modification de nos paramètres

"modification de nos paramètres" à l'arrivée et au cours d'une période critique septennale et d'un jour critique surtout  émotionnel.

l'arrivée et l'entrée dans une période critique septennale peut considérablement "modifier nos paramètres" (j'ai repris cette expression informatique car elle me semble bien correspondre à ce qui peut parfois se passer, au niveau de notre cerveau, de notre personnalité... du moins c'est ainsi que je le perçois...) cela reste individuellement très variable, et j'ai essayé de l'exprimer en regardant de plus près certains de ces "paramètres".

le jour critique émotionnel étant une réplique réduite (courte) du phénomène, on pourra retrouver ces mêmes éléments au cours du jour critique émotionnel hebdomadaire, bien sûr adaptés quand même au fait que le jour critique émotionnel est d'une durée d'environ 24 heures alors que la période critique septennale est/peut être d'une durée de quelques mois à un an, à un an et demi... la particularité importante du jour critique émotionnel est qu'il est fréquent puisque hebdomadaire, il survient chaque semaine... et il peut donner lieu à des actions et décisions "sur le champ"...

 + de sensibilité : nous allons être plus sensibles que d'ordinaire, ressentir de façon plus efficace et plus forte. nous pouvons donc être plus susceptibles, plus fragiles et émotifs. nous sommes aussi de ce fait plus réactifs. "effet grossissant" de nos problèmes.

 + d'irritabilité : nous sommes plus facilement plus irritables (je dis parfois pour rire et faire comprendre, qu'une méthode pour trouver le jour critique émotionnel d'une personne, c'est que si vous la taquinez, ce sera le jour où elle se met réellement en colère :-)

 + de pulsions : passages à l'acte en tous genres plus faciles et fréquents à ce moment là. on a le petit + qui nous décide à agir. qui nous aide à déclencher l'action.
une tendance suicidaire peut par exemple conduire à se chercher des motifs pour passer à l'acte
nous avons là l'un des éléments importants du phénomène jour/année septennaux : l'élément "pulsions" qui va nous "pousser à l'action" plutôt à ce moment-là qu'à un autre.
associé à un effet de désinhibition, autre élément clé, la paire va bien sûr être très efficace...

donc attention jours, et périodes critiques peuvent "modifier notre raison et notre perception" au point de parfois conduire à des actes "extraordinaires" et catastrophiques...

- moins d'inhibitions : on n'est moins inhibé, voire plus du tout (désinhibition), pour opérer des passages à l'acte... ce qui explique beaucoup de drames en jour ou période critique (ensemble pulsions/désinhibition) suicide aussi : on n'a plus peur de mourir et on est vraiment décidé.. nous sommes désensibilisés (criminalité)...
on a dans un autre registre moins peur de déclarer sa flamme (nous sommes plus entreprenants), ou à l'inverse, d'envoyer balader son partenaire... ou son patron... :-)
c'est le second élément important du phénomène jour/année septennaux : nos freins sont lâchés ou ne fonctionnent quasiment plus... nous sommes désinhibés... alors en présence d'un effet simultané de pulsions, on voit ce que çà peut donner...
je compare parfois cet effet de désinhibition à une sorte d'ivresse (ivresse du jour critique émotionnel ou de la période critique septennale) car l'effet est un peu similaire à celle de l'alcool, à cela près que nous conservons quand même notre faculté de discernement : mais là aussi tout cela reste à étudier. (la question de l'abolition du discernement serait à revoir en fonction de la situation de nos cycles, de nombreux actes criminels ayant lieu en jour ou période critique du fait d'un effet de pulsions/désinhibition présent à ce moment-là, justement...) noter encore un phénomène important : je pense que la désinhibition liée à la consommation d'alcool, de drogue ou de médicament a probablement tendance à se cumuler avec celle du jour ou de la période critique : cela en fait alors une période encore plus "à risques", d'autant plus qu'une personne fragilisée et/ou dépendante aura tendance à plus consommer de ces produits à ce moment-là.

- énergie + ou - (selon) : les pulsions nous donnent de l'énergie mais une chute dans la dépression peut nous annihiler...
la version dynamisante fait qu'une grande partie de l'actualité est le fait de "septennaux" : les "acteurs septennaux" (entendre par là "agir en jour ou période septennaux") ont envie consciemment ou subconsciemment de bouger, se démarquer, agir...
le Net est un autre endroit très fréquenté par les "acteurs septennaux" : on crée blogs et forums, on intervient, souvent en jour/année septennale... parce que l'on a envie de se manifester, on éprouve le besoin de s'extérioriser et de communiquer, on y vient aussi parce que l'on a des problèmes dans ces moments là...
j'arrive souvent à repérer au coup d'oeil un "acteur septennal" par la description de son comportement ou ses actes, dans les faits d'actualité, ou encore par la teneur de ses messages sur le Net...

- plus de prise de risque : comme nous sommes désinhibés nous n'avons pas peur, voire pouvons devenir très imprudents (accidents, passages à l'acte criminels, ou "osés"... qu'en temps ordinaire "on n'ose pas",

- plus d'agressivité : lien avec les pulsions ; jour (jour critique) ou période (période critique) de colère plus facile, voire selon les personnes fragilisées colère "à risque" de dérapage... notre jour critique émotionnel est notre "jour de colère", voire parfois de rage...

- plus d'imagination : c'est comme un déblocage ou une ouverture plus grande - beaucoup de découvertes, inventions, prouesses, bonnes idées, durant cette période momentanément "portail" sur "d'autres espaces"... période des "illuminés" (les gourous le deviennent souvent en période septennale) mais aussi périodes particulièrement productives pour les grands découvreurs... "eurêka ! j'ai trouvé..." pourrait être une expression de jour critique émotionnel ou surtout de période critique septennale... :-)
jours et périodes critiques sont souvent, en quelque sorte, des jours et périodes "d'hyperactivité du cerveau"

- plus d'attachement voire fixation (on tombe amoureux), voire obsessions et déviances (pédophilie), plus de sentiments : peuvent devenir excessifs (drames conjugaux, familiaux : ce qui explique la présence fréquente d'un jour critique ou d'une période critique lors de nombreux drames conjugaux et familiaux)

- moins de "raison" : nous sommes moins raisonnables (notre Conscience est en quelque sorte "diminuée") : nos valeurs habituelles peuvent être modifiées, devenir extensibles, voire parfois inversées... lorsqu'il s'agit par exemple d'actes violents... (pouvant aller jusqu'à "déconnection" de la raison)
donc attention jours, et périodes critiques peuvent "modifier notre raison et notre perception" au point de parfois conduire à des actes "extraordinaires" et catastrophiques...


- Jeckyll et Hyde : ils sont une illustration intéressante et bien adaptée à ce qui peut se passer un jour critique émotionnel et/ou une période critique septennale : ils sont nos jours/périodes Hyde... et ce dernier va parfois prendre le relais le temps d'un jour, dans le cas du jour critique émotionnel, ou pour une durée bien plus longue, dans le cas d'une période critique septennale... : c'est ce possible "changement de personnalité" qui est à l'origine de maintes mésententes, séparations et drames conjugaux mais autres aussi...

 + sensibles et fragiles psychiquement et physiquement : çà reste à déterminer précisément mais j'ai constaté que la période critique septennale correspond d'après de nombreux témoignages au moment de démarrage de pas mal de maux physique et psychiques, un peu comme s'il s'agissait d'un moment auquel nos défenses sont fragilisées... ou encore simplement d'un moment "porte d'entrée"...
sur certains forums consacré à des maux divers la majorité des "malades" sont des "septennaux" ou sont tombés malades à l'arrivée d'une période critique septennale... or une maladie qui se déclare en période critique septennale n'est pas - à mon avis - la même chose que la même maladie qui survient à un autre moment : je pense qu'elle a un lien avec notre psychisme et/ou notre état psychique du moment, notamment... mais comme je disais c'est une piste qui reste à voir de bien plus près.

c'est là une "liste" expérimentale et provisoire...

mais attention, en général et dans la grande majorité des cas, jours et périodes critiques se passent sans trop de perturbations et nous les assumons comme faisant partie de nos préoccupations quotidiennes...

ils sont toutefois des jours et périodes où nous pouvons être "un peu à beaucoup, différents d'humeur et d'état d'esprit" en fait ils sont censés nous faire réfléchir, et nous mobiliser, nous "réveiller",  nous faire bouger, pour parfois réviser nos situations, "pour que nous réglions nos affaires" en suspens ; car c'est surtout dans ces moments-là que celles-ci ont tendance à nous revenir à l'esprit... à la faveur d'une sorte d'hyperactivité cérébrale... ils sont aussi censés nous "donner envie" d'autre chose...

il peut arriver que face à une telle "séquence de rappel", nous préférions  l'ignorer ou remettre à plus tard, ou encore que nous soyons désemparés, nous sentions "bousculés", et ne sachions pas quelle direction prendre ; c'est cela qui peut alors donner lieu à des perturbations momentanées... (agressivité, dépressions : parfois foudroyantes le jour critique émotionnel ou septennales en période critique longue)
d'où l'intérêt de comprendre le mécanisme et s'en imprégner pour bien réagir le cas échéant et même être un peu "préparé à l'avance"...

Aucun commentaire: