dimanche 28 février 2010

crime d'honneur ... septennal ?

cyberpresse.ca :
Quadruple meurtre à Kingston: le père, la mère et le fils cités à procès

(Kingston) C'est un employé de la Direction de la protection de la jeunesse de Montréal âgé de 25 ans qui a clôt, hier à Kingston, l'enquête préliminaire de trois Montréalais d'origine afghane. Ceux-ci sont accusés d'avoir tué quatre femmes de leur famille, l'été dernier, dans l'écluse de Kingston Mills.

Un père, une mère et leur fils jugés ensemble pour avoir éliminé d'un coup quatre des leurs, c'est unique dans les annales judiciaires. Mais à la lumière de l'enquête préliminaire, qui a duré tout le mois de février, on peut s'attendre à ce que bien d'autres aspects surprenants fassent surface au procès des trois accusés.
.....
Le procès n'aura sans doute pas lieu avant 2011, mais il a officiellement été mis sur les rails à la fin de la séance, hier. Mohammad Shafia, 56 ans, sa deuxième femme, Tooba Mohammad Yahya, 38 ans, et Hamed, leur fils de 19 ans, ont été cités à procès par le juge de la Cour de l'Ontario Stephen J. Hunter.

Ces trois résidants de Saint-Léonard devront répondre du meurtre prémédité de Rona Amir Mohammad, 49 ans, première femme de Mohammad Shafia, ainsi que de trois des filles que l'homme a eues avec sa seconde femme: Zainab, 19 ans, Sahari, 17 ans, et Geeti, 13 ans.

Les quatre femmes ont été trouvées mortes le matin du 30 juin dernier, dans une voiture Nissan immergée dans l'écluse de Kingston Mills, à environ 300 km de Montréal. La famille de 10 personnes, répartie dans deux véhicules, revenait d'un voyage d'une semaine à Niagara Falls quand la tragédie s'est produite.

Le père et la mère affirmaient qu'il s'agissait d'un accident, sans doute imputable à la témérité de leur fille aînée, Zainab, laquelle aurait pris, selon eux, l'une des deux voitures sans permission pendant une halte pour la nuit dans un motel de Kingston.

Mais les circonstances étaient bien étranges et, dans les semaines suivantes, des parents résidant en Europe ont évoqué un «crime d'honneur». ..............
............, les meurtres auraient été planifiés à partir du 1er mai 2009.
http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/justice-et-faits-divers/201002/27/01-4255937-quadruple-meurtre-a-kingston-le-pere-la-mere-et-le-fils-cites-a-proces.php
===============

si les données concernant l'âge des personnes impliquées y compris des victimes, sont justes... leur "septennalité" a probablement un lien avec ce drame : dans une période critique septennale on se trouve dans un état d'esprit différent... et l'on peut fort bien opérer une sorte de "laisser passer" des actes et des comportements que l'on ne laisserait pas passer à un autre moment.

meurtre en public

SKCenter :
Une mère de famille tuée à coups de couteau dans une banque

Veuve et mère de famille, Youma, 52 ans, très populaire dans son quartier de Sarcelles, a été tuée par un homme qui a réussi à prendre la fuite. Le quartier est sous le choc.

Tout le monde l’appelait Youma. En plein après-midi, cette femme de 52 ans, que tout un quartier connaissait et appréciait, a été tuée dans une agence de la BNP de Sarcelles (Val-d’Oise). Devant des clients et des employés, son agresseur l’a lardée de coups de couteau. Cette mère de famille, veuve, est décédée une heure plus tard malgré les efforts déployés par les secours.
...............
Source : Le Parisien

====================

le scénario de cette agression et l'obsession de l'agresseur m'a de suite fait penser à "un acteur septennal" et je guettais la suite des investigations. or je ne me suis pas trompé si l'âge cité dans l'article que je lis ce matin est exact : un suspect de 27 ans aurait été interpellé. (27 ans et demi est le moment - pic de pulsions - de l'entrée dans la période critique septennale des 28 ans) (ceci sous réserve que l'âge indiqué soit juste)

samedi 27 février 2010

suicide

L'Union L'Ardennais :
Bohain-en-Vermandois / Décès de l'ancien maire Daniel Dormion a été retrouvé mort

RIEN ne laissait présager d'un tel drame. Daniel Dormion, âgé de 53 ans, a mis fin à ces jours. Il a été retrouvé à son domicile par un de ses proches, hier matin. La veille, il avait participé au conseil municipal où il était encore élu. « La commune est sous le choc, a réagi l'actuel maire de Bohain-en-Vermandois, Jean-Louis Bricout. Il était serein à la réunion du conseil. On travaillait ensemble depuis plusieurs années. C'était quelqu'un que j'estimais beaucoup ».
Né le 18 mai 1956 à Cambrai, Daniel Dormion avait travaillé en tant que commercial chez France Télécom. Il est devenu maire (divers gauche) de Bohain en 2001.

=======================

les suicides ont souvent lieu en période critique septennale (pas le cas ici) et le jour critique émotionnel : et celui-ci est probablement en cause ici. (on a tendance à se suicider de préférence le jour de la semaine où on est né, ceci en raison d'un cycle émotionnel de sept jours qui prend effet le jour de notre naissance). ce cycle induit des jours critiques dont certains effets peuvent être une dépression pouvant être foudroyante à certains moments de la journée, au point de causer des passages à l'acte désespérés et inattendus.

février 2009 (18/05/1956 - un vendredi)
Ma 23
Me 24
Je 25
Ve 26 P(1) E(15)
Sa 27 I(9)
Di 28

vendredi 26 est un jour doublement critique : P1 (physique - le jour le plus "fort" du cycle physique de 23 jours) et E15 jour critique du cycle émotionnel de 28 jours.

meurtrier de la pleine lune ?

Retour sur l'affaire du meurtrier de la pleine lune
Article posté par Stéphane Bourgoin le Samedi 27 février 2010 Librairie 3ème oeil.

" Les équipes de « Faites entrer l'accusé » tournent en Dordogne une émission sur Francis Leroy, condamné en 1989 pour un meurtre, des viols et des vols

L'affaire de la pleine lune revient

Jugé à Périgueux en juin 1989, Francis Leroy disait avoir agi sous l'influence de la pleine lune.

Dans les années 1980, les habitants de la Dordogne et plus particulièrement du Bergeracois ont tremblé la nuit, de peur de voir débarquer « l'assassin de la pleine lune ».

De 1978 à 1984, Francis Leroy, un habitant de Périgueux qui travaillait dans la ferme équestre familiale de Bourdeilles, a volé, séquestré, violé et tué en Périgord, mais aussi en Lot-et-Garonne.

Cette histoire tragique intéresse aujourd'hui les équipes de « Faites entrer l'accusé », l'émission de Christophe Hondelatte, sur France 2, consacrée aux grandes affaires criminelles. Depuis mercredi, ses journalistes sont en tournage à Périgueux pour réaliser un numéro sur le cas Francis Leroy, qui devrait être diffusé avant l'été.

Hier, des plans ont été filmés au palais de justice et au commissariat de Périgueux. Aujourd'hui et demain, l'équipe se rend à Bergerac et dans ses environs.

Divers acteurs du milieu judiciaire de l'époque seront interviewés pour cette émission, parmi lesquels l'historien périgourdin Guy Penaud, qui était également le commissaire de la police judiciaire de Périgueux, de permanence le soir où Francis Leroy a commis son seul meurtre.

Dans leur livre, « les Grandes affaires criminelles du Périgord », Guy Penaud et Patrick Salinié reviennent sur cette épopée sanglante.

Toujours cagoulé

Francis Leroy agissait toujours selon le même mode opératoire. Muni d'une carabine, il pénétrait dans des maisons isolées puis retenait les occupants en otages quelques heures. Il choisissait ensuite de dérober des biens ou de violer ses victimes avant de s'enfuir. Leroy cachait son visage derrière des masques de carnaval, une cagoule ou encore une écharpe, ce qui lui a valu les surnoms de « l'homme à la cagoule » ou du « fou de Bergerac ».

Sa criminelle aventure a débuté le 1er décembre 1978, à Bergerac, où il a retenu une famille pendant six heures avant de voler 500 francs et des objets. Le scénario s'est répété le 28 novembre 1980, à Bergerac. Le 23 avril 1981, à Douville, il a été mis en fuite par l'occupante de la maison.

Le 26 septembre 1981, à Bergerac, Francis Leroy a enlevé et violé une fillette de 11 ans.

À perpétuité

Le 10 octobre 1982, il s'est introduit au domicile de la même petite fille. La mère l'a surpris, il l'a agressée et violée. Entre temps, le 15 octobre 1981 à Villeneuve-sur-Lot et le 8 août 1982 à Bergerac, un homme au mode opératoire similaire à celui de Francis Leroy a été mis en fuite, à chaque fois, par les habitants.

Le 26 août 1983, à Lamonzie-Montastruc, il a retenu une nouvelle famille. En décembre 1983, à Villeneuve-sur-Lot, il a réveillé un couple pour réclamer de l'argent et une voiture.

Le dernier acte s'est joué le 24 janvier 1984, à Lembras. Ce soir-là, il a troqué la carabine contre un couteau. Alors qu'il séquestrait une famille, l'un de leurs amis, Jacques Royère, est entré. Leroy l'a tué de sept coups de couteau.

Le criminel a finalement été arrêté le 30 janvier 1984, grâce à un rapprochement avec un dossier similaire jugé en Charente-Maritime en 1962. Au bout de quelques heures de garde à vue, il a reconnu les faits.

Francis Leroy a été condamné devant la cour d'assises de la Dordogne en juin 1989 à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de vingt ans. Aujourd'hui, après avoir purgé sa peine, Francis Leroy, 68 ans, est libre et vit dans le Haut-Rhin, loin de la Dordogne qu'il a tant fait trembler."

Un article de Julie Martinez.



Source : SUD-OUEST (27 février 2010

===================

Cinq ans de terreur
1er décembre 1978. (VENDREDI)
A Bergerac, séquestration d'une famille durant six heures. Leroy se sauve avec 500 francs en liquide, une montre, une chaîne en or et un briquet de luxe.
28 novembre 1980.(VENDREDI)A Bergerac, même type d'agression. L'homme promet de partir si l'on met à sa disposition un véhicule pour, dit-il, «fuir en Espagne». Il dérobe de l'argent et disparaît en oubliant la voiture.
23 avril 1981. (jeudi veille de VENDREDI)
Douville, la victime, qui garde ses neveux, parvient à alerter le voisinage. L'agresseur prend la fuite.
26 septembre 1981.(samedi lendemain de VENDREDI)
A Bergerac, Leroy enlève une fillette de 11 ans, la viole dans un bois, puis la ramène chez elle.
10 octobre 1982. (dimanche)Il s'introduit de nouveau dans la chambre de la fillette. Surpris par sa mère, il agresse celle-ci à son tour et la viole.
26 août 1983.(VENDREDI)
A Lamonzie-Montastruc, séquestration d'une famille. L'homme, masqué, file en abandonnant son arme et son fameux poncho ciré.
22 décembre 1983.(jeudi veille de VENDREDI)
A Villeneuve-sur-Lot, Leroy réveille un couple, réclame de l'argent et une voiture. Il partira encore sans la prendre, après avoir dicté un texte incohérent à la jeune femme: «Vive les vacances, vive la liberté, vive les voyages!»
24 janvier 1984. (mardi)
Lembras, séquestration d'une famille. Un ami, Jacques Royère, surprend le malfaiteur, qui le tue de sept coups de couteau.
http://www.lexpress.fr/region/la-face-cachee-du-gentleman-farmer_458479.html

====================

dates figurant en outre dans le premier article cité :

15/10/1981 c'est jeudi (veille de VENDREDI)
8/8/1982 c'est un dimanche.

et une autre affaire, plus ancienne :
le 29 juin 1961 est un jeudi (là aussi, donc, à côté de VENDREDI)

l'intéressé serait né en 1943, ce qui donne des périodes critiques septennales en 1978 (35 ans) et 1985 (42 ans) qui sont des "périodes à risque. le tout faisant un septennat (certains criminels fonctionnent par septennats entiers)...

le meurtier de la pleine lune est probablement un meurtrier du jour critique émotionnel et de la période critique septennale : il a toujours agit le vendredi ou autour du vendredi. j'appelle cela un "acteur du vendredi" car il passe à l'acte de préférence le vendredi.


rappelons que les passages à l'acte criminels sont souvent fonction de nos cycles psychiques et émotionnels, physiques aussi : ces cycles comportent des jours et périodes de pulsions/désinhibition chaque septième année de notre vie, et chaque septième jour de notre vie : cela induit en cas de récidive des passages à l'acte de préférence le même jour de la semaine ou à défaut un jour à côté. ici c'est nettement le vendredi qui apparaît régulièrement. on pourrait donc vérifier si Francis Leroy est un natif du vendredi... (ou samedi s'il agit le vendredi soir)

Susan aussi...

Elle :
SUSAN BOYLE : CRISES D’ANGOISSE ET DÉPRESSION
C’est un véritable appel au secours qu’ont lancé Gerry et John, les deux frères de Susan Boyle, inquiets pour la santé mentale de leur sœur. « La célébrité et les voyages l’épuisent. Elle continue de faire des crises d’angoisse et se sent seule. Elle a réellement besoin que quelqu’un s’occupe d’elle 24 heures sur 24 », expliquent-ils au magazine « People ». Les deux frères pensent que Susan n’est pas à même de gérer seule la notoriété que lui a apporté « Britain’s Got Talent », l’émission musicale diffusée en Angleterre et qui lui avait permis de révéler ses talents de chanteuse au grand public…

Des gardes du corps pour la surveiller
Selon Lorraine Campbell, une amie qui vit tout près de chez Susan Boyle, la nuit est « un moment difficile pour elle ». « Quand elle est triste, elle vient dormir chez moi. Ses gardes du corps la déposent et reviennent le lendemain matin la récupérer ». Susan Boyle, 48 ans, avait toujours vécu seule avant sa surmédiatisation. Aujourd’hui, elle semble ne plus supporter la solitude. K.M.

26/02/2010
http://www.elle.fr/elle/People/La-vie-des-people/News/Susan-Boyle-crises-d-angoisse-et-depression/(gid)/1164301
=================

il faut tenir, et "s'attacher au mât", comme je dis parfois, lors du passage dans la période critique septennale : ce n'est pas facile, et çà l'est encore moins lorsqu'on ne connaît pas vraiment l'origine de la dépression. (le fonctionnement de notre cycle psychique et émotionnel septennal - pourtant tout naturel - ainsi que ses conséquences diverses restent encore à découvrir)

perturbations septennales

cyberpresse.ca :
Un forcené tient les policiers en haleine toute la nuit.

Les propriétaires ont immédiatement contacté la Sécurité publique de l'endroit. Les agents, qui sont arrivés très rapidement sur les lieux, ont tenté sans succès de raisonner l'homme agressif, peu collaborateur et qui tenait un discours incohérent. Il s'est barricadé dans son logement après avoir lancé entre autres des chaises du haut du deuxième étage.

