortelle échoue: le condamné a une semaine de sursis.

Mardi 14h00: après avoir appris que son dernier appel avait été rejeté, Romell Broom, un Noir de 53 ans, condamné à mort pour l'enlèvement, le viol et le meurtre d'une adolescente en 1984, franchit la porte de sa cellule vers la chambre d'exécution.

Sous le regard de quatre journalistes et de trois membres de la famille de la victime, "l'équipe d'exécution a commencé à préparer le détenu en essayant de trouver des points pour administrer l'injection mortelle", a expliqué à l'AFP Julie Walburn, porte-parole des autorités pénitentiaires de l'Ohio.

"Ils ont plusieurs fois trouvé des points mais quand une solution saline était diffusée pour les tester, ils devenaient inutilisables", a-t-elle poursuivi, en précisant que l'équipe avait recherché des veines dans "les deux bras et au moins une jambe". A 16H00, le gouverneur de l'Etat, saisi, a ordonné un sursis de sept jours et M. Broom a été ramené dans sa cellule, a-t-elle ajouté.

Selon les journalistes qui assistaient à l'exécution, l'homme a semblé à un moment sangloter et son corps se soulever pendant la procédure, des signes de souffrance sur lesquelles Mme Walburn a refusé de s'exprimer. D'après elle néanmoins, le condamné s'est montré "très coopératif et respectueux de l'équipe d'exécution". "Il a essayé de les aider à trouver un point d'accès, il leur pointait du doigt des endroits qu'il pensait être des veines utilisables".

La procédure d'injection mortelle de l'Ohio a déjà fait l'objet de critiques à plusieurs reprises. Depuis 2006, deux détenus ont dû attendre plus d'une heure que l'équipe trouve un veine dans laquelle introduire les trois produits conduisant à la mort: un sédatif, un produit paralysant les muscles et un autre arrêtant le coeur. Mais, selon des spécialistes, un seul détenu à ce jour est retourné vivant dans sa cellule aux Etats-Unis, et c'était en 1946.

========================

moche, tout çà... et en plus, un simple petit calcul montre que l'intéressé était, en 1984 dans sa période critique septennale des 28 ans... or çà se soigne... à l'avance...

l'intéressé est du 4 juin 1956 et aurait commis ses crimes le 21 septembre 1984 et les 6 et 18 décembre 1984 : (avec réserves car document en anglais et je ne suis pas super-traducteur)
http://www.drc.state.oh.us/public/Broom%20Clemency%20Supp.pdf

en septembre il a 28 ans et 4 mois et voici sa situation les jours en question :
21/09/1984 est un jour neutre
6/12/1984 : veille de jour critique physique P18.
18/12/1984 : lendemain de critique émotionnel E8 et jour critique physique P6.
(les jours critiques - physiques (P) et émotionnels (E) - sont jours de pulsions/désinhibition ; la période critique septennale aussi.)

Décembre 1984 (4/06/1956)
Sa 1 P(12)
Di 2
Lu 3 E(22)
Ma 4
Me 5 I(17)
Je 6
Ve 7 P(18)
Sa 8 P(19)
Di 9
Lu 10 E(1)
Ma 11
Me 12
Je 13 P(1)
Ve 14 I(26)
Sa 15
Di 16
Lu 17 E(8)
Ma 18 P(6)
Me 19 P(7)

Je 20

Alzheimer

Paris-Match :
"J’ai appris à 42 ans que j’avais la maladie d’Alzheimer". Par Fabienne Piel

Paru dans Match
J’ai « rangé » ma chienne adorée dans le coffre de ma voiture ! Et je l’ai cherchée partout pendant deux jours, à travers la campagne ! Je vais consulter. Le 23 juillet 2006, le diagnostic tombe, implacable...

Depuis l’âge de 37 ans, j’étais sujette à des troubles de mémoire. Le 21 septembre : Journée mondiale de la maladie d’Alzheimer.

http://www.parismatch.com/Actu-Match/Sante/Actu/J-ai-appris-a-42-ans-que-j-avais-la-maladie-d-Alzheimer-.-Par-Fabienne-Piel-125800/

====================

je ne sais pas comment çà marche mais je pense que les périodes critiques septennales peuvent engendrer des "Alzheimer périodiques" c'est à dire momentanées, durant un laps de temps. puis çà se remet en place ensuite. c'est surtout le cas lorsqu'on est plus jeune : la différence avec l'Alzheimer de la vieillesse, encore que même là, les cas qui m'entourent et dont j'ai eu connaissance, ont démarré sur le tard, mais à l'arrivée d'une année septennale et se sont aussi dissipés ensuite... même à 77 ans...

j'ai eu personnellement un court épisode de ce type pendant quelques semaines (pas noté mais peut-être une année critique physique du cycle de 23 ans - autour de la 58ème année - année de fatigue - c'est un autre cycle qui me semble important et demanderait à être étudié de plus près). c'est très impressionnant car ce que vous avez fait tout à l'heure est rayé de votre "disque dur" on en devient carrément amnésique...

dans un autre article je trouve au sujet de la même personne :
"À 29 ans, elle a vaincu un cancer du col de l'utérus"
29 ans est la sortie donc la fin, de la période critique septennale des 28 ans.

mercredi 16 septembre 2009

ivresse

Nouvelobs :

Société
Conduite en état d'ivresse: Byron Kelleher comparaîtra le 28 octobre
AP |
Le demi de mêlée néo-zélandais Byron Kelleher comparaîtra le 28 octobre devant la justice dans le cadre de la procédure du plaider coupable, suite à son arrestation vendredi à Toulouse pour conduite en état d'ivresse, a-t-on appris mercredi auprès de procureur adjoint Richard Bometon.
..................
...........
Byron Kelleher a été arrêté le 11 septembre et placé en garde à vue après avoir percuté une voiture en conduisant en état d'ivresse à Toulouse. Selon le parquet, le joueur a tenté de prendre la fuite, mais a été rattrapé par le conducteur de la voiture percutée. Les deux hommes en sont venus aux mains vers 3h du matin. De plus, d'autres personnes sont intervenues lors de cette altercation, avec des échanges de coups supplémentaires. AP

------------------

Byron Kelleher
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Byron Kelleher est un joueur de rugby à XV néo-zélandais qui a joué 57 fois pour les All Blacks depuis 1999. Il est né le 3 décembre 1976 à Dunedin et évolue au poste de demi de mêlée au sein de l'effectif du Stade toulousain.

=====================

du fait de l'état psychique particulier ce jour là, si on est tenté, on a tendance à boire son jour critique émotionnel : c'est le jour des écarts, des imprudences, des altercations et provocations, jour de prise de risque.

cela peut se vérifier ici aussi : (jour critique émotionnel E15)


septembre 2009 (3/12/1976)
Me 9
Je 10
Ve 11 E(15)
Sa 12 P(12) I(26)
Di 13

Filip Nicolic

Wikipédia :
Filip Nikolic, né le 1er septembre 1974 à Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) et mort le 16 septembre 2009, est un acteur et chanteur français.
........
Il est retrouvé mort chez lui, le 16 septembre 2009. Selon son avocat, qui a annoncé son décès, il pourrait s'agir d'« un arrêt cardiaque ou un abus de somnifères ».

=============

la pleine période critique septennale des 35 ans (proche de son anniversaire).
et un jour critique physique P12...

trois éléments "à risque"...

ado.fr :
"Les circonstances de sa mort n'ont pour le moment pas été clairement énoncées mais selon le site Purepeople, il aurait pu succomber à une crise cardiaque suite à surdose de somnifères. Selon le site il vivait actuellement une période difficile et était apparemment perturbé psychologiquement. Interrogé par Premiere.fr l'avocat de la star a précisé : "Il est mort ce matin, il n'a sûrement pas souffert. Il a été retrouvé la tête sur l'oreiller, comme surpris par la mort dans son sommeil."

aïe si l'on pouvait s'intéresser aux périodes critiques septennales et aux graves dépressions qu'elles engendrent momentanément !

