lundi 29 février 2016

drame

Un agent de maintenance de 27 ans est décédé ce lundi matin alors qu’il travaillait sur une remontée mécanique de la station de Cauterets (Hautes-Pyrénées). Le mécanicien était en train d’assurer la maintenance d’un tapis roulant sur une piste pour enfants en milieu de matinée, lorsqu’il a été accidentellement entraîné. Une enquête a été ouverte. La remontée mécanique a été fermée. L’agent avait grandi sur la commune et y habitait. Une cellule psychologique a été ouverte en début d’après-midi. En période de vacances scolaires, la station accueille environ 2 000 touristes et emploie 170 personnes.
http://www.estrepublicain.fr/actualite/2016/02/29/un-homme-happe-par-un-tapis-roulant-sur-une-piste
===================

retrouvés morts

Condé-sur-l'Escaut : un couple de seniors retrouvé pendu à son domicile Une femme de 61 ans et son mari de 54 ans ont été retrouvés pendus dimanche en fin de journée à son domicile de Condé-sur-l'Escaut (Nord), au nord de Valenciennes. "Une procédure de recherche des causes de la mort a été ouverte. L'hypothèse d'un double suicide est privilégiée", a déclaré à l'AFP le procureur de Valenciennes, François Pérain. Les corps du couple avaient été découverts dimanche en fin de journée par les pompiers, a-t-on appris auprès d'eux. L'homme, dont on ignore quelle était sa situation professionnelle, était âgé de 54 ans, sa femme, sans profession, venait d'avoir 61 ans. "Le motif de ce drame est à préciser par les auditions des proches qui sont actuellement en cours, dans la mesure où le couple n'aurait pas laissé de lettre d'adieu", a précisé le procureur.
http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais/conde-sur-l-escaut-un-couple-d-octogenaires-retrouve-pendu-son-domicile-939982.html
===============
(âges à confirmer ailleurs il est question d'octogénaires)

suicide

Petit-Quevilly : un homme se suicide en sautant du balcon chez un ami C'est au moment où ce dernier faisait la sieste qu'il est passé à l'acte ce dimanche 28 février. C'est sur les coups de 15h30, dimanche 28 février, que l'événement s'est produit au Petit-Quevilly, près de Rouen, à hauteur de la rue Martial Spinneweber. Un homme, âgé de 34 ans, vient de sauter d'un balcon. Alerté, les sapeurs-pompiers et le SAMU arrivent rapidement sur place. L'homme, est toujours conscient, mais présente toutefois de graves blessures. Né en 1982 et originaire du Petit-Quevilly, l'homme était venu passer l'après-midi chez un ami, après être sorti du Centre hospitalier du Rouvray, à Sotteville-lès-Rouen, spécialisé dans le traitement des pathologies psychiatriques, où il était traité pour une dépression. C'est au moment de la sieste de son ami que l'homme s'est défenestré, en sautant depuis le balcon de l'appartement. Son ami, qui se reposait et ne s'était rendu compte de rien, a été prévenu par un voisin de la situation avant d'être entendu par les services de police. Malgré les soins apportés par l'équipe médicale d'urgence, l'homme, en arrêt cardiaque, est décédé vers 16h30.
http://www.tendanceouest.com/actualite-131893-un-homme-se-suicide-en-sautant-du-balcon-chez-ami.html
=========================

suicide

Un homme de 55 ans a été tué, fauché par le train Le Havre-Paris, lorsqu'il celui entrait en gare de Rouen (Seine-Maritime), lundi 29 février 2016. Il s'agirait d'un suicide.
Drame en gare de Rouen (Seine-Maritime). Lundi 29 février 2016, vers 14h, un homme de 55 ans a été tué, fauché par le train 3118 au départ du Havre à 12h56 et à destination de Paris. La victime aurait sauté sur les rails à l’arrivée de l’Intercités, avant d’être heurtée par la locomotive. Les sapeurs-pompiers et la police se sont rendus sur les lieux. Le décès a été constaté par le médecin du Samu. (...)Un homme tué la veille, dans le Calvados La veille, en milieu de journée, un homme a été percuté par un train à Mondeville, près de Caen (Calvados). Les faits se sont déroulés peu avant midi. La victime, un homme âgé d’environ 68 ans, a été tuée sur le coup. La circulation a été interrompue sur la ligne SNCF Paris-Caen et les passagers ont été pris en charge et acheminés par bus. Le trafic ferroviaire a repris progressivement. Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances de ce drame.
http://www.normandie-actu.fr/sncf-une-personne-percutee-par-un-train-en-gare-de-rouen_187116/
========================

drame

Un assaillant a poignardé lundi des élèves dans une cour d'école en Chine, avant de se suicider. Dix enfants ont été blessés. Le drame s'est produit dans une école de Haikou, capitale de la province insulaire de Hainan (sud). Les écoliers se mettaient en rangs et s'apprêtaient à rentrer chez eux après la session de cours matinale, lorsque l'homme a surgi, frappant plusieurs enfants avant de s'enfuir, selon un témoin cité par l'agence officielle China News Service. Une passante, citée par l'agence, a confié avoir aperçu plusieurs élèves au visage ensanglanté et blessés à la tête, et des personnes en train de leur poser des bandages. Au total, six garçons et quatre filles ont été touchés dans cet établissement scolaire de Haikou, deux étant grièvement blessés mais hors de danger. «J'imaginais que mon enfant était en sécurité à l'école. Je ne pensais pas que quelque chose comme cela arriverait», a déclaré au portail d'information Nanhai Online la mère de Liu Qiang, un élève de 7 ans. L'agresseur, Li Sijun, 45 ans, s'est ensuite suicidé, selon la presse, qui a ajouté que le motif de l'attaque n'était pas connu. (...)http://www.leparisien.fr/faits-divers/chine-un-homme-poignarde-10-eleves-dans-une-ecole-puis-se-suicide-29-02-2016-5586713.php
=======================

drame

Une femme, a été arrêtée ce lundi matin, la tête coupée d'un enfant à la main, dans le centre de Moscou(Russie), selon l'agence Interfax. Cette femme menaçait de se faire exploser avant d'être finalement maîtrisée. Selon la chaîne anglophone russe RT, cette femme, entièrement vêtue de noir et criant «Allahu Akbar», se trouvait près de la station de métro Oktyabrskoye située dans le centre de la capitale. Elle brandissait ce que les médias russes ont décrit comme la tête d'un enfant décapité. Par mesure de précaution, la circulation des métros dans la capitale russe a été interrompue le temps de procéder à l'interpellation de cette femme jugée dangereuse et qui criait aussi «je suis une terroriste». Le comité d'enquête de la capitale russe a indiqué que «le corps d'un enfant âgé de 3-4 ans, portant des traces de mort violente», a été découvert dans un appartement dans le nord-ouest de la capitale. «Le corps était décapité. Selon de premières informations, la nounou avait emporté la tête avec elle», a déclaré une source au sein des forces de l'ordre, citée par l'agence officielle TASS. «La nounou, originaire d'un pays d'Asie centrale, née en 1977, a tué l'enfant (...) avant d'incendier l'appartement et de s'enfuir», précise le comité d'enquête. Selon la chaîne de télévision populaire Lifenews, connue pour ses liens avec les services de sécurité russe, la victime s'appelait Nastia et sa nounou, Gultchekhra Bobokoulova, est âgée de 39 ans. Selon l'agence Interfax, cette dernière est originaire d'Ouzbékistan, ex-république soviétique d'Asie centrale à majorité musulmane. La femme qui faisait preuve d'«une conduite clairement inadéquate» a été arrêtée et subira «un examen psychiatrique», a ajouté le comité d'enquête. Selon des témoignages rapportés par des médias russes et cités par le Daily mail britannique, elle aurait crié, avant d'être interpellée : «Mon enfant est mort, je vais faire exploser tout le monde»
http://www.leparisien.fr/faits-divers/moscou-une-femme-arretee-en-pleine-rue-brandissant-la-tete-d-un-enfant-decapite-29-02-2016-5586497.php
============================

drame familial

Un enfant décédé à Genappe, un autre entre la vie et la mort: la maman en cause ? Deux enfants ont été empoisonnés, dimanche, à Genappe. Probablement par leur mère. Le jeune garçon est décédé. Sa sœur luttait pour la vie. C’est une voisine qui avait rendez-vous sur place pour aller à la piscine qui, n’ayant pas de réponse, a donné l’alerte. La découverte des services de secours allait être particulièrement macabre dans cette habitation d’un clos de logements sociaux de Genappe (Brabant wallon): un jeune garçon – né en 2006 – était décédé; sa grande sœur – née en 2004 – luttait pour sa survie; tout comme leur mère. Les enquêteurs qui se sont rendus rue de la Cressonnière privilégient la piste de l’infanticide suivi d’une tentative de suicide. Le parquet soupçonne, en effet, un empoisonnement des enfants par leur mère. Les autorités judiciaires ont été avisées des faits dimanche en début d’après-midi. Les enquêteurs sont restés l’après-midi à Genappe. Le corps du jeune garçon a été enlevé vers 18h. Selon les premiers éléments de l’enquête, leur maman les aurait empoisonnés avant de tenter de mettre fin à ses jours. Cette hypothèse reste à vérifier, insiste le procureur du roi de Nivelles. Les jours de la mère de famille étant également en danger, celle-ci n’a pas encore pu être auditionnée. Il y a peu de chances que ce puisse être le cas aujourd’hui. Par contre, il sera procédé aujourd’hui à l’autopsie du jeune garçon, ce qui devrait permettre de confirmer ou non la piste de l’empoisonnement. Dans le quartier de la Cressonnière à Genappe, c’était évidemment la stupéfaction, bien que la maman – née en 1982 – et ses trois enfants – dont nous tairons les prénoms – étaient peu connus dans le quartier. Un troisième enfant qui n’était pas sur place Il semblerait que les trois enfants – le troisième, plus âgé, n’était pas présent sur les lieux ce dimanche – ne résidaient pas en permanence, rue de la Cressonnière. Une information qui n’a toutefois pas pu être confirmée par le procureur du roi de Nivelles. La maman était le seul parent à résider dans la maison de la rue de la Cressonnière. Tous les parents des victimes n’ayant pas été encore prévenus, nous ne mentionnons pas le nom de ces victimes.
http://www.lavenir.net/cnt/dmf20160228_00786628/un-enfant-decede-a-genappe-un-autre-entre-la-vie-et-la-mort
=======================