(Rivière-du-Loup) D. M., 48 ans, de Rivière-du-Loup, a tenu les policiers en haleine toute la nuit de jeudi à hier. L'individu s'est barricadé dans son logement de la rue Saint-Henri après avoir menacé les propriétaires avec une arme blanche.
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/actualites/justice-et-faits-divers/201002/26/01-4255705-un-forcene-tient-les-policiers-en-haleine-toute-la-nuit.php
===================

plus qu'à d'autres moments c'est l'arrivée d'une période critique septennale qui peut être la cause de perturbations de gravité diverse, en raison de pulsions particulièrement présentes à ce moment là. (voir mon post précédent, concernant un drame probablement aussi lié à l'entrée dans la période critique des 49 ans...)
jour critique émotionnel ?
en cas d'intervention nécessaire, si l'on connaît l'identité et l'âge d'un forcené, cela peut permettre de mieux évaluer le degré de risque, lorsqu'il se trouve à l'entrée d'une période critique ou à l'intérieur de celle-ci, et/ou dans son jour critique émotionnel...

vendredi 26 février 2010

drame familial

stern.de :
Familiendrama in Sinsheim:
Vater erschießt Frau, Sohn und sich selbst
Tödliches Familiendrama in Sinsheim bei Heidelberg: Ein 48 Jahre alter Familienvater hat am Freitagmittag seine 47-jährige Frau und den 25-jährigen Sohn erschossen und sich danach selbst umgebracht, wie die Polizei in Heidelberg mitteilte.

Drei Tote bei einer Familientragödie in Baden- Württemberg: Nach Angaben der Polizei hat am Freitag vermutlich ein 48-jähriger Familienvater zunächst seine 47 Jahre alte Frau und dann den 25-jährigen Sohn erschossen. Bevor der Vater sich selbst umbrachte, alarmierte er um die Mittagszeit die Polizei. Die drei Leichen wurden kurz darauf im Haus der Familie gefunden. "Das Motiv liegt noch völlig im Dunkeln", sagte ein Polizeisprecher.

======================

le père de 48 ans aurait tué ce vendredi après-midi son épouse de 47 ans et son fils de 25 ans, puis s'est suicidé. il a tué le chien aussi...
48 ans et demi c'est l'arrivée de la période critique septennale des 49 ans et un important pic de tensions et de pulsions : si les gens sont dans une situation de stress ou conflictuelle intense cela peut conduire à l'explosion...
on retrouve cet élément "déclencheur" dans de nombreux drames.

meurtre et suicide

canoe.com :
Un corps repêché
Meurtre suivi d'un suicide à Rimouski
MONTRÉAL - Le premier homicide à survenir à Rimouski depuis 2002 est en fait un meurtre suivi d’un suicide.
Les enquêteurs de la Sûreté du Québec sont arrivés à la conclusion que Jean-Guillaume Paradis s’est jeté dans les eaux du fleuve St-Laurent, après avoir tué, à l’aide d’une arme blanche, Jacques Burns, dans la nuit de mardi à mercredi.
...
Les deux hommes résidaient dans le même édifice, une maison jumelée de l’avenue Belzile. Le suspect habitait avec sa mère à l'étage tandis que la victime et son colocataire logeaient au sous-sol. L'arme du crime a été retrouvée sur les lieux.

Quant au motif de cet homicide, les policiers parlent d’une querelle qui aurait dégénéré.

Jean-Guillaume Paradis, 28 ans, détestait la victime selon ce que la police a pu apprendre.

Dans la nuit de mardi à mercredi, le corps de Jacques Burns, 55 ans, a été retrouvé ensanglanté, à côté de la porte de sa résidence.

================

la situation de compatibilité septennale peut aider ici à mieux comprendre ce qui a pu se passer : une personne en pleine période critique des 28 ans ainsi qu'une autre qui entre dans sa période des 56 ans, c'est un peu comme si on assemblait deux situations à risque... d'explosion...

suicide septennal

Wikipédia