édit 17/09 : le jour critique physique quant à lui, peut être aussi jour de mal-être : c'est notre jour de "débrayage physique" durant lequel nous sommes moins résistants ou efficaces. si à ce moment là on prend par exemple de la drogue ou des médicaments en excès, le coeur peut effectivement flancher. (alors que çà passe un autre jour - or un phénomène de pulsion peut nous inciter à abuser, un jour critique)
jours critique physique - pour cette raison - et jours critique émotionnel - pour des pulsions "morales et émotionnelles" sont des jours à risque d'overdose médicamenteuse ou autres...
la période critique septennale est période de possible dépression.
la période autour de l'anniversaire également.

voici.fr :
Filip Nikolic : ni suicide, ni dépression, selon Jean-Luc Azoulay

« C’était un accident », selon Azoulay
L’ancien producteur des 2Be3, Jean-Luc Azoulay, refuse de parler de suicide après la mort de Filip Nikolic.
La fin tragique de Filip Nikolic ne fait pas que remuer le cœur des anciens fans du boys band 2Be3. Jean-Luc Azoulay, qui avait produit la sitcom Pour être libre, ne réalise pas la mort du jeune homme de 35 ans.

Selon lui, toutes les allégations sur les causes du décès sont fausses : « Il était très touchant. C'était un garçon qui s'accrochait, qui avait un talent et une présence incroyables. C'est d'ailleurs ce charisme qui avait séduit Roger Hanin qui l'avait du coup voulu dans sa Brigade Navarro. Filip Nikolic était en fait un homme de spectacle touche à tout qui n'était ni suicidaire, ni dépressif. », peut-on lire sur Gala.fr

Pas dépressif, mais en proie à des phases de déprime, poursuit Azoulay. Des phases qui l’incitaient à tomber dans la prise de produits : « Il avait aussi ses passages à vide, d'autant qu'il était d'un naturel très nerveux, très anxieux. De fait, il adorait prendre des médicaments qui le soulageaient. Quand il traversait ces crises de déprime, il était fatigué nerveusement. » C’est une des raisons qui l’auraient incité à quitter sa compagne et mère de Sacha, sa fille de 4 ans.Le producteur le dit sans ambages : « C’était un accident. »

édit : cette dernière description pourrait à mon avis assez bien expliquer ce qui est arrivé. elle correspond aussi à une situation en période critique septennale.
on devrait pouvoir vérifier si son ou ses mal-êtres ont commencé à 34 ans et demi surtout, moment de l'entrée dans la période critique septennale des 35 ans. (mars 2009)

mardi 15 septembre 2009

Kathryn Joosten

canoe.ca :
KATHRYN JOOSTEN
Atteinte d'un cancer
15-09-2009 |


Kathryn Joosten, l'actrice qui joue le rôle de Mme McCluskey dans la série Desperate Housewives/Beautés désespérées, souffre d'un cancer des poumons.

Elle a découvert qu'elle souffrait d'un cancer lors d'une visite de routine chez son médecin, la semaine dernière.

L'ancienne fumeuse, qui a aussi joué dans la série The West Wing, est bouleversée par cette nouvelle, parce qu'elle a déjà eu un cancer il y a 8 ans.

Elle confie au site People: «Je ne m'y attendais pas du tout et j'étais bouleversée. J'ai pleuré pendant presque cinq jours non stop.»

Mais Kathryn Joosten affirme qu'elle ne se laissera pas abattre par la maladie, et qu'elle a tout le soutien de ses patrons.

Elle ajoute: «Ils me soutiennent totalement. J'ai dit: "Si vous voulez le mettre dans le scénario, allez-y! Dîtes-le à qui vous voulez parce que le public va le savoir." Je vais faire face et je vais continuer à avancer.»

Et elle explique à propos de la cigarette: «La première chose que tout le monde demande c'est: "Est-ce que vous fumez?" Oui, j'ai fumé. J'ai fumé parce que Bette Davis disait que c'était très glamour. J'ai fumé parce qu'on voyait ça partout. Je suis devenue accro parce que les société de tabac ajoute des substances qui rendent les cigarettes addictives. Je suis en colère contre eux, mais personne ne mérite d'avoir un cancer des poumons.»

===============================

avec l'habitude on arrive à déceler les indices... un cancer maintenant et un autre cancer il y a 8 ans... ce ne peut être qu'un cancer septennal... chaque fois...
et effectivement, sans connaître cette personne je suis allé voir Wikipédia :

Kathryn Joosten est une actrice américaine, née le 20 décembre 1939 à Eustis en Floride (États-Unis).

Kathryn Joosten aura 70 ans le 20 décembre prochain et est donc entrée en juillet dernier dans sa période critique septennale des 70 ans. et c'est la semaine dernière qu'elle a découvert son cancer.

La période critique précédente est celle des 63 ans dans laquelle on entre à 62 ans et demi et c'est, je suppose, de ce moment là que date le cancer précédent. fort à propos si vous regardez mes posts précédents.

je lui souhaite patience et courage : la période critique des 63 ans s'est terminée à 64 ans - et le cancer s'est apparemment "calmé" voire a disparu ? la période critique des 70 ans se termine à 71 ans...


une hypothèse à vérifier : certains cancers semblent survenir avec l'arrivée d'une période critique septennale... mais certains partent aussi avec la fin de cette période...

Darren Sutherland

LeParisien :
Le boxeur irlandais Darren Sutherland retrouvé mort chez lui

Le boxeur irlandais Darren Sutherland, médaillé de bronze des poids moyens aux jeux Olympiques de Pékin en 2008, a été retrouvé pendu dans sa maison à Londres. Un porte-parole de la police a indiqué que cette mort n'était pas considérée comme suspecte. Le corps du boxeur de 27 ans a été découvert par son manager, Frank Maloney, dans sa maison de Bromley, dans le sud de Londres. Après sa médaille aux Jeux de Pékin, Sutherland était passé professionnel. Il avait remporté son premier combat par K.O., en décembre à Dublin.


-----------
Wikipédia :
Darren John Sutherland (né le 18 avril 1982 et mort le 14 septembre 2009) est un boxeur irlandais. Sa carrière amateur a été couronné par une médaille de bronze pour l'Irlande dans la division de poids moyen aux Olympiques de 2008 à Beijing, en Chine.


septembre 2009.
Ve 11
Sa 12
Di 13 P(6) E(15)
Lu 14 P(7)

Ma 15

==================

hélas tous les éléments sont rénunis pour un suicide septennal :
- jour critique physique et émotionnel (P6/7 et E15 surtout)
- moment charnière précis, de l'entrée dans la période critique septennale des 28 ans (27 ans et demi)

deux pics importants et que l'on retrouve souvent : jour critique émotionnel et entrée dans une période critique septennale.
il faudrait faire une information pour que l'on tienne compte à l'avance de ces échéances de possible désespoir, pour parer à ce genre de drame.

cancer et dépression

20Minutes :

Santé
Les cancéreux dépressifs meurent plus souvent
Les personnes dépressives atteintes du cancer sont plus susceptibles de succomber à la maladie que ceux en bonne santé mentale.
C'est la conclusion d'une étude publiée lundi dans la revue scientifique Cancer.

Leur étude indique que le taux de décès dus au cancer est jusqu'à 25% plus élevé lorsque les patients présentent des symptômes dépressifs, et de 39% plus important lorsque l'on diagnostique une dépression, qu'elle soit majeure ou mineure, toujours selon la revue de la Société américaine du cancer.
«Il est possible de prédire la mortalité chez ces deux groupes», a affirmé Jillian Satin, de l'Université de la Colombie-Britannique, qui a dirigé la recherche.

Les scientifiques soulignent en conclusion l'importance de continuer la recherche sur les liens entre le cancer et l'état mental du patient, mais les résultats montrent d'ores et déjà que l'oncologie et la psychologie sont intimement liées, a poursuivi Mme Satin.

Traitements psycho-sociaux nécessaires

«Je pense que la dépression devrait toujours être prise au sérieux et je souhaite que ce type de recherche conduise à inclure plus de traitements psycho-sociaux dans le traitement standard du cancer», a-t-elle ajouté.

L'étude réalisée par Mme Satin, avec Wolfgang Linden et Melanie J. Phillips, est une vue d'ensemble, appelée méta-analyse, de 26 autres études sur les effets de la dépression sur la progression du cancer et les taux de survie de 9417 patients.

Selon Jillian Satin, l'équipe de chercheurs s'est demandé si les patients deviennent dépressifs parce qu'ils ont le cancer, ou si le cancer cause plus souvent la mort lorsqu'il y a dépression.

«C'est une question à un million de dollars», a observé l'universitaire canadienne. «Sans y répondre, on voit quand même une relation entre la dépression et la mortalité.» Mais la chercheuse met en garde le public. «Nous n'avons pas prouvé que la dépression cause la mort, mais l'étude suggère cette possibilité.»

Malades cardiaques aussi

Mme Satin veut éviter que l'on établisse un lien direct entre le risque de décès d'un patient donné et les conclusions de l'étude selon lesquelles les chances de mourir d'un cancéreux dépressif peuvent être de 39% plus élevées. «Je sais que le public veut avoir des chiffres, mais je les trouve un peu trompeurs», a indiqué la psychologue.

L'étude affirme notamment que le domaine de la psycho-oncologie a connu récemment une poussée exponentielle. «85% des patients atteints du cancer et 71,4% des oncologistes croient que les variables psychologiques affectent le cancer», peut-on y lire.

Mme Satin et ses collègues soulignent que d'autres chercheurs ont déjà fait le lien entre les maladies cardio-vasculaires, la dépression et de plus grandes probabilités de décès.

Les patients dépressifs avec des problèmes coronariens ont deux fois plus de chances d'en mourir que des patients non-dépressifs, selon une autre étude.
(ats)

====================

intéressant... car çà va dans le sens de mon hypothèse... puisque j'ai pensé (et constaté) qu'un certain nombre de maladies - et de décès - semblent avoir un lien avec la survenance et le séjour en période critique septennale...la période critique septennale étant la période de dépression "par excellence"...

j'y ai d'ailleurs pensé à nouveau au sujet de Patrick Swayze... dont le cancer a été annoncé pile au moment de l'entrée dans la période critique septennale des 56 ans (cette période démarre à 55 ans et demi).
La dépression véritable (la maladie) n'est d'ailleurs pas forcément présente ou nécessaire, à mon avis pour déclencher une maladie : cela peut être du domaine du subconscient. La période critique septennale est une période de "métamorphose" laissant la porte ouverte à des tas de symptômes (ma notion de "portail"): c'est une période de "fragilisation" physique et psychique, parce que "période de transformation". or toute métamorphose est une situation de fragilité... voir les insectes :-)

la "métamorphose" la plus remarquable, ou "période critique septennale" la plus remarquable... est celle de l'adolescence... dont tout le monde connaît les transformations qu'elle entraîne et la fragilité durant ce laps de temps.
toutes les autres périodes critiques septennales ne sont pas autre chose, sauf qu'elles sont moins "voyantes". d'autres périodes plutôt "remarquables" du fait des changements qui s'opèrent sont celles des 7 ans chez l'enfant et celle des 21 ans qui est l'entrée dans la vie adulte. mais au fond chaque période septennale est un portail vers un autre état... ce qui contribue à nous fragiliser momentanément ou à poser les problèmes dont je parle dans ce blog.

en prendre conscience nous permet de plus facilement gérer voire "désactiver" les risques, en mobilisant nos ressources individuelles pour cela.
en fait la période critique septennale et ses manifestations, y compris les maladies de toutes sortes qui émergent à ce moment là, car il y en a beaucoup - sont des alertes et des tentatives de rectification de notre organisme. si bien entendu on est en trop mauvais état - par exemple en raison de notre mode de vie - nos ressources ne pourront pas faire de miracle...

et cela répond en partie à la question à un million de dollars :
" l'équipe de chercheurs s'est demandé si les patients deviennent dépressifs parce qu'ils ont le cancer, ou si le cancer cause plus souvent la mort lorsqu'il y a dépression."


le tableau des périodes critiques septennales se trouve dans la marge de droite...

Patrick Swayze

Wikipédia :
Patrick Wayne Swayze (né le 18 août 1952 à Houston au Texas et mort le 14 septembre 2009 à Los Angeles) est un danseur, acteur, chanteur, compositeur et producteur américain.
Après avoir débuté au cinéma en 1983 comme danseur dans Staying Alive, il se fait connaître suite au succès du film Dirty Dancing (pour lequel il écrit et interprète la chanson She's Like the Wind en 1987). Il tourne ensuite dans Ghost en 1990 et dans Point Break en 1991.
.........
Vie personnelle
Patrick Swayze est marié à Lisa Niemi depuis 1975. Ils se sont rencontrés en 1970, alors que Lisa Niemi n'avait que 16 ans. Elle prenait des cours de danse avec la mère de Patrick Swayze.
Patrick Swayze sombre dans l'alcoolisme en 1982 après la mort de son père. Sa sœur Vicky meurt en 1994, ce qui le pousse à suivre une cure de désintoxication, lui permettant ainsi de renouer avec le show business et à nouveau s'occuper de ses ranches en Californie et à Las Vegas.
Patrick Swayze a suivi différentes traditions spirituelles. Il fut élevé dans un cadre catholique, puis il étudia le bahaïsme, le bouddhisme ainsi que la scientologie.
Au cours des années 1990, il connaît des problèmes de drogue et d’alcool.
Le 5 mars 2008, son agent annonce que l'acteur, alors âgé de 55 ans, souffre d'un cancer du pancréas. En décembre 2008, des rumeurs ne lui prêtant plus que quelques semaines à vivre sont démenties par l'acteur. Le 19 mai 2009, de nouvelles rumeurs prétendent cette fois qu'il est mort. Elles sont démenties le soir même par sa porte-parole.

Il meurt le 14 septembre 2009 après une longue bataille de vingt mois contre un cancer du pancréas, entouré de sa famille, dans son ranch du Nouveau-Mexique.
............

==================

voici ses périodes critiques septennales, que l'on peut mettre en rapport avec les événements de sa vie ci-dessus :

1952 naissance
1959
1966
1973
1980
1987 35 ans grand succès avec Dirty Dancing
1994 42 ans cure de désintoxication et redémarrage
2001
2008 56 ans maladie

septembre 2009.
Sa 12 P(7)
Di 13
Lu 14 E(15)
Ma 15


Patrick Swayze est décédé son jour critique émotionnel E15. l'annonce de sa maladie correspond précisément au moment de l'entrée dans la période critique septennale des 56 ans.

lundi 14 septembre 2009

fragilisé

"fragilisé" c'est un mot que j'ai entendu souvent ces derniers temps...
notamment à propos des suicides chez France Télécom.
les cycles qui m'intéressent font partie de causes de fragilisation. et ils ont le gros avantage de pouvoir être déterminés à l'avance...

si la période critique septennale est très facile à repérer puisque c'est essentiellement une question d'âge, (voir le tableau des périodes ci-contre), le jour critique émotionnel est un peu plus compliqué à observer puisqu'il s'agit du jour de la semaine où une personne est née... il faut donc faire souvent une recherche au moyen de la date de naissance, mais une fois qu'on le sait, c'est un élément que l'on n'oublie pas.

or ces deux périodes - période critique septennale et jour critique émotionnel - peuvent être, du fait de deux cycles psychiques et émotionnels importants (un cycle de 7 ans et un cycle de 7 jours) la conséquence de certaines formes de fragilisation.

c'est la raison pour laquelle la situation de "période critique septennale" et le "jour critique émotionnel" se retrouvent fréquemment, ensemble ou séparément, lors d'un acte désespéré.

la situation en période critique septennale peut être plus facilement repérée et contrôlée car elle est de durée longue et n'arrive que tous les sept ans. ses dépressions - si elles surgissent - peut par contre être profondes, graves et tenaces...

le jour critique émotionnel est plus délicat à surveiller et gérer car il est hebdomadaire, donc fréquent : il n'y a pratiquement que l'intéressé lui-même qui soit en mesure de bien (se) surveiller. les familiers et l'entourage encore, car ce sont souvent eux qui remarquent l'état particulier ce jour là, voire en subissent les conséquences...

c'est un état lors duquel surgissent des moments de dépression qui peuvent être fulgurants, (c'est le jour des suicides), mais aussi des états de très mauvaise humeur voire de grande colère. (c'est le "jour des pétages de plomb")...

meurtre ?

SKCenter :
FAIT DIVERS. Un Verdonais est mis en examen pour homicide volontaire. Il est accusé d'avoir tué puis découpé la retraitée allemande

La disparue a été tuée et découpée en morceaux

De haut en bas : le champ où le corps a été retrouvé, le lieu présumé du meurtre et la maison de la personne mise en examen. (photos Émilie Drouinaud)
Un meurtre. Depuis hier, la thèse de l'accident préalable à la mort d'Édith Muhr est définitivement écartée. En garde à vue depuis jeudi soir, le Verdonais Yves Bureau a été déferré devant le pôle de l'instruction du tribunal de Périgueux et mis en examen pour homicide volontaire. De son côté, à Bergerac, le procureur de la République a confirmé ce qui se disait en coulisses depuis deux jours : le corps de la retraitée allemande a été découpé et dispersé dans des sacs.

Ils ont été retrouvés samedi matin dans un champ de maïs à Saint-Agne, à la limite de Verdon, à une centaine de mètres des maisons du meurtrier présumé et de la ferme de ses parents. D'autres indices ont été découverts dans un étang de cette propriété. C'est là que le Verdonais aurait procédé à la sordide découpe, à l'aide d'outils de ferme. Hier, son épouse a été remise en liberté, sans charges retenues contre elle. Pour l'instant.

Il révèle où est le corps

Pourquoi avoir tué cette retraitée paisible, avec une telle violence ? Le mystère n'est pas dissipé. « L'enquête est loin d'être bouclée. Il faudra encore de longues semaines, difficiles et très techniques », augure le procureur Jean-Luc Gadaud. Aux enquêteurs, Yves Bureau propose des « versions changeantes », certaines « peu réalistes », en restant « froid dans ses réactions ».

Confondu par les incohérences de son témoignage, il a reconnu dans la nuit de jeudi avoir tué puis découpé la victime. Samedi, c'est lui qui a mené les gendarmes jusqu'au champ où les sacs contenant les restes du corps ont été retrouvés. Mais les interrogatoires n'ont pas permis d'établir un mobile clair.

Même les relations d'Yves Bureau avec Édith Muhr sont floues. Au moins se croisaient-ils lors d'animations de l'Amicale verdonaise. Mais rien ne dessine, pour le moment, l'origine d'un éventuel conflit, ou d'une préméditation. « C'est un dossier hors norme », résume un proche de l'enquête.

Modeste et sans histoire

C'est un homme de 56 ans, ancien de la Poudrerie à Bergerac, père de famille et fils d'une famille établie dans le petit village (54 habitants) depuis des générations. Un villageois le décrit comme un « rural, dans le sens où après avoir travaillé à l'usine, il s'est occupé de la ferme à la suite de son père ». Sans antécédents judiciaires, connu dans le village, il menait une vie normale, modeste, sans histoires. « Les gens ne comprennent pas. La panique pouvait se comprendre, l'accident aussi, mais là... »

C'était la première hypothèse de travail. On sait qu'Édith Muhr, à son habitude, marchait sur la route bitumée entre sa maison de Faux et Lanquais, où elle retrouvait son mari, venu en voiture, dans une auberge pour déjeuner. Yves Bureau l'aurait percutée et, affolé, aurait caché le corps. Le chapeau ensanglanté trouvé sur le bord de la route, l'état de la voiture, l'inspection sur le lieu présumé du crime : les indices ne correspondaient pas à un choc automobile. Suite à l'autopsie pratiquée hier par l'institut médico-légal de Bordeaux, des expertises complémentaires sont nécessaires pour déterminer la cause exacte de la mort.

Une cellule d'aide aux victimes a été mobilisée auprès de Rolf, le mari d'Édith Muhr.

Source : Sud Ouest

===================

"un dossier hors norme..." "Pourquoi ?"
deux éléments souvent présents lorsqu'il s'agit d'événements liés à une période critique septennale : ici celle des 56 ans, apparemment...
et souvent une partie de la réponse, sinon LA réponse, se trouve dans cet état particulier qui accompagne le plus souvent notre passage en période critique...
variablement, mais certains peuvent alors être vraiment mal voire devenir monstrueux...

jour critique émotionnel ?