tortures

Vienne: un couple mis en examen après la découverte d'un corps torturé Le corps sans vie d'une femme de 57 ans a été découvert vendredi, dans la Vienne. Un homme de 55 ans et sa concubine de 46 ans ont été mis en examen et écroué dimanche à Poitiers. La victime aurait été séquestrée pendant deux mois et aurait subi des violences au domicile du couple. Les éboueurs ont fait une macabre découverte, vendredi matin. À Saint-Léger-de-Montbrillais, dans le nord de la Vienne, ils ont trouvé le corps d'une femme de 57 ans, au milieu des vignes. Le corps de la victime portait de nombreuses traces de coups, brûlures et des fractures, selon le procureur adjoint Patrick Mairé. Elle aurait été étranglée, mais il reste à déterminer si elle est décédée sur le lieu, ou transportée après sa mort. L'enquête est allée vite: un couple originaire des Deux-Sèvres a rapidement été mis en garde à vue puis mis en examen, dimanche, avant d'être placé en détention provisoire. L'homme de 55 ans a été mis en examen pour arrestation, enlèvement et séquestration suivis de la mort, ainsi que pour actes de torture et de barbarie de façon habituelle sur personne vulnérable, des chefs passibles de la réclusion à perpétuité. Sa concubine de 46 ans a été mise en examen pour arrestation, enlèvement et séquestration suivis de la mort, a indiqué le parquet de Poitiers. Après avoir nié les faits au début de la garde à vue, les deux accusés ont fini par reconnaître leur responsabilité, selon La Nouvelle République. L'homme aurait cherché à minimiser le rôle de sa compagne. Le couple a indiqué lors des auditions avoir transporté le corps de la victime alors qu'elle était encore vivante. Détresse sociale Selon le procureur adjoint, la victime, originaire de Montreuil-Bellay dans le Maine-et-Loire, a été séquestrée depuis décembre par le couple à Argenton-L'Eglise, à une quinzaine de kilomètres dans les Deux-Sèvres, département voisin, où demeuraient les suspects. Elle aurait subi pratiquement chaque jour des violences et humiliations. Cette femme, qui était sous curatelle, n'avait pas de famille, et sa disparition inquiétante avait été signalée il y a quelques semaines par des voisins. Les mobiles du crime, commis dans un contexte de grande détresse sociale et intellectuelle, restaient dimanche assez flous. Il pourrait s'agir d'une «vengeance à la suite d'un différend familial» ancien, a indiqué le parquet: la victime connaissait les suspects, et avait notamment séjourné il y a douze ans chez les parents de l'homme.
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/02/28/01016-20160228ARTFIG00212-vienne-un-couple-mis-en-examen-apres-la-decouverte-d-un-corps-torture.php
==================================
(apparemment drame de la période critique septennale des 56 ans)

dimanche 28 février 2016

drame

Drancy : après avoir tué son fils, la mère l’a mis dans la machine à laver Drancy, samedi. La famille vivait dans ce quartier pavillonaire tranquille. Les voisins, qui n’ont jamais remarqué le moindre signe de violence, sont effondrés après le drame. Une étape supplémentaire dans l’insoutenable a été franchie avec le récit de l’infanticide du petit Haroun, 22 mois, à Drancy. La mère, meurtrière présumée, 28 ans, a reconnu les faits pendant ses 48 heures de garde à vue. Interrogée dans les locaux de la sûreté départementale depuis mardi dernier, elle avait confirmé les déclarations de son mari. Le petit garçon de 22 mois avait été frappé violemment et projeté au sol. Elle a expliqué l’avoir «boxé ». Elle a mis le corps inanimé dans le tambour et enclenché un programme Après s’être déchaînée sur son enfant, elle a révélé un scénario encore plus atroce. Alors que l’enfant ne bouge plus, elle entreprend cet acte insensé. Voulant faire disparaître les traces des violences, elle introduit le petit corps dévêtu dans le tambour du lave-linge puis elle enclenche un programme. Elle sort l’enfant de la machine puis le rhabille et le dépose, inerte, dans son lit. Lorsqu’elle réalise que l’irréparable a été commis, elle appelle son mari au téléphone. Celui-ci découvrira son bébé couvert d’hématomes, ne bougeant plus. Le père prend le chemin des urgences de l’hôpital privé du Blanc-Mesnil. L’équipe médicale ne peut que constater le décès de l’enfant. L’autopsie révélera que la petite victime était déjà morte quand sa mère l’a jeté dans le lave-linge. La mère aurait frappé son enfant «par rage» Le médecin a écarté l’hypothèse d’une crise de démence. La mère a dit qu’elle avait frappé son enfant «par rage ». Avant de se déchaîner sur Haroun, elle aurait expliqué qu’elle était rentrée d’un rendez-vous médical «de mauvais poil ». Seule à la maison, elle s’est défoulée sur le petit. Cette famille présentée comme «socialement carencée », n’était pourtant pas suivie par les services sociaux. Lors de son audition, «elle pleurait surtout sur son sort », indique-t-on de sources proches de l’enquête. Une femme «sympathique, rigolote» selon une voisine Dans le voisinage de la famille meurtrie, une rue pavillonnaire très tranquille, on tombe des nues. «Je ne comprends pas ce qui s’est passé. C’est une femme sympathique, rigolote, qui ne présentait pas le moindre signe d’agressivité », raconte, effondrée, sa voisine, elle aussi mère au foyer. « J’allais de temps en temps chez elle, mes enfants jouaient avec le sien, et parfois c’est elle qui venait à la maison. Elle était aux petits soins avec son fils, comme une maman tout à fait normale… » Un autre couple de voisins confirme : «Elle était aimable, et avec son mari, ils étaient discrets. Notre fenêtre donne sur leur jardin, on n’a jamais entendu aucun cri, aucune dispute ! » Le père avait éloigné le fils aîné du foyer pour le protéger Autre point troublant : le couple avait un autre enfant de 5 ans mais il ne vivait plus sous leur toit. Ce jeune garçon se trouverait actuellement en Algérie. Il y a deux ans, le père avait pris l’initiative de l’éloigner du foyer familial, déjà à l’époque, pour le protéger des violences sa mère. Aucun signalement n’avait été fait à ce moment. Vendredi, la mère infanticide a été écrouée. Le père a été remis en liberté, aucune charge n’a été retenue à son encontre. Une information judiciaire a été ouverte. Source : Le ¨Parisien le 28 février 2016
http://www.skcenter.org/forum/index.php?showtopic=24025&hl=
aussi  http://rythmescycleshumains.blogspot.fr/2016/02/infanticide.html
===================
(drame de la période critique septennale des 28 ans... rage du jour critique émotionnel ?)

drame familial

Un homme aurait tué 14 membres de sa famille BOMBAY - Un homme de 35 ans est soupçonné d'avoir assassiné près de Bombay avec un couteau de boucher 14 membres de sa famille, dont sept enfants, avant de se suicider, a annoncé dimanche la police. Les faits se sont produits samedi soir après une réunion de famille à Thane, à 32 kilomètres de Bombay. «Hasnin Anwar Warekar s'est pendu après avoir tranché la gorge des autres membres de la famille, y compris ses parents», a déclaré à l'AFP Gajanan Laxman Kabdule, porte-parole de la police de Thane. Unique survivante de la famille, une soeur de Warekar a été hospitalisée après que des voisins, l'entendant appeler à l'aide, eurent alerté la police. «Nous n'avons toujours pas pu interroger la soeur de 21 ans de l'agresseur, seule survivante, qui est hospitalisée et profondément traumatisée», a déclaré M. Kabdule. Certains médias locaux rapportent que Warekar avait introduit des sédatifs dans la nourriture avant de passer à l'acte. «Les premiers indices laissent penser que le suspect a verrouillé toutes les portes de la maison et assassiné les membres de la famille alors qu'ils étaient couchés avec un couteau qui a été retrouvé près de lui», a déclaré au journal Indian Express Ashutosh Dumbre, de la police locale. M. Kabdule a dit que les enquêteurs attendaient des résultats d'analyse avant de dire si les victimes avaient été droguées. Le déroulement des faits, de même que son mobile, n'est pas encore clair. Le Press Trust of India affirme qu'une querelle immobilière est à l'origine de cette tuerie. Mais M. Dumbre a affirmé à l'Indian Express que les premières investigations ne permettaient pas encore d'expliquer ce crime. L'Indian Express rapporte que le meurtrier présumé était un comptable. Source : AFP le 28 février 2016
http://www.skcenter.org/forum/index.php?showtopic=24023&hl=
=======================
(période critique septennale des 35 ans)

samedi 27 février 2016

drame

Enfant renversé par un braqueur : le suspect sortait tout juste de prison L'homme de 35 ans est suspecté d'avoir volé une voiture puis renversé et grièvement blessé un enfant à Paris. Il a été arrêté pendant sa fuite, sur l'A3. L'homme soupçonné d'avoir volé un véhicule puis renversé et grièvement blessé un enfant à Paris vendredi était sorti de prison depuis quelques jours et porte douze condamnations à son casier judiciaire, a-t-on appris samedi de source judiciaire. Cet homme de 35 ans a été arrêté pendant sa fuite, sur l'autoroute A3 au niveau d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), après avoir tenté de braquer un fast-food. En état d'alcoolémie, "il a foncé en direction des policiers" lors de son interpellation, des faits qui pourraient être qualifiés de tentative d'homicide sur policier s'il est mis en examen à l'issue de sa garde à vue, a expliqué la source judiciaire. Dans un état critique L'enfant de six ans restait samedi dans un état critique, selon la même source. Il a été renversé par le suspect à bord du véhicule qu'il venait de voler sous la menace d'une arme factice un peu plus tôt dans le sud-est de la capitale, place d'Italie (XIIIe arrondissement). L'homme était sorti de prison lundi, après avoir purgé une peine de dix mois ferme, a indiqué la source judiciaire. Son casier judiciaire porte douze condamnations pour des délits liés aux stupéfiants, plusieurs délits de conduite sans permis, extorsion et vol, a-t-on appris de la même source. Sa garde à vue a été prolongée samedi et il devrait être déféré dimanche pour être présenté à un juge en vue d'une mise en examen.
http://www.lepoint.fr/societe/enfant-renverse-par-un-braqueur-le-suspect-sortait-tout-juste-de-prison-27-02-2016-2021518_23.php
=====================
(période critique septennale des 35 ans)

appât

Elle appâte un homme avec des photos nues de sa petite-fille À 71 ans, elle avait jeté son dévolu sur un homme de 47 ans qui l’avait éconduite. Par contre, ce dernier lui a fait comprendre qu’il était intéressé par les enfants et apprécierait d’avoir des photos de sa petite-fille de 11 ans dénudée. Il avait en effet croisé l’enfant en vacances chez sa grand-mère, dans un village en proche Moselle. Pour satisfaire cet homme dont elle était amoureuse, la septuagénaire n’a pas hésité à photographier à plusieurs reprises sa petite-fille nue comme l’exigeait ce quadragénaire. Ses clichés ont été envoyés avec un téléphone portable. Les gendarmes ont également trouvé dans le téléphone de l’individu d’autres photos d’enfants mineurs téléchargées sur internet. Les deux protagonistes de cette affaire ont été convoqués hier pour une comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Saverne pour détention et diffusion d’images de mineurs à caractère pornographique et proposition sexuelle à mineur de 15 ans. La grand-mère a écopé de douze mois de prison dont huit avec sursis. F K, (...)a été condamné à 18 mois d’emprisonnement dont neuf avec sursis. À cela s’ajoutent l’obligation d’un suivi sociojudiciaire de trois ans et une injonction de soins. D’autre part, il a l’interdiction d’entrer en contact avec des mineurs. Tout comme la grand-mère, il a été placé sous mandat de dépôt après l’audience. Tous deux ont été inscrits au fichier des délinquants sexuels. (...)
http://www.skcenter.org/forum/index.php?showtopic=24021&hl=
061269

================
(période critique septennale des 70 ans et année P1)

drame

Un policier tue son ex-compagne avec son arme de service Dans le cadre de l'état d'urgence mis en place juste après les attentats du 13 novembre, les policiers peuvent porter leur arme en dehors de leur service.
Un policier de 35 ans a tué de trois balles ce samedi son ex-compagne, âgée de 25 ans, à proximité d'un rond-point d'Alès (Hérault). Après le drame, il s'est rendu au commissariat de la ville et « s'est constitué prisonnier », a précisé la procureur de Nîmes, Laure Beccuau, évoquant un « drame familial ». Il a été placé en garde à vue. La victime a été retrouvée morte dans sa voiture, a précisé une source proche du dossier. Selon les premiers éléments de l'enquête, le policier aurait suivi son ex-compagne, avant de la coincer et de faire feu à trois reprises. D'après la source proche du dossier, le policier a tiré avec son arme de service. Des vérifications doivent encore être faites pour confirmer ce point, a précisé la procureur. L'enquête a été confiée au service régional de la police judiciaire. Le port d'arme assoupli Dans le cadre de l'état d'urgence mis en place au soir des attentats du 13 novembre, le port de l'arme de service par les policiers lorsqu'ils ne travaillent pas a été largement assoupli. Les policiers qui le souhaitent peuvent porter leur arme de service en toute occasion, même en dehors de leur zone d'activité et de leurs horaires de travail, répondant ainsi à une demande de longue date des syndicats de police. Hors état d'urgence, en théorie, les policiers en repos doivent laisser leur arme dans leur service ou chez eux, mais cette pratique fluctue en fonction des spécialités.
http://www.lepoint.fr/faits-divers/un-policier-tue-son-ex-compagne-avec-son-arme-de-service-27-02-2016-2021496_2627.php
==================
(drame de la période critique septennale des 35 ans)

suicide

Un septuagénaire retrouvé noyé dans un étang : un suicide a priori Il était 11 h hier lorsqu'un habitant de la rue du Bourg-Neuf à Faye-l'Abbesse a fait une macabre découverte dans l'étang privé de son voisin, situé sur un ruisseau affluent du Thouaret. Un homme gît dans la vase à environ trois mètres du bord. Alertés, les sapeurs-pompiers de Bressuire et de Parthenay ainsi que les gendarmes de Bressuire se rendent sur les lieux. Le décès de l'homme, âgé de 78 ans, est constaté sur place par le médecin du Service mobile d'urgence et de réanimation (Smur). Une enquête a été ouverte et, hier soir, celle-ci privilégiait la piste d'un geste désespéré.
http://www.lanouvellerepublique.fr/Deux-Sevres/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2016/02/27/Un-septuagenaire-retrouve-noye-dans-un-etang-un-suicide-a-priori-2635737
===================
(période critique septennale des 77 ans)

suicide

Un lycéen de 17 ans retrouvé pendu en Meurthe-et-Moselle, probable suicide
Un jeune homme âgé de 17 ans a été retrouvé pendu dans le village de Doncourt-lès-Conflans (Meurthe-et-Moselle) à quelques kilomètres de Jarny dans le nord du département a-t-on appris de source proche de l'enquête. C'est un enfant en rentrant de l'école ce vendredi après-midi vers 16H qui a fait la macabre découverte alors que le lycéen était pendu au garde-corps d'un ponton du ruisseau qui traverse le village. En prévenant sa mère, cette dernière a appelé les secours. La gendarmerie a ouvert une enquête pour déterminer les circonstances de ce qui semble être un suicide même si aucune piste n'est écartée à cette heure, selon les gendarmes. Le père du lycéen s'était rendu à la gendarmerie pour signaler sa disparition inquiet du signalement de son établissement scolaire qui l'avait informé de son absence ce vendredi. Des effets personnels du jeune homme ont été retrouvés sur les berges du ruisseau.
http://loractu.fr/flash/details/f1471-un-lyceen-de-17-ans-retrouve-pendu-en-meurthe-et-moselle-probable-suicide.html
================================
(rythmes courts ? jour critique émotionnel ?)

drame

Faits divers Besançon : elle tente d’étouffer sa mère avec un oreiller Les faits se sont produits jeudi, rue de Belfort à Besançon. La victime est atteinte de la maladie de Parkinson. Fragile psychologiquement, sa fille était alcoolisée. Malgré la crudité des faits, cela conserve les apparences d’un drame de la misère sociale et psychologique. Probablement aussi de l’épuisement face à la maladie d’une mère. Une triste affaire attisée par l’alcool. Jeudi, un peu avant 14 heures, une femme de 47 ans a tenté de tuer sa mère, âgée de 69 ans, au cœur du quartier commercial des Chaprais, rue de Belfort à Besançon. Elle a voulu l’étouffer avec un oreiller mais les cris de la mère, qui s’est débattue, ont alerté les voisins. Plus d'informations sur le site de l'Est Républicain.
http://www.bienpublic.com/faits-divers/2016/02/27/besancon-elle-tente-d-etouffer-sa-mere-avec-un-oreiller
===================
(période critique septennale des 70 ans et année P1 - rythmes courts ?)

accident

Ski: Vonn, évacuée sur civière en super-G à Soldeu, incertaine pour la fin de saison L'Américaine Lindsey Vonn, actuellement en tête de la Coupe du monde de ski alpin, s'est blessée samedi lors du super-G de Soldeu (Andorre) et a été évacuée sur civière, ce qui hypothèque ses chances de conquérir une cinquième fois un gros globe de cristal.(...)
http://www.franceguyane.fr/actualite/planete_sports/ski-vonn-evacuee-sur-civiere-en-super-g-a-soldeu-incertaine-pour-la-fin-de-saison-282190.php
=================
(jour critique physique P1 aujourd'hui)

meurtre

«Je viens de jeter mon fils par-dessus le pont»
Une Américaine a été condamnée lundi à la prison à perpétuité pour avoir tué son enfant de 6 ans, atteint d'autisme, en novembre 2014. Jillian McCabe avait téléphoné à la police pour rapporter son acte. Jillian McCabe a été condamnée lundi à une peine de prison à perpétuité pour avoir jeté son fils London depuis un pont, le 3 novembre 2014 à Newport (Oregon). L'enfant âgé de 6 ans était atteint d'autisme. Après son acte, l'Américaine avait appelé la police pour se dénoncer, rappelle CBS. «Je viens de jeter mon fils par-dessus le Yaquina Bay Bridge», avait-elle simplement expliqué, avant de décrire son enfant ainsi que les habits qu'il portait.  «Il est dans l'eau, il est parti», avait-elle ajouté. Les secouristes s'étaient alors précipités sur les lieux et avaient mis plusieurs heures à retrouver le corps du petit garçon. Selon ses proches, la mère de famille souffrait de troubles mentaux et était tombée en détresse émotionnelle en essayant de s'occuper de son fils autiste et de son mari handicapé. Ce dernier souffre en effet d'une sclérose en plaques et la famille croulait sous les problèmes financiers. «Je me sens isolée et j'ai l'impression d'être la seule à pouvoir m'occuper d'eux. C'est trop pour une seule personne», avait confié l'Américaine dans une vidéo en octobre 2013. Un juge avait, dans un premier temps, décidé de reporter le procès de Jillian McCabe afin qu'une évaluation psychologique puisse être réalisée. Mais selon les procureurs, la mère de famille avait effectué des recherches sur internet avec les termes «coupable, mais malade mental» et «non coupable pour cause de troubles mentaux». Lundi, Jillian McCabe a finalement plaidé coupable. Les procureurs ont donc accepté d'abandonner les charges de meurtre aggravé et d'assassinat. La mère de famille échappe ainsi à la peine de mort. Source : 20 Minutes ch le 25 février 2016
http://www.skcenter.org/forum/index.php?showtopic=24011&hl=
=========================
(période critique septennale des 35 ans - rythmes courts à voir le 3/11/2014)

drame

Montpellier : un homme meurt, poussé du cinquième étage Un suspect, qui nie le crime, a été mis en examen et écroué pour meurtre vendredi 19 février. Un homme de 35 ans a été mis en examen et écroué pour meurtre vendredi 19 février à Montpellier, à la suite d'une enquête menée sur la chute mortelle d'un habitant du centre-ville. Dans la nuit du dimanche 14 au lundi 15 février, un homme de 62 ans est retrouvé agonisant au pied de son immeuble, rue Esculape. Il avait sur le corps d'autres blessures, pouvant être liées à des actes de violence" Il meurt le lendemain, sans avoir repris connaissance. Mais les policiers comprennent rapidement que sa chute depuis son balcon du cinquième étage n'est peut-être pas accidentelle : "Il avait sur le corps d'autres blessures, pouvant être liées à des actes de violence", indique Christophe Barret, le procureur de la République de Montpellier. "Les constatations faites sur place laissent croire à une altercation dans l'appartement." L'enquête va alors se focaliser sur un proche de la victime, qui a quitté les lieux très rapidement après la chute, avant l'arrivée des secours. Arrêté en fin de semaine dans le quartier de la Mosson, l'homme a nié les faits, sans parvenir à convaincre les magistrats. "Il présente des explications qui nous paraissent contradictoires", insiste le procureur. Source : Midi Libre le 25 février 2016
http://www.skcenter.org/forum/index.php?showtopic=24013&hl=
=================
(les deux personnes en période critique septennale)

drame

Une femme de 27 ans mise en examen pour le meurtre de son bébé Une femme de 27 ans a été mise en examen et écrouée après la mort de son bébé de 22 mois, dont le corps tuméfié avait été emmené mardi aux urgences d'une clinique de Seine-Saint-Denis, selon une information communiquée ce vendredi par une source policière. Le compagnon de la jeune femme s'était présenté aux urgences de la clinique du Blanc-Mesnil avec le corps de leur enfant, "présentant de nombreuses ecchymoses", selon cette source. Le bébé, dont "le corps et le visage étaient tuméfiés", "avait subi des coups", selon une autre source policière. Sortie de ses gonds Le couple, originaire de Drancy, avait été placé en garde à vue mardi en fin de journée. Jeudi soir, la jeune femme a été présentée à un juge, avant d'être mise en examen pour homicide volontaire et incarcérée. Lors de la garde à vue, le père a expliqué que sa compagne avait "fait une crise" et exercé des violences sur leur enfant.
http://www.bfmtv.com/societe/une-femme-de-27-ans-mise-en-examen-pour-le-meurtre-de-son-bebe-954784.html
======================
(période critique septennale des 28 ans - rythmes courts à voir pour le déclencheur)

dépression

Saint-Amand-les-Eaux: en dépression, elle met plusieurs fois le feu à un restaurant Celle-ci, une Amandinoise de 61 ans, souffre d'une dépression sévère depuis une douzaine d'années. Elle a expliqué son comportement par le bruit ...
http://www.lavoixdunord.fr/region/saint-amand-les-eaux-en-depression-elle-met-plusieurs-ia27b36956n3353111
====================

l'article ne m'est pas accessible, mais les données semblent conduire à la période critique septennale des 49 ans et une dépression qui dure. mais rythmes courts à voir aussi...

drame

Nouveau drame aux Etats-Unis: un homme tue 4 personnes, dont des enfants, avant de se suicider Afp Un homme a ouvert le feu près d’une maison privée vendredi dans l’Etat de Washington, dans le nord-ouest des Etats-Unis, tuant quatre personnes, dont des enfants, avant de mettre fin à ses jours, a indiqué la police. «L’individu a tiré sur quatre personnes, y compris des enfants, puis après un affrontement avec la police il s’est tué», a déclaré Ryan Spurling, porte-parole de la police du comté de Mason à une centaine de km de Seattle. Certains médias locaux affirment qu’une jeune fille de douze ans aurait échappé au bain de sang, et d’autres médias rapportent que les victimes faisaient partie de la famille du tireur, mais la police n’a pas confirmé. Le suspect a lui-même appelé la police qui est alors intervenue. «Nous avons été avertis que quatre personnes avaient été abattues dans une résidence privée», a twitté la police du comté de Mason. Le face-à-face a alors duré plus de trois heures, démarrant vers 18H30 GMT (19H30 en Belgique) dans une zone boisée et reculée près de la bourgade de Belfair. Le suspect a refusé de se rendre, la police tentant en vain de négocier, avant qu’il ne retourne son arme contre lui. La police a twitté des photos montrant au moins cinq SUV et des forces de l’ordre en tenue d’assaut sur une route déserte entourée de pins.
http://www.sudinfo.be/1501393/article/2016-02-27/nouveau-drame-aux-etats-unis-un-homme-tue-4-personnes-dont-des-enfants-avant-de
===============
(l'homme serait âgé de 51 ans - rythmes courts à voir - l'épouse 49 ans donc en période critique septennale)

drame

Drame à Uccle: un commissaire de police se tue avec son arme de service… qu'il venait de récupérer  Un commissaire de police de la zone Marlow (Uccle/W-B/Auderghem) à Bruxelles vient de mettre fin à ses jours ce vendredi vers 8h dans la salle des coffres d’armement. Il venait d’être autorisé à reprendre son arme de service.
P.L. âgé de 50 ans souffrait de bipolarité et avait été écarté récemment pour sa propre sécurité. Son arme de service avait d’ailleurs été confisquée. Mais il semblait aller mieux et s’est vu autorisé de reprendre le service ce vendredi matin. Il s’est toutefois suicidé au sein du commissariat dans le site Schlumberger à Uccle. Contacté la zone de police confirme le drame. « Ce collègue souffrait depuis novembre 2014 de problèmes de santé pour lesquels il était suivi, ce qui a justifié une absence de plusieurs mois », explique le chef de corps, Michel Deraemaeker. Expliquant que toutes les mesures nécessaires ont été prises pour suivre l’intéressé. « Comme le prévoit la circulaire GPI 62, tout policier absent pour une période de plus d’un mois se voit retirer son arme de service. Celle-ci ne lui est rendue qu’après un avis positif de la médecine du travail et une session au stand de tir. La médecine du travail et le psychiatre ont récemment marqué leur accord pour la restitution de l’arme de service. » Le Chef de Corps a donc donné son accord pour la session de reprise en main. Le commissaire s’est malheureusement donné la mort aujourd’hui (...)
http://www.lacapitale.be/1500649/article/2016-02-26/drame-a-uccle-un-commissaire-de-police-se-tue-avec-son-arme-de-service%E2%80%A6-qu-il-ve
====================
(période critique septennale des 49 ans)

vendredi 26 février 2016

harcelé

Harcelé à coups de photos et de mails érotiques, Macron porte plainte Une étudiante en droit envoyait depuis le mois de septembre au ministre de l'Économie mots d'amour et photos osées. Elle a été placée en garde à vue. L'affaire a été confiée à la police judiciaire, qui n'a pas tardé à localiser la coupable : une habitante de Juvignac, près de Montpellier. Messages d'amour, photos érotiques, déclarations enflammées... Le charme du ministre de l'Économie ne laisse visiblement pas les Françaises indifférentes. Une Gabonaise de 29 ans, étudiante en droit, a été placée en garde à vue jeudi près de Montpellier pour « messages réitérés malveillants en vue de troubler la tranquillité d'autrui », révèle vendredi Le Midi libre . Les premiers messages, reçus en septembre, n'ont sans doute pas attiré l'attention du ministre. Mais la fréquence de ces déclarations sur sa boîte mail personnelle a fini par pousser Emmanuel Macron à déposer une plainte le 16 février dernier.(...)
http://www.lepoint.fr/politique/harcele-a-coups-de-photos-et-de-mails-erotiques-macron-porte-plainte-26-02-2016-2021247_20.php
====================
(période critique septennale des 28 ans)

maltraitance

Mann soll eigene Schwestern misshandelt haben Familiendrama in Buchenau Ein 57-Jähriger wird beschuldigt seine eigenen Schwestern in deren Wohnung schwer misshandelt zu haben. Beide Frauen schwer verletzt Die Polizei nahm am Dienstag, 23. Februar einen 57-jährigen Mann vorläufig fest. Der Mann wird beschuldigt, seine beiden Schwestern in deren Wohnung misshandelt zu haben. Die beiden 50 und 63 Jahre alten Frauen und kamen nach notärztlicher Erstversorgung mit unter anderem schweren Kopfverletzungen ins Krankenhaus. Eine erste ärztliche Untersuchung des Festgenommenen ergab eindeutige Hinweise auf psychische Auffälligkeiten. Der zuständige Haftrichter erließ am heutigen Nachmittag den von der Staatsanwaltschaft Marburg beantragten Beschluss zur einstweiligen Unterbringung in einem psychiatrischen Krankenhaus.
http://www.rpr1.de/news/604979/familiendrama-in-buchenau
=================

un frère âgé de 57 ans (période critique septennale des 56 ans) aurait sérieusement maltraité et gravement blessé ses deux soeurs de 50  et 63 ans. l'homme a été admis en psychiatrie.
(les trois personnes en périodes critiques septennales respectives, ce qui peut donner lieu à tensions)

tourmente

Après la tourmente, le difficile retour de Marie-Chantal Toupin Le long congé loin de la scène que s’est octroyée Marie-Chantal Toupin et son retour sur la scène musicale ne se sont pas passés comme elle le souhaitait. La blonde rockeuse a avoué avoir vécu des moments très négatifs. «Les années 2014 et 2015 ont été des années de merde. J’ai quitté le showbiz pour une année sabbatique. Mais on ne revient pas en claquant des doigts. J’ai fait une mini dépression», a confié Marie-Chantal Toupin au micro d’Isabelle Maréchal sur les ondes du 98,5 FM. De l’aveu même de l’artiste, la cause de cet état de noirceur est inconnue. «J’ai fait une mini paranoïa de je ne sais pas quoi. J’ai mis tout le monde de mon équipe dehors», a-t-elle précisé. Mais cette épreuve a tout de même permis à l’artiste d’apaiser son tempérament bouillant. «J’ai appris à me tourner la langue et les doigts avant d’écrire», a-t-elle avoué. Marie-Chantal Toupin avait décidé de prendre une pause de l’industrie musicale en 2012, car après 16 ans de carrière, elle était «tannée d’être dans ses valises». Elle est maintenant prête à mettre le tout derrière elle avec le lancement de «Merci... Mes grands succès», une compilation de 15 pièces, dont une composition inédite, qui sera en magasin ce vendredi. La chanteuse promet également un nouvel album de chansons originales en octobre.
http://www.journaldemontreal.com/2016/02/24/apres-la-tourmente-le-difficile-retour-de-marie-chantal-toupin
=============================
(née du 14 juillet 1971, 2012 est la période critique septennale des 42 ans)

déséquilibre

Rita Henkinet était dépressive et obsessionnelle Rita Henkinet a traversé au cours de sa vie plusieurs épisodes de dépression, ont exposé jeudi après-midi différentes spécialistes des sciences du cerveau. L’accusée présentait une souffrance sur le plan anxieux. Elle a été décrite comme une personne obsessionnelle. Un conseiller technique (expert psychiatre) sollicité par la défense a évoqué un déséquilibre mental grave. La personnalité de Rita Henkinet a été analysée à travers les observations et expertises de différents psychiatres et psychologues. Le psychiatre personnel de l’accusée a énoncé qu’elle avait été hospitalisée à deux reprises en 1993 à la suite de crises obsessionnelles aiguës. Rita Henkinet présentait des idées d’allures bizarres et inquiétantes. Elle évoluait entre des pathologies psychotiques et névrotiques et a connu des contextes de décompensation anxieuse. Selon son psychiatre personnel, Rita Henkinet était dépressive. Elle présentait un fond obsessionnel. Tout symptôme qui frappait ses enfants était immédiatement pointé du doigt. Rita Henkinet présentait une souffrance anormale sur le plan anxieux et une usure extrême. Mais elle n’avait jamais présenté de pulsions suicidaires.(...)  Selon le psychiatre Charles, Rita Henkinet était en état de déséquilibre mental grave au moment des faits et elle l’est toujours actuellement. Elle présente une pathologie mentale sévère. Il existe chez l’accusée une dangerosité vis-à-vis d’elle-même car le risque suicidaire n’est pas à exclure. L’avis de ce conseiller technique sollicité par la défense pourrait peser sur l’issue du procès. S’il devait être retenu à l’issue des débats et si le jury devait déclarer que Rita Henkinet a tué ses deux enfants dans un état de déséquilibre qui persiste, elle serait alors internée dans le cadre de la loi de défense sociale.(...)
http://www.lavenir.net/cnt/dmf20160225_00785488
====================================

(la presse cite des âges de 54 et 57 ans pour l'accusée, alors difficile de savoir... donc sous réserve.
57 ans pourrait correspondre à une "rechute" ou récidive septennale, 1993 - crises précédentes - étant la période critique septennale des 35 ans alors que le drame pourrait être un drame de la période critique septennale des 56 ans. rythmes courts à voir  - cela expliquerait aussi une dépression septennale actuelle). (l'observation des rythmes et cycles permet de connaître les périodes à risque de récidive, nos périodes et jours critiques étant généralement des éléments contribuant au déclenchement de ce type de drame) 

harcèlement

Suicide de Madison: rien ne prouve le harcèlement pré-mortem
Harcelée sur les réseaux sociaux, la jeune Madison met fin à ses jours Rebondissement inattendu dans la dramatique affaire du suicide de Madison, ce matin à Liège. Le parquet de Liège vient d'annoncer qu'à l'heure des investigations déjà menées, rien ne permettait d'affirmer que Madison était harcelée avant son suicide. Pour étayer sa position, le parquet se base sur de nombreuses recherches informatiques ainsi que la récolte de témoignages dans l'entourage proche de la jeune fille, dont sa maman. Le parquet annonce par ailleurs qu'il a ouvert un dossier afin de retrouver les membres du groupe de hackers Dow-Sec Belgium. Connu pour avoir déjà piraté les sites web de Joëlle Milquet, de la Banque nationale ou de la banque BNP Paribas Fortis, ce groupe vient de révéler les noms, photos et adresses des quatre jeunes suspectés, jusqu'à ce matin, d'avoir harcelé Madison.
http://www.dhnet.be/actu/faits/suicide-de-madison-rien-ne-prouve-le-harcelement-pre-mortem-56ceddf13570ebb7a8b8e117
===================

curieusement je m'étais posé la question de la réalité d'un harcèlement... y compris dans d'autres cas analogues arrivés. une dépression septennale peut aussi faire en sorte que l'on se croit ou sente harcelé...

jeudi 25 février 2016

infanticide

Drancy : la mère infanticide invoque une crise de démence Mercredi soir, un couple originaire de Drancy était toujours placé en garde à vue dans les locaux de la sûreté territoriale à Bobigny. Les deux parents sont soupçonnés d’avoir commis un infanticide sur leur bébé de 22 mois. Mardi, vers 18 h 30, le père, seul, s’était présenté à l’hôpital privé de la Seine-Saint-Denis au Blanc-Mesnil. Dans ses bras, il tenait le corps sans vie de son petit garçon. « L’enfant était couvert d’ecchymoses et avait le visage tuméfié », indique une source policière. Agé d’une trentaine d’années, l’homme qui n’était pas présent lorsque les coups ont été portés, a indiqué qu’en rentrant du travail, il avait découvert son fils inanimé dans sa chambre. Il a également déclaré à l’équipe médicale que sa femme avait agi « sous le coup d’une crise de démence  ». Celle-ci devait arriver à l’hôpital peu de temps après et confirmer l’atroce scénario. En garde à vue, la mère aurait expliqué « avoir boxé  » son petit garçon. Elle a précisé qu’elle avait fait par le passé l’objet d’un suivi psychiatrique. La famille n’était pas connue des services sociaux. L’enquête, confiée à la sûreté départementale, devra déterminer si son discernement était effectivement aboli au moment des faits. Une autopsie a été ordonnée sur la petite victime. Source : Le Parisien le 24 février 2016
http://www.skcenter.org/forum/index.php?showtopic=23998&hl=
==============
(pas de précision d'âge)
voir  http://rythmescycleshumains.blogspot.fr/2016/02/drame_28.html

mandat d'arrêt

Il entre dans une école primaire et commet un attentat à la pudeur sur une fillette Un homme de 57 ans originaire d'Ypres a été placé sous mandat d'arrêt pour attentat à la pudeur commis sur une petite fille de 8 ans, a indiqué jeudi le parquet de Flandre occidentale, section Ypres. Le lundi 22 février, E.W. était entré dans l'école primaire Sint-Michiels à Ypres. Il y avait eu un comportement à connotation sexuelle et avait été interpellé et présenté au juge d'instruction. Celui-ci a alors décidé de le placer sous mandat d'arrêt pour attentat à la pudeur sur une fillette de huit ans. Le quinquagénaire a déjà, par le passé, été condamné pour des faits de mœurs. Il comparaîtra vendredi devant la chambre du conseil de Ypres. Source : La Dernière heure le 25 février 2016
http://www.skcenter.org/forum/index.php?showtopic=24004&hl=
========================
(période critique septennale des 56 ans ? données du passé à voir) 

drame

Un couple a été retrouvé mort ce matin dans son pavillon de Goetzenbruck en Moselle, a-t-on appris aujourd'hui auprès de la gendarmerie et du maire, Joël Romang. Des constatations sont en cours pour déterminer s'il s'agit d'un suicide ou d'un homicide, ainsi que pour déterminer les causes du décès, ont précisé les gendarmes. Les pompiers avaient été alertés dans la matinée par des proches qui s'inquiétaient de ne pas parvenir à joindre ce couple proche de la cinquantaine, qui vivait dans un pavillon coquet de ce village de 1.600 habitants, situé dans le parc naturel des Vosges du Nord aux confins de l'Alsace et de la Lorraine. Une fois à l'intérieur, ils ont découvert les deux corps ensanglantés, ont précisé les gendarmes. Le parquet de Sarreguemines s'est déplacé sur les lieux, ainsi que des techniciens de la gendarmerie pour effectuer les constatations.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/02/25/97001-20160225FILWWW00199-un-couple-retrouve-mort-chez-eux-en-moselle.php
=========================
édit :
"D'après les premières constatations, monsieur aurait égorgé madame et ensuite se serait suicidé en s'égorgeant à son tour", a précisé le procureur. Selon "les premiers éléments de l'enquête, il s'agit clairement d'un drame familial.(...) C'est un couple qui connaissait des problèmes de couple. La situation était actuellement tendue", a précisé le procureur. Un couteau de cuisine a été trouvé à côté de l'homme, un fonctionnaire civil de la défense de 49 ans. Sa femme, âgée de 46 ans, était aide-soignante.
http://france3-regions.francetvinfo.fr/alsace/un-couple-retrouve-mort-dans-son-pavillon-goetzenbruck-57-936670.html
=================
(drame de la période critique septennale des 49 ans - rythmes courts ?) 

mystère

Libération de la mamy de 72 ans soupçonnée de meurtre
L’Uccloise continue de nier le "suicide par pendaison" de son compagnon il y a quatre ans. La chambre des mises en accusation de Bruxelles a remis en liberté l’Uccloise de 72 ans soupçonnée d’avoir tué Jean, son compagnon âgé de 77 ans, il y a quatre ans et fait passer le meurtre pour un suicide par pendaison. Germaine Q., qui était détenue depuis fin janvier, reste inculpée d’homicide volontaire. Elle est libérée sous conditions, a pu nous confirmer son avocate, la pénaliste Carine Couquelet. Sa cliente a toujours nié pendant sa détention avoir tué l’homme avec qui elle vivait en 2012 et qu’elle avait retrouvé à l’étage, dit-elle, pendu aux barreaux de la rampe d’escaliers. Les faits présumés se passent à Uccle dans le quartier du parc Duden. Germaine, née en 1943, habite cette maison de maître depuis de longues années. Son deuxième mari, chef d’entreprise, est décédé en 1999. Elle avait divorcé du premier. Fin des années 2000, elle noue une relation avec cet homme dont le décès début 2012 inquiète le parquet de Bruxelles. Bien que tout fasse penser à un suicide par pendaison, d’autant que la victime était alcoolique et dépressive, le médecin refusa le permis d’inhumer.
L’affaire est à l’instruction chez la juge Anne Gruwez. Selon le médecin légiste, des traces suspectes avec hémorragies internes indiquent l’intervention d’un tiers. Or, Germaine affirme qu’au moment du décès, elle se trouvait seule avec Jean à la maison. Elle se trouvait au rez-de-chaussée, dit-elle, quand il est monté. "Et quand je suis montée à mon tour, je l’ai trouvé, pendu, à hauteur du palier du premier". Le fait de déclarer s’être trouvée seule la rend suspecte numéro 1. Et c’est ce qui a justifié son arrestation le mois passé. Un décès par asphyxie avec usage d’un coussin ne peut-être exclu. C’est tout le problème : la victime pesait plus de 100 kilos. Or, la suspecte en pèse à peine 45 et mesure moins d’1m55. Pouvait-elle tuer et déplacer le corps pour simuler le suicide ? Le rapport d’autopsie conclut pourtant que les marques constatées à hauteur du cou ne correspondent pas à celles d’une pendaison. Début février, la chambre du conseil avait confirmé le mandat d’arrêt. Me Carine Couquelet a interjeté appel : ses arguments ont convaincu la justice de libérer l’Uccloise. Celle-ci est cependant assignée à résidence. L’affaire est mystérieuse. Qui d’autre ? L’après-midi, le couple avait reçu de la visite.
http://www.dhnet.be/actu/faits/liberation-de-la-mamy-de-72-ans-soupconnee-de-meurtre-56ccb1a53570ebb7a8ac30a5
====================
(situation des personnes, toutes deux en période critique septennale ?)

mercredi 24 février 2016

suicide

Mons: Claude, 56 ans, se suicide au Grand Large Ce mardi matin, vers 8h30, les amateurs de natation qui se rendaient à la piscine du Grand Large ont aperçu une agitation policière inhabituelle à quelques pas de l’entrée du complexe. Plusieurs combis de police, mais aussi les pompiers avaient été appelés. Claude, 56 ans, s’est suicidé dans le Grand Large. (...) « Le monsieur s’est suicidé. Il n’y rien de suspect dans ce dossier, confirme Dominique Schollaert, porte-parole au parquet de Mons. Il semble qu’il avait appelé un taxi pour le déposer ce mardi matin au Grand Large. Quand il est descendu, le chauffeur a juste aperçu qu’il se dirigeait vers le bord de l’eau ». Il semblerait que Claude n’était pas bien, il parlait souvent de ses soucis de santé. « Il devait passer des examens cardiaques. Il pensait qu’il allait avoir des problèmes de santé ». Persuadé qu’il allait mal, Claude avait alors prévenu sa famille. « Il avait passé un coup de téléphone pour dire qu’il n’allait pas bien. Je pense qu’il a sonné le matin même, avant de mettre fin à ses jours ». Malheureusement, ses proches n’ont pas eu le temps de réagir, le Montois avait déjà pris sa décision.
http://www.laprovince.be/1498528/article/2016-02-23/mons-claude-56-ans-se-suicide-au-grand-large
========================
(période critique septennale des 56 ans)

suicide

Vosges : un pompier volontaire se suicide dans son centre de secours de Fraize  C’est en prenant leur service ce mardi matin, au sein du centre de secours de Fraize, que des soldats du feu ont trouvé le corps sans vie d’un de leurs collègues. Agé de 48 ans, ce Fraxinien d’origine a été retrouvé pendu au sein de la caserne. D’après les premiers éléments recueillis sur les lieux, le quadragénaire aurait décidé de mettre fin à ses jours. Il a d’ailleurs laissé un courrier qui ne laisse aucun doute sur ses intentions. A priori, il aurait commis son geste au cours de la nuit de lundi à mardi. Suite à cette triste découverte, le parquet du procureur d’Epinal a décidé d’ouvrir une enquête pour définir les causes de sa mort. « Cette enquête a pour but de comprendre le contexte qui a amené cet homme à commettre cet acte » , déclare le procureur Etienne Manteaux qui, pour ces investigations, a sollicité la brigade de recherches de Saint-Dié. Le colonel Hugues Deregnaucourt, directeur du Sdis (Service départemental d’incendie et de secours) s’est rendu dans le centre de secours ce mardi matin afin de s’adresser aux personnels de l’infrastructure. « J’ai demandé aux sapeurs-pompiers de faire preuve de cohésion et de discrétion au regard de l’investissement de leur camarade, présent dans nos rangs pendant pendant de nombreuses années » , déclare le colonel. Pompier volontaire depuis 1984, le quadragénaire était employé à la société APRR, au sein du tunnel Maurice-Lemaire. Il laisse derrière lui deux garçons et une fille, ainsi qu’une épouse. S. de G.
http://www.estrepublicain.fr/actualite/2016/02/23/vosges-un-pompier-volontaire-se-suicide-dans-son-centre-de-secours-de-fraize
================
(période critique septennale des 49 ans)

hospitalisé

Hospitalisé récemment: le sénateur Patrick Brazeau a voulu attenter à ses jours
Ottawa Le sénateur suspendu Patrick Brazeau aurait tenté de mettre fin à ses jours le mois dernier, ce qui expliquerait pourquoi il a été hospitalisé, a rapporté CTV News mardi. M. Brazeau, 41 ans, se trouvait seul dans une résidence de Gatineau le 18 janvier quand il a voulu se suicider, écrit CTV News. C’est un voisin qui l’a retrouvé et contacté les services d’urgence. L’ancien représentant des conservateurs, qui se trouvait dans un état critique, a été conduit rapidement dans un centre hospitalier de la région. Il a été placé dans un coma artificiel pendant 30 heures pour permettre aux médecins de pratiquer une intervention chirurgicale. Il a obtenu son congé de l’hôpital cinq jours plus tard, toujours selon CTV News.(...)
http://www.journaldemontreal.com/2016/02/23/hospitalise-recemment-le-senateur-patrick-brazeau-a-voulu-attenter-a-ses-jours
===============
(période critique septennale des 42 ans - jour critique émotionnel E8)

mensonge

Un enseignant juif mis en garde à vue pour dénonciation mensongère L’attaque a-t-elle vraiment eu lieu ? Un enseignant juif qui disait avoir été blessé au couteau en novembre par trois hommes se revendiquant de l’organisation Etat islamique a été placé en garde à vue mercredi 24 février dans le cadre d’une enquête pour dénonciation mensongère, selon une source policière, confirmant une information de La Provence. L’enseignant, âgé de 57 ans, avait reçu la presse à son domicile au lendemain des faits qu’il avait dénoncés, expliquant avoir été agressé au couteau alors qu’il rentrait chez lui vers 20 heures. « Ils m’ont demandé si j’étais juif ou musulman. Et, quand j’ai dit que j’étais juif, ils se sont rués sur moi et m’ont jeté à terre en me disant qu’ils allaient me faire souffrir et me tuer ». Il disait que ses agresseurs, de « jeunes adultes d’une vingtaine d’années », l’avaient « tailladé avec deux couteaux » et montré une photo de Mohamed Merah et un tee-shirt de l’Etat islamique. « Puis un troisième homme est arrivé avec un autre scooter et a filmé la scène », avait-il précisé. (...)
http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2016/02/24/un-enseignant-juif-mis-en-garde-a-vue-pour-denonciation-mensongere_4870882_1653578.html
======================
(période critique septennale des 56 ans)

suicide

Paris. L'homme retrouvé mort dans un parc se serait suicidé Le corps d'un homme gisant dans une mare de sang avait été retrouvé dans un parc parisien lundi. L'enquête s'oriente vers un suicide. L'enquête sur la mort d'un homme d'une quarantaine d'années, retrouvé lundi « dans une mare de sang » dans un parc du sud de Paris, s'oriente « très sérieusement » vers un suicide, a indiqué mardi une source judiciaire à l'AFP. Cet homme avait été retrouvé par un agent de sécurité dans le parc de la Cité universitaire internationale, dans le XIVè arrondissement, selon une source policière. Il « gisait dans une mare de sang », avait précisé cette source. Selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme s'est volontairement donné la mort, a indiqué la source judiciaire.
http://www.ouest-france.fr/ile-de-france/paris-75000/paris-lhomme-retrouve-mort-dans-un-parc-se-serait-suicide-4052008
=========================

drame familial

Un drame familial fait 5 morts en Arizona Une fusillade et un incendie criminel ont causé la mort de cinq membres d'une famille américaine. Le drame s'est déroulé vers 4h45 du matin à Phoenix, dans l'Arizona.
La police et les pompiers de Phoenix, en Arizona (sud-ouest des États-Unis) ont annoncé la mort de cinq membres d'une même famille mardi 23 février, rapporte l'agence Associated Press citée par la chaîne ABC. Alors qu'ils tentaient de secourir les victimes prises au piège des flammes vers 4h45 du matin heure locale, les pompiers ont esquivé les balles d'un tireur embusqué au deuxième étage de la maison. Le tireur a été neutralisé quelques instants plus tard par la police. Celui-ci a vraisemblablement mis le feu à la maison de ses parents après les avoir tué ou blessé par balles. Il était le fils et le frère des victimes. Deux adultes ont été retrouvés morts à l'arrivée des secours, tandis qu'une femme d'une vingtaine d'année et une fillette de 5 ans, grièvement blessées, sont décédées dans l'après-midi à l'hôpital. Les autorités de la ville ont remercié les intervenants pour leur courage et leur détermination. Aucun pompier et policier n'a été blessé par balles, l'un d'eux a été hospitalisé après avoir inhalé de la fumée, précise l'Associated Press.
http://www.20min.ch/ro/news/faits_divers/story/Un-drame-familial-fait-5-morts-en-Arizona-15863516
http://www.azfamily.com/story/31289335/update-5-dead-after-shooting-fires-at-phoenix-home
 =================
Alex Buckner, 26, killed his father Vic Buckner, 50; his mother Kimberly Buckner, 49; his 18-year-old sister Kaitlin Buckner and his 6-year-old sister Emma Buckner,
(parents en période critique et tireur en année critique intellectuelle i26)

lundi 22 février 2016

jaloux

Le fait divers du jour : jaloux du bébé, il tente de tuer sa femme qui allaite Un homme est soupçonné d'avoir voulu tuer sa compagne parce qu'il était jaloux de leur bébé. Au moment des faits, la jeune mère était en train d'allaiter. Scène qu'il n'a pas supporté... A son goût, elle passait trop de temps avec le bébé et pas assez avec lui. Nicholas George Lehmeier, 28 ans, est soupçonné d'avoir voulu tuer sa femme pendant qu'elle allaitait, jaloux qu'il était de la voir s'occuper de leur enfant de 4 mois. Déjà condamné pour violences sur son fils Les faits se sont déroulés à Cold Spring, dans le Minnesota. Excédé par la scène, il aurait pointé un fusil de chasse sur elle et le petit et aurait appuyé sur la gâchette. Mais rien ne serait sorti. Selon le récit de la jeune femme, qui a porté plainte cette semaine, son compagnon serait alors cherché une arme de poing en disant "une balle c'est tout ce dont j'ai besoin pour finir". La jeune femme a alors pensé qu'elle allait mourir. Mais l'homme furieux aurait finalement repris ses esprits et lancé l'arme par la fenêtre pour ne pas la tuer. La victime n'aurait pas osé dénoncer son compagnon tout de suite, de peur qu'il ne la tue avec son bébé. Elle a en effet raconté aux policiers que cela faisait plus de dix ans qu'elle était battue régulièrement. Le père de famille violent avait déjà été condamné pour avoir frappé leur fils de 7 ans. Leurs cinq enfants leur avaient alors été retirés. Aujourd'hui, l'homme risque 7 ans de prison.
http://www.metronews.fr/info/le-fait-divers-du-jour-jaloux-du-bebe-il-tente-de-tuer-sa-femme-qui-allaite/mpbv!BWucOi0nwrTQ/
=======================

voyeur

Lorient : un voyeur filmait les femmes dans les toilettes de l'IUT L'employé de l'établissement universitaire se servait de téléphones dissimulés dans la pièce. Il a été condamné à 10 mois de prison avec sursis.
Un employé de l'université de Lorient, dans le Morbihan, a été condamné à dix mois de prison avec sursis, lundi 22 février. Il était jugé pour avoir filmé dans les toilettes des femmes grâce à des téléphones portables dissimulés dans la pièce. En novembre, ce technicien de l'institut technologique universitaire breton avait été interpellé après qu'une agente d'entretien eut découvert deux téléphones dans les toilettes pour femmes. L'homme de 35 ans avait scotché les deux appareils sous un couvercle de cuvette de W-C mal emboîté et dans le panneau d'un faux plafond. D'autres téléphones avaient été retrouvés après la perquisition de son bureau à l'IUT. Au total, le prévenu, avait cumulé 90 gigas de vidéos classées et archivées sur des ordinateurs depuis début 2014. 10 mois de prison avec sursis et 7 900 euros d'amende Sa trentaine de victimes - des enseignantes, secrétaires, personnels d'entretien et étudiantes - s'était déplacée au tribunal de Lorient le 12 janvier pour tenter de mieux comprendre ses motivations. Le tribunal a finalement condamné l'homme à dix mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve. Interdit de se rendre à l'IUT et ses abords, il devra en outre se soigner et rembourser ses victimes à hauteur de 7 900 euros.
http://www.lepoint.fr/justice/lorient-un-voyeur-filmait-les-femmes-dans-les-toilettes-de-l-iut-22-02-2016-2020279_2386.php
====================
(période critique septennale des 35 ans)

suicide

Metz : mort d'un CRS par arme à feu, un suicide selon un syndicat Un CRS de 35 ans s'est donné la mort ce lundi matin près de la caserne de Châtel-Saint-Germain (Moselle) près de Metz, a-t-on appris de source syndicale. Le fonctionnaire, âgé de 35 ans, et père de famille, appartenait à la CRS 38 basée à Illzach, près de Mulhouse (Haut-Rhin), selon le syndicat Unsa Police qui s'est ému de la nouvelle et a dénoncé les "conditions de travail difficiles". L'homme aurait fait usage de son arme à feu pour mettre fin à ses jours. Il a été retrouvé mort dans sa voiture stationnée sur un chemin en lisière de forêt à Lessy non loin de la caserne de CRS. Une enquête de gendarmerie est ouverte mais la thèse du suicide fait peu de doute, selon des sources proches du dossier. Le policier qui travaille en Alsace suivait une formation dans la caserne de Metz, selon nos informations. Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait effectuait une visite de la caserne la semaine dernière.
http://loractu.fr/flash/details/f1447-metz-mort-d-un-crs-par-arme-a-feu-un-suicide-selon-un-syndicat.html 
========================
(période critique septennale des 35 ans)

chute

Un drame encore inexpliqué. Un jeune homme de 20 ans est tombé dimanche depuis les remparts du château de Caen (Calvados), rapporte le site «Normandie-Actu». Les faits se sont produits vers 15h30, le long de la rue de la Geôle, là où circule le tram. A cet endroit, les remparts sont hauts de plus de 10 mètres. La victime est très grièvement blessée et a été transportée au CHU (centre hospitalier universitaire) de la ville. Un enquête est ouverte pour déterminer s'il s'agit d'un accident ou d'une tentative de suicide.
http://www.leparisien.fr/faits-divers/caen-un-homme-de-20-ans-grievement-blesse-en-chutant-des-remparts-du-chateau-22-02-2016-5567737.php
==================

fusillade

Fusillade dans le Michigan : le tireur était un chauffeur Uber  Six personnes sont décédées et une femme est grièvement blessée. Les victimes ont été visées dans trois lieux différents du comté de Kalamazoo.  L'homme qui a tiré sur huit personnes, apparemment au hasard, et en a tué six dans une petite ville du nord des États-Unis travaillait comme chauffeur avec Uber, a indiqué dimanche le groupe américain. « Nous avons contacté la police afin de faire tout notre possible pour l'aider dans son enquête », a déclaré Joe Sullivan, responsable de la sécurité chez Uber, dans un communiqué. Jason Brian Dalton, 45 ans, est accusé d'avoir tué six personnes samedi soir lors de trois fusillades. Les victimes semblent « avoir été choisies au hasard », a déclaré Jeff Getting, le procureur de Kalamazoo, ville de 76 000 habitants de l'État du Michigan (Nord). Uber affirme que les antécédents du suspect avaient été vérifiés avant qu'il ne commence à travailler pour le service de réservation de voiture avec chauffeur. Le procureur a de son côté indiqué que Jason Brian Dalton n'avait pas de casier judiciaire, selon les premiers éléments de l'enquête.
http://www.lepoint.fr/monde/etats-unis-au-moins-six-morts-dans-une-fusillade-dans-le-michigan-21-02-2016-2019939_24.php
================

situation :
21 février 2016 (22/06/1970)(l'intéressé entrait samedi soir dans jour critique physique P6 dans un épisode triple critique)
Me 17
 Je 18
Ve 19
Sa 20 
Di 21 P(6)
Lu 22 P(7) E(22) I(17) 
Ma 23
Me 24
Je 25
Ve 26

suicide

L'ancien bourgmestre de la ville de Mouscron en Belgique s'est donné la mort par pendaison quelques jours avant son procès où il était accusé d'avoir financé de manière occulte le club de foot Excelsior.
Jean-Pierre Detremmerie, 75 ans, l'ancien homme fort de Mouscron en Belgique a mis fin à ses jours dans la nuit de samedi à dimanche. C'est son épouse qui a découvert le corps sans vie de son mari. Selon le parquet, qui a confirmé l'information, l'ex-bourgmestre de Mouscron s'est donné la mort par pendaison. "Il n’y aucun élément suspect et étant donné qu’il s’agit d’un fait de vie privée, aucun autre commentaire ne sera donné", a précisé le procureur du Roi de l’arrondissement Tournai-Mons, Christian Henry. Foot et financements occultes M. Detremmerie a été à la tête de Mouscron pendant plus de 25 ans entre 1980 et 2006. L'homme était également président du club de football de l'Excelsior de Mouscron pour lequel il s'est retrouvé devant les tribunaux. Depuis 2007, il était, en effet, sous le coup d’une inculpation pour faux, usage de faux et abus de biens sociaux dans l'affaire des financements occultes de ce club de football. M. Detremmerie devait être fixé sur son sort quand à un éventuel renvoi devant le tribunal correctionnel mardi.
http://france3-regions.francetvinfo.fr/nord-pas-de-calais/belgique-l-ancien-maire-de-mouscron-jean-pierre-detremmerie-se-suicide-avant-son-proces-933437.html 

=====================

21 février 2016 (10/10/1940)(jour critique physique P19)
Ma 16 I(1)
Me 17
Je 18 E(1)
Ve 19 P(18)
Sa 20 P(19)
Di 21
Lu 22
Ma 23
Me 24 I(9)
Je 25 P(1) E(8)

jugé

homme jugé mardi en Lorraine pour l'enlèvement d'une fillette qu'il avait libérée saine et sauve
Un homme de 48 ans sera jugé mardi à Briey (Meurthe-et-Moselle) pour le rapt en avril dernier de la petite Bérényss, 7 ans, qui avait donné lieu à une «alerte enlèvement» nationale et s’était soldé par la libération de la fillette, saine et sauve après huit heures de séquestration. Le prévenu, un agriculteur meusien père de trois enfants, avait été interpellé et écroué cinq jours après les faits. Il sera jugé mardi après-midi en correctionnelle pour «enlèvement et séquestration», a précisé dimanche à l’AFP Yves Le Clair, le procureur de Briey. Il n’est toutefois pas poursuivi pour agression sexuelle, car aucun élément n’est venu accréditer cette thèse pendant l’instruction. Les débats seront donc publics.
L’homme, qui encourt cinq ans d’emprisonnement, est soupçonné d’avoir enlevé la petite Bérényss le 23 avril 2015 vers 15H00, alors qu’elle faisait du vélo tout près de chez elle, à Sancy, en Meurthe-et-Moselle. Il l’avait emmenée dans sa ferme de Montzéville (Meuse), à 75 km de là, puis l’avait libérée le soir même, vers 23h, en la déposant devant une maison de Grandpré, dans le département voisin des Ardennes. Une femme médecin, habitant cette maison, l’avait recueillie et avait aussitôt prévenu ses parents. Ces derniers, qui se sont portés parties civiles, devraient assister au procès. «Ils veulent le voir. Ils veulent savoir qui est à l’origine de tous leurs maux.Parce que leur vie a été bouleversée, emportée par la peur ressentie», a dit au Républicain Lorrain leur avocate, Me Zakia Aït Slimane, qui évoque un «traumatisme» pour toute la famille. Selon le procureur, le ravisseur présumé, pendant l’instruction, n’a pas vraiment fourni d’explications à son geste, si ce n’est qu’il connaissait des «difficultés diverses». «On ne comprend pas bien ses motivations», a commenté le magistrat. Le ravisseur présumé avait été confondu par son ADN retrouvé sur des vêtements de la fillette. Son profil génétique figurait dans le fichier des enquêteurs depuis quelques semaines seulement: il avait été contraint à un prélèvement ADN dans le cadre d’une autre plainte pour agressions sexuelles déposée par trois proches, dont deux de ses nièces. Source : AFP le 21 février 2016 
http://www.skcenter.org/forum/index.php?showtopic=22000&hl=
==========================
(période critique septennale des 49 ans) 

dimanche 21 février 2016

horreur

L'horreur absolue en Allemagne: deux hommes ont poignardé puis brûlé vive une jeune femme enceinte Ce fait divers avait glacé les sangs, en janvier 2015. Deux jeunes gens avaient poignardé et brûlé vive une jeune femme enceinte pour la simple raison que l’un d’eux, le père, ne souhaitait pas cette paternité. Ils ont été tous les deux condamnés à 14 ans de prison Deux hommes de 20 ans ont été condamnés vendredi par un tribunal berlinois à 14 ans de prison pour le meurtre de l’ex-compagne, enceinte de huit mois, de l’un d’eux, un crime qui avait particulièrement choqué l’Allemagne en janvier 2015. Après avoir poignardé la victime âgée de 19 ans, les deux hommes l’ont brûlée vive. L’accusation a estimé qu’Eren T. était le père de l’enfant, mais qu’il ne désirait pas cette paternité. Il aurait dès lors demandé l’aide d’un ancien camarade de classe, Daniel M., pour tuer la jeune femme. Les deux hommes ont exploité la volonté de la victime de renouer avec son ancien compagnon pour l’attirer dans une région boisée à l’extérieur de Berlin, où ils l’ont poignardée avec un couteau à pain, aspergée d’essence et brûlée vive. Les enquêteurs ont révélé que la jeune femme était encore en vie lorsqu’elle a été immolée. Aucun des accusés ne s’est exprimé devant la cour. Source : Sud Info le 19 février 2016
http://www.skcenter.org/forum/index.php?showtopic=23961&hl=
========================

tireur

La police a annoncé dimanche avoir arrêté un homme soupçonné d'avoir abattu cinq personnes dans une série de fusillades qui ont notamment visé un restaurant et une concession automobile dans une ville du Michigan (nord des Etats-Unis). Trois autres personnes ont été blessées dans ces fusillades, selon la police. D'autres sources évoquent un total de 7 morts. Selon la chaîne locale News 8, un enfant de huit ans a été tué dans le restaurant, et un homme et son fils chez le concessionnaire automobile. Le shérif adjoint du comté de Kalamazoo, Paul Matyas, avait déclaré dans un premier temps aux médias locaux que les attaques avaient fait six morts. Mais dans une conférence de presse organisée par la suite, le lieutenant Dave Hines, de la police du Michigan, a précisé que le bilan était de cinq morts et trois blessés. Ce responsable a indiqué que la police avait arrêté un suspect à 00h40 dimanche. "Nous pensons que nous tenons le suspect", a-t-il dit. Selon des médias locaux, il s'agirait d'un habitant de Kalamazoo âgé de 45 ans. Le lieutenant Hines a dit que les fusillades s'étaient produites dans trois lieux: un complexe résidentiel, un restaurant de la chaîne Cracker Barrel et une concession automobile. Trois personnes ont été tuées dans le restaurant et deux dans la concession automobile. Le suspect avait été identifié comme un homme blanc d'une cinquantaine d'années qui circulait dans un break Chevrolet bleu et semblait tirer au hasard sur les gens. Tous les tirs provenaient apparemment du même homme, selon le shérif adjoint Paul Matyas.(...)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2016/02/21/97001-20160221FILWWW00024-la-police-arrete-un-homme-soupconne-d-avoir-tue-au-moins-5-personnes-dans-le-michigan.php
=========================

samedi 20 février 2016

drame

Le gendarme-plongeur de Noyon est décédé Le marchal des logis chef Hocine Rebiha effectuait des recherches à l’écluse du Pont-Neuf à Amiens pour retrouver un automobiliste pris au piège dans une voiture tombée à l’eau. La Gendarmerie nationale a officiellement annoncé ce samedi le décès du gendarme de la brigade fluviale de Noyon, le maréchal des logis chef Hocine Rebiha. Le militaire participait vendredi à des recherches sur les lieux d’un accident à l’écluse du Pont-Neuf à Amiens (Somme). Un véhicule était tombé à l’eau mercredi soir. Le gendarme Hocine Rebiha effectuait des recherches avec d’autres plongeurs pour localiser le véhicule ainsi que le corps du disparu, présent dans la voiture avec deux amis qui, eux, ont été secourus. Le lieu de l’intervention était particulièrement dangereux en raison de remous provoqués par une usine marémotrice à proximité. Hocine Rebiha était pourtant un plongeur expérimenté. En poste à Fort-de-France, en Martinique, il avait même été décoré en 2011 à la suite d’un sauvetage particulièrement périlleux “en mer où il avait secouru une quinzaine de personnes en détresse. «C’était un homme courageux. Il était entre la vie et la mort hier (NDLR : vendredi) et nous a quitté aujourd’hui (samedi) à l’hôpital», explique-t-on à la gendarmerie. Hocine Rebiha avait 42 ans. Le conducteur de la voiture tombée à l’eau était positif à l’alcool et aux stupéfiants. 
http://www.leparisien.fr/noyon-60400/le-gendarme-plongeur-de-noyon-est-decede-20-02-2016-5563819.php
====================

drame familial

Double meurtre à la Bastide-Clairence au Pays basque Un couple de quinquagénaires a été retrouvé mort dans une maison à La Bastide-Clairence, non loin de Bayonne. Il pourrait s'agir d'un drame familial.
Selon les premiers éléments, le couple aurait été tué par arme à feu. L'homme et la femme, des quinquagénaires, étaient inconnus des services de gendarmerie. C'est l'un de leurs deux fils, blessé à la jambe, qui a donné l'alerte en fin de matinée. Entendu par les services de gendarmerie d'Hasparren, il aurait dit avoir tiré sur son père après que celui-ci a tué sa mère par arme à feu. Selon lui, c'est la même arme, un revolver de collection, qui aurait été utilisée. Après avoir livré son témoignage, le fils a été évacué à l'hôpital de Bayonne. Ses jours ne seraient pas en danger. L'autre fils du couple, choqué psychologiquement, a lui aussi été admis à l'hôpital. L'enquête a été confiée à la brigade de recherche de la gendarmerie de Bayonne. Sur place les techniciens en identité criminelle ont effectué des prélèvements. Une enquête de gendarmerie a été ouverte pour connaître les circonstances exactes de ce drame. Le procureur de la République de Bayonne devrait tenir une conférence de presse demain.
http://france3-regions.francetvinfo.fr/aquitaine/pyrenees-atlantiques/pays-basque/double-meurtre-la-bastide-clairence-au-pays-basque-933085.html
======================== 
( "Le fils aîné, Yann, a reconnu le tir mortel sur son père lors de la reconstitution des faits fin novembre")
*16/09/1988 Yann Rouxel (lendemain du jcémotionnel E22 - pcs 28 ans - 5 mois anniv.)

drame

Corps dans le Rhône : accident ou suicide Mercredi après-midi, les agents de la Compagnie nationale du Rhône avaient fait une macabre découverte lors d’une opération de nettoyage du barrage de Reventin-Vaugris : ils avaient découvert le corps d’une femme dans le fleuve. Une enquête avait alors été confiée à la brigade de recherches de Vienne. Depuis, la victime a pu être identifiée, il s’agit d’une femme de 85 ans domiciliée à Chasse-sur-Rhône, qui souffrait de troubles psychologiques et bipolaires. Suite aux résultats de l’autopsie, la piste criminelle a été écartée. Les gendarmes penchent donc pour un accident ou un suicide. Quelques analyses et auditions doivent encore être menées, indiquait le parquet de Vienne, hier.
http://www.ledauphine.com/isere-nord/2016/02/19/corps-dans-le-rhone-accident-ou-suicide
===========================
(période critique septennale des 84 ans)

décès

Décès d’Umberto Eco, l’auteur du roman médiéval « Le Nom de la rose »  Philosophe, écrivain et essayiste, Umberto Eco est mort à 84 ans, vendredi soir 19 février, à son domicile, à Milan, d’un cancer, a confirmé sa famille au quotidien italien La Repubblica.
http://www.lemonde.fr/disparitions/article/2016/02/20/umberto-eco-auteur-du-nom-de-la-rose-est-mort_4868787_3382.html
==================
  
né le 5 janvier 1932 et mort le 19 février 2016... (jour neutre - six semaines après l'anniversaire 84 période critique septennale)
 "Son premier roman, Le Nom de la rose (1980) connaît un succès mondial ... malgré un contenu dense et ardu.... (Wikipédia)
(un roman de la période critique septennale des 49 ans)


viol et meurtre

Viol et meurtre de Siham à Lodève : Tomy B. condamné à 18 ans de réclusion criminelle L'avocat général avait requis 30 ans de réclusion criminelle. Tomy B., un jeune homme de 18 ans, a finalement été condamné à 18 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises de l'Hérault, à Montpellier, pour le viol et le meurtre de Siham, une enfant de 12 ans et demi. Plus tôt ce vendredi, l'avocat général avait requis 30 ans de réclusion criminelle contre le jeune homme de 18 ans. Tomy B. a bénéficié de l'excuse de minorité. C'est la raison pour laquelle sa condamnation est bien inférieure aux réquisitions. Obligation de suivi socio-judiciaire Cette condamnation s'accompagne d'une obligation de suivi socio-judiciaire pendant 20 ans. Le jeune homme, mineur au moment des faits, a dix jours pour décider de faire appel de ce verdict. Procès à huis clos Pour rappel, le procès s'est déroulé à huis clos, à la cour d'assises des mineurs de l'Hérault, à Montpellier, car l'accusé avait 16 ans au moment des faits. Si l'excuse de minorité n'avait pas été retenue, il encourait la réclusion criminelle à perpétuité.
Le rappel des faits Les deux adolescents étaient pensionnaires d'un établissement pour jeunes en difficulté à Lodève. Le corps sans vie de Siham avait été découvert sous une pile de linge, dans un pavillon désaffecté de l'Institut Thérapeutique et Pédagogique (ITEP) de Lodève (Hérault), en avril 2014, une dizaine d'heures après que sa disparition ait été signalée. Une cellule d'aide psychologique avait été mise en place pour les personnels de l'ITEP de Lodève, très choqués par ce crime dans leur établissement. Samedi, deux jours avant l'ouverture du procès, la famille et les proches de Siham, souvent décrite comme une jeune fille vive et attachante, avaient organisé une marche blanche en sa mémoire, à Montpellier.
http://france3-regions.francetvinfo.fr/languedoc-roussillon/herault/montpellier/viol-et-meurtre-de-siham-lodeve-tomy-b-condamne-18-ans-de-reclusion-criminelle-932591.html
===================

drame

Drame de Romenay en Saône-et-Loire : le fils de la victime mis en examen pour assassinat
Le fils, de la femme de 47 ans retrouvée poignardée chez elle à Romenay en Saône-et-Loire, dans la nuit de mardi à mercredi, a été écroué ce vendredi19 février , il a été mis en examen pour "assassinat". Le jeune homme de 22 ans, qui était entendu initialement comme témoin, a été placé depuis mercredi en fin de journée en garde à vue. Il a alors reconnu les faits, précisant avoir agi seul, son père étant absent au moment du drame. Des investigations sur "sa personnalité" doivent être menées pour comprendre les "motivations réelles" de son geste. La mère de famille a été retrouvée dans la nuit de mardi à mercredi, dans la cave du pavillon familial, par son mari qui avait aussitôt alerté les secours. L'autopsie, pratiquée le lendemain de la découverte macabre, a permis d'établir que la quadragénaire avait reçu "6 à 7 coups de couteau, tous localisés au niveau de la gorge". La victime était employée comme assistante dans une école maternelle de Romenay, une commune de 1.600 habitants. L'enquête a été confiée aux gendarmes de Louhans et à la section de recherches de Dijon.
https://www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/drame-de-romenay-en-saone-et-loire-le-fils-de-la-victime-mis-en-examen-pour-assassinat-1455905897
======================
(période critique septennale des 21 ans ? année P1 pour la victime -  rythmes courts à voir pour le fils)

vendredi 19 février 2016

sinistre endormi

Etats-Unis : le «Sinistre endormi», tueur en série, jugé pour dix meurtres
Lonnie Franklin Jr, 63 ans, a été surnommé le «Sinistre endormi» à cause d'une pause de quatorze ans entre 1988 et 2002 dans les meurtres dont il est soupçonné, qui se sont déroulés entre 1985 et 2007. Le procès d'un ancien éboueur et mécanicien, accusé du meurtre de dix femmes sur plusieurs décennies, s'est ouvert mardi à Los Angeles et va se prolonger pendant quatre mois.
Des responsables soupçonnent Lonnie Franklin Jr d'avoir commis en réalité plusieurs dizaines de meurtres similaires non résolus. Lonnie Franklin Jr a été arrêté le 12 juillet 2010 lorsque son ADN a pu être connecté avec plusieurs victimes. Mais son procès a maintes fois été repoussé par des appels et des circonvolutions judiciaires. Selon les autorités, Lonnie Franklin Jr sillonnait les rues du sud de Los Angeles à une époque où ce quartier était gangrèné par la consommation de cocaïne et de crack. La plupart des victimes étaient des prostituées toxicomanes qui ont été abattues par balle ou étranglées, leurs dépouilles abandonnées dans des ruelles ou des poubelles.
Pour un tueur en série, ces victimes étaient des proies faciles et vulnérables. Certaines ont été violées avant d'être tuées. Les victimes étaient âgées de 15 à 35 ans. (...)
http://www.skcenter.org/forum/index.php?showtopic=7691&hl=
===================

avec réserves car "found dead" ne veut pas forcément dire tuées ce jour-là ou la veille de ce jour, mais certains éléments ressortent assez régulièrement (une personne est sauve sur les 12 citées, et l'intéressé est suspecté d'avoir tué encore un certain nombre d'autres personnes) : 
 - la fréquente présence du jour critique émotionnel (ou équiv.)(E1-E8-E15-E22- P19) l'intéressé étant un natif du samedi, les crimes ont eu lieu ce jour-là ou à côté (8 sur les 12)
- la fréquente présence de l'époque de l'anniversaire ou son équivalent à 5 mois de là (8 sur les 12)
- la pause (lui valant le surnom de "the Grim Sleeper") correspond en fait à l'intervalle entre les périodes critiques septennales des 35 et 49 ans : les périodes critiques sont des périodes de pulsions et l'intéressé peut s'arrêter de sévir en dehors de ces périodes, pour reprendre ses méfaits dès leur survenance. et que voilà résolu le mystère du sommeil du Grim Sleeper... il semble s'être tenu tranquille autour de 1994 la période critique septennale des 42 ans, à moins que l'on n'ait pas vu s'il s'est passé quelque chose... d'ailleurs il n'y a que le douzième meurtre qui semble ne pas être arrivé en épisode "pulsions"...
- "démarrage" anniversaire 33 en année critique intellectuelle i1.

DOB samedi 30 août 1952
victimes :

1.Debra Jackson, 29, found dead on 10 August 1985. (jcé E22 prox anniv 33 année i1)
2.Henrietta Wright, 35, found dead on 12 August 1986. (jci i26 - prox anniv 34 année i1)
3.Thomas Steele, 36, found dead on 14 August 1986. (jcp P6 - prox anniv 34 année i1)
4.Barbara Ware, 23, found dead on 10 January 1987. (jcé E8 - 5 mois anniv 35 pcs 35 ans)
5.Bernita Sparks, 25, found dead on 15 April, 1987. (lend jcp P19 veil jci i9 - 5 mois anniv pcs 35 ans)
6.Mary Lowe, 26, found dead on 1 November 1987. (lend P12 E22 i9 - pcs 35 ans)
7.Lachrica Jefferson, 22, found dead on 30 January 1988. (E1 i1 5 mois anniv 35 pcs 35 ans)
8.Alicia Monique Alexander, 18, found dead on 11 September 1988. (P6 lend E1 prox anniv pcs 35 ans
9.Enietra Margette (ficticious last name for security reasons), attacked on 20 November 1988; she is the only known survivor.(P7 lend E15 pcs 35 ans)

pause de 13 années de 36 ans à 49 ans.

10.Princess Berthomieux, 14, missing 21 December 2001;(lend P1 - jour i26 veille E8 pcs 49 ans)
11.Valerie McCorvey, 35, found dead on 11 July 2003. (veille P18 E15 - prox anniv)
12.Janecia Peters, 25, found dead on 1 January 2007. (jour neutre)