ce qu'il est utile de savoir avant d'être mal...

(avant, parce qu'une fois que l'on est "mal"... les informations ont tendance à moins bien passer, on peut être moins compréhensif et réactif, voire on peut devenir "étanche" : il est donc utile d'être informé à l'avance, sachant aussi "qu'un homme averti en vaut deux") et savoir que l'on peut être mal en raison de certains rythmes et cycles psychiques humains tout naturels : 
(attention : on peut y être plus ou moins sensible ou non, c'est très individuel, fonction de l'environnement aussi,  et pas systématique, heureusement, et il faut observer un certain laps de temps... ou vérifier sa situation en cas de problème...)

les jours et épisodes sensibles les plus fréquents :

- toutes les semaines donc de façon hebdomadaire (oui c'est fréquent et c'est probablement le plus fréquent élément présent en cas de problème voire de drame) toujours le jour de la semaine où nous sommes nés (tenir compte des jours voisins aussi car l'effet de ce qui est notre "jour critique émotionnel hebdomadaire" peut déborder à côté et d'ailleurs il démarre déjà la veille au soir.
cela est simplement lié à un rythme psychique de notre humeur qui pulse tous les sept jours à partir du jour de naissance. la semaine étant de sept jours, ce sera toujours le jour de la semaine où l'on est né ... et ce définitivement et jusqu'à la fin de nos jours... (donc facile de se rappeler cet élément "sensible")
(si on ne connait pas son jour de naissance on le trouve ici :  http://biorythm.online.fr/w/

- tous les 23 jours environ on passe dans un épisode "critique physique et moral" qui peut avoir une incidence parfois sérieuse sur notre état physique... et moral... cet élément-là doit être calculé ici : http://biorythm.online.fr/w/ (c'est les jours marqués P18 ainsi que ses voisins P17/P19 non marqués mais il faut les prendre en compte.

- tous les sept ans : facile à se rappeler aussi, ce sont nos âges de la table de sept et les années à côté : ces épisodes peuvent donner lieu à de gros et longs épisodes dépressifs, mais là aussi, c'est très individuel. il est cependant utile de le savoir.

- la période autour de l'anniversaire... et à six mois de là... peuvent être une période sensible...

il n'est pas nécessaire d'être préoccupé sans cesse par l'observation des situations des nos rythmes et cycles, mais connaître le mécanisme est utile... pour l'entourage également... en cas de doute on peut consulter ses rythmes ici : http://biorythm.online.fr/w/

(dans les situations extrêmes (voir les nombreux exemples dans ce blog de l'analyse des faits divers de l'actualité, graves et moins graves) ce sont très souvent ces éléments que l'on retrouve et qui sont en cause, en y regardant de plus près)...
alors, connaître ces éléments et leurs effets, doit permettre de gérer et maîtriser... 

voir aussi
http://rythmescycleshumains.blogspot.fr/p/en-pratique.html



enfants et ados : 
enfants et adolescents sont surtout concernés par  
 - le jour critique émotionnel hebdomadaire (ci-dessus point 1) car leurs périodes critiques septennales se limitent à celles autour des 7 et 14 ans, éventuellement encore celle des 21 ans.
 les gros coups de blues, désespoir, colère, voire rage et coups de tête, ont tendance à arriver ce jour-là (c'est toujours le jour de la semaine où on est né, et parfois aussi le jour avant et après) et c'est donc sa venue et son passage, chaque semaine, qu'il ne faut pas prendre de façon trop dramatique, le cas échéant...
- l'épisode P17/P19 (point 2 ci-dessus) (tous les 23 jours)
- le rythme semestriel (anniversaire et à six mois de l'anniversaire) (point 4 ci-dessus)

Aucun commentaire: