cycles de l'humeur

une bonne partie des dépressions ont un lien avec les rythmes et cycles naturels de l'humeur qui fonctionnent au sein de notre organisme. je pense qu'il s'agit d'un mécanisme à pulsations hormonales induisant périodiquement des épisodes qui, souvent, ne se font guère remarquer, mais aussi qui peuvent être la cause d'états d'humeur pouvant aller du simple "coup de blues" à la grave dépression. cela est très individuel et fonction aussi de notre état, de notre capacité à gérer, et des faits de notre environnement.

ce sont essentiellement deux rythmes ou cycles, démarrant au moment de la naissance, qui sont en cause : ils fonctionnent avec la régularité d'une horloge jusqu'à la fin de la vie.

1) un rythme émotionnel hebdomadaire : 
s'agissant d'un rythme qui démarre le jour de la naissance, la pulsation (jour critique émotionnel) interviendra chaque septième jour de notre vie et du fait d'une règle mathématique - la semaine étant de sept jours - toujours le jour de la semaine où nous sommes nés.
il s'agit en fait du cycle émotionnel de 28 jours des biorythmes (découvert autour de 1900) interprété un peu différemment.
il faut compter les jours de 1 à 28 puis recommencer par 1 et ainsi de suite. la particularité est que le premier jour du cycle (jour critique émotionnel E1) est plus fort que les trois autres jours critiques qui suivent (E8 - E15 - E22). c'est ce qui a fait penser à un rythme de 28 jour.
(ce rythme est visible ici http://biorythm.online.fr/w/ et ce sont, comme dit, les jours marqués E1, E8, E15 et E22)

repérer et ne pas oublier l'existence et le fonctionnement de ce rythme est important car c'est fréquemment lui qui est en cause lorsque nous sommes de mauvaise humeur, avons des coups de blues (attention le jour critique démarre déjà la veille au soir), et c'est souvent lui qui est en cause lorsqu'arrivent des drames de gravité diverse : cela va depuis les disputesviolences notamment conjugales, jusqu'au suicide (j'appelle pour cela le jour critique émotionnel le "jour du suicide") ou meurtre dans les cas où le jour critique émotionnel conduit à ces actes gravissimes. 


2) un cycle psychique et émotionnel septennal :
il est - en gigogne - copié sur le modèle précédent et ses pulsations (périodes critiques septennales) nous arrivent chaque septième année de notre vie. (donc facile de se rappeler : ce sont nos âges de la table de sept)
là aussi les effets d'une période critique septennale peuvent être très variables selon les personnes, leur état et ce qui leur arrive... il peut ne pas se passer grand chose mais dans les cas sérieux la période critique septennale peut donner lieu à de grosses et longues dépressions (dépressions septennales) ou encore avoir un lien avec des comportements suicidaires ou criminels.

d'après mes observations il se produit durant nos jours critiques émotionnels hebdomadaires et nos périodes critiques septennales un effet de pulsions (nous sommes poussés à agir /réagir) associé à un effet de désinhibition, et c'est cela qui peut rendre l'affaire risquée puisque étant plus ou moins désinhibés nous n'avons plus peur d'agir, même si c'est dans le mauvais sens...

jour critique émotionnel hebdomadaire et période critique septennale sont, pour cela, des éléments que l'on retrouve très fréquemment lorsque l'on regarde de plus près la situation cyclique des personnes impliquées lorsqu'arrive un drame.


une mention encore pour :

- un rythme semestriel qui semble aussi se manifester parfois par des états d'humeur vacillants : la période autour de l'anniversaire et à six mois de là... . il est utile d'y penser le cas échéant.

- ainsi que l'épisode critique physique P17/P18/P19 qui est pratiquement un équivalent, de par ses possibles effets, d'un jour critique émotionnel, donc prudence également à ce moment là.
(P18 aussi visible ici : http://biorythm.online.fr/w/ P17/P19 étant les jours précédent et suivant )(ce sont des jours où l'on peut être mal physiquement et moralement)

- enfin certaines périodes plus longues, que sont les années autour des âges de 23 ans33 ans et 47 ans : 
23 ans et 47 ans sont des années critiques d'un cycle physique de 23 années alors que 33 ans est une année critique d'un cycle intellectuel - cycle du cerveau, de 33 années)

Aucun commentaire: