effets

en vrac et provisoirement (reste à préciser et compléter) les effets, symptômes et comportements observés :


- période critique septennale (ce sont nos années de la table de 7 ou autour de ces années) : dépression (1), négativisme, pessimisme, manque d'envie et de motivation, burn-out, tristesse et morosité, problèmes conjugaux (séparations et divorces : nous nous rencontrons, mais aussi nous séparons, faisons des enfants, avons des aventures extra-conjugales...), drames conjugaux et familiaux, infanticides, meurtres, "coups de folie", pédophilie, survenance de certaines pathologies, agressivité, hyperactivité (on peut devenir "insupportable" voire "infernal", on fait du zèle), suicide, délires et hallucinations, viols, envie de pleurer, sensibilité au bruit, tendance à remettre en cause, période Hydeart et tendance à provoquer des réactions de violence chez l'autre, contrariété facile d'où conflits, modification de notre échelle de principes et de valeurs (parfois carrément inversion), devenons excessifs, sommes "débridés", stimulations pouvant aller jusqu'à un "effet de coke", "çà donne des ailes", manies, intolérance à la frustration, à l'ordre, insoumission, désinhibition (prise de risque, absence de peur et de mesure, de raison), hyperactivité cérébrale, accidents (phénomène de "tête ailleurs"), "accidents-suicide", impression d'une amplification de problèmes ou interprétation de problèmes alors qu'ils n'en sont pas... (harcèlement p.ex.), on peut devenir "harceleur", prudence si l'on s'occupe d'animaux en tout genre : ils ressentent notre changement d'état et peuvent de ce fait devenir rebelles ou agressifs, changement de personnalité (le temps de la période critique, mais parfois aussi bien plus long, voire définitif), perturbations psychiques diverses et de diverse intensité (altération du discernement), hypocondrie, extrémisme, militantisme, excès de zèle, terrorisme, conversion, modification de notre perception des choses et de nos éventuels problèmes, de notre "échelle de réactions" : ressenti d'une amplification qui peut précipiter une réaction excessive, bellicisme (nombre de "va t'en guerre" sont des "septennaux"), insatisfaction,


à l'inverse, aspects "positifs" de la période critique septennale : inventions, découvertes, ingéniosité et efficacité accrues, (entre autre résultat de l'insatisfaction, qui incite à chercher et trouver) activité, envie de bouger, d'entreprendre, opérations à succès, remises en cause, changements positifs, nouvelles rencontres et entreprises, envie et décision d'améliorer une situation, décision de sortir d'une situation non satisfaisante, période ou épisodes "d'éveil", naissance de "vocations" (tous (je n'ai pas trouvé d'exception, pour l'instant)  nos "éveillés" célèbres sont des "éveillés septennaux"(3)...), 



- jour critique émotionnel (les jours indiqués E - ou autour, ici : http://biorythm.online.fr/w/ )(hebdomadaire, il s'agit toujours du jour de la semaine où nous sommes nés) : comme ci-dessus. jour de colère, mauvaise humeur, disputes et altercations, impatience, crises de nerf, hystérie, réactions excessives, excès de zèle, hyperactivité, jour des fugues, des forcenés, suicides, viols, blues, dépression, dépression "foudroyante", angoisse, délires et hallucinations, visions, erreurs humaines, pensées négatives, jour où on "a la haine", la "rage", jour Hyde, jour des drames, manque d'envie et de motivation, envie de boire de l'alcool pour ceux qui ont un problème avec la boisson, pulsions sexuelles plus fréquentes, prise de risque : envie de jouer à la "roulette russe",
jour où nous pouvons avoir tendance à broyer du noir, jour des idées négatives et jour du verre à moitié vide...
désinhibition (prise de risque, absence de peur et de mesure, voire de raison, jour de prises de décisions, confirmation de décisions et exécution de décisions, drames)
à surveiller comme étant notre jour de petites et grosses "bêtises"... (la rage ou la colère nous emporte car nous sommes "débridés") peut agir comme une "mise sous tension" dès la veille au soir (dérapages et passages à l'acte violents), déclencheur de "décompensations",
prudence aussi pour ceux qui ont à s'occuper d'animaux : ils ressentent notre éventuelle mauvaise humeur et peuvent se rebeller.
jour "accident" : moins patient, moins adroit on s'énerve plus vite (colère).

envie d'écrire, de communiquer : nous écrivons, mailons, nous inscrivons et discutons sur les forums, nous téléphonons (famille, amis), envie de réfléchir, de parler (j'appelle parfois le jour critique émotionnel le "jour du babelwasser" ce qui veut dire en alsacien "envie de parler, bavarder), monologuer, tristesse (envie d'être consolé), morosité, stimulant et excitant, envie de pleurer (parfois "pour rien"...)
c'est le jour où il faut tourner sept fois sa langue dans la bouche avant de parler, et aussi où il faut tourner le doigt sept fois au-dessus du clavier avant d'envoyer ce que l'on a écrit... :-)


- jour critique physique (les jours indiqués P - ou parfois aussi ceux à côté, ici : http://biorythm.online.fr/w/ ) : insomnie voire nuits "cauchemardesques" (2), maux de tête, fatigue, hyperactivité, incidents de santé, malaises, pulsions psychiques et physiques (sexuelles)(violeurs, "tueurs",) "maladie d'un jour", tristesse, dépression, mauvaise humeur, jour des erreurs humaines, jour des accidents, assoupissements, "dans la lune" ou on admire le paysage : attention au volant, frilosité, "jambes sans repos" et crampes, réveil et lever difficiles, jour des "downs" physiques (alertes) et des décès des personnes en fin de vie, fièvre légère chez bébé, jour des pleurs chez bébé (jour des bébés secoués),  jour des MSN (mort subite du nourrisson), jour des échecs sportifs (moins d'énergie que les autres jours, parfois imperceptiblement) : on attendait le champion, mais un jour critique physique il échoue,
l'épisode "down" critique physique P18/P19 peut avoir un effet de jour critique émotionnel donc pour ces deux jours voir aussi les effets d'un jour critique émotionnel (ci-dessus, premier alinéa seulement)



- année critique physique et émotionnelle : violences, suicide. peut être une année entière de grande voire très grande fatigue. violences risque surtout années P1 (première année d'un nouveau cycle autour de 23/24 ans et 46/47 ans)


- proximité anniversaire (environ le mois qui précède et celui qui suit) : dépression, suicide. agressivité, passages à l'acte criminels, hyperactivité,
les effets peuvent être ceux d'une période critique septennale...
(voir idem effets moins "forts" à six mois de l'anniversaire (5/7 mois) : possible rythme semestriel semblant constaté ?)


- jour critique intellectuel : hyperactivité cérébrale ou l'inverse (difficulté à "rassembler ses esprits" et ses idées), on peut être "à côté de la plaque", accidents et maladresses, violences et désinhibition jour trouvé fréquemment lors de passages à l'acte d'un certain type de "tueurs" tueurs "sans états d'âme"ou "meurtre exécution", ou aussi "coups de folie" - surtout i1 et i9 - j'appelle i9 le "jour des tueurs" (altération de la raison, modification de la conscience et forte désinhibition : absence de sentiments, "robotisation" et "automatisation" des actions.

 (mais aussi lors d'accidents de courses automobiles (vitesse de réaction et réflexes probablement affectés), jour où nos pensées "tournent en boucle", où le cerveau "fait des siennes"......


- année critique intellectuelle : hyperactivité cérébrale, perturbations liées à ce qui est un épisode critique du "cycle de la pensée", forte envie périodiquement de discuter et remettre en cause... (pouvant prendre presque une forme de harcèlement) (?) violences (surtout année i1 autour 32/33 ans)





voir aussi :
http://rythmescycleshumains.blogspot.com/2010/11/pourquoi-plus-de-drames-en-periode.html
pourquoi plus de drames en période critique ?

pulsions/désinhibition
http://rythmescycleshumains.blogspot.com/2011/02/pulsions-desinhibition.html


faits divers :
http://rythmescycleshumains.blogspot.fr/p/faits-divers.html


(1) dépression septennale : http://rythmeshumains.blogspot.fr/search/label/d%C3%A9pression%20septennale
(2) penser aussi que pleine lune et lune noire sont très fréquemment causes d'insomnies.
(3) http://rythmescycleshumains.blogspot.fr/2012/11/eveil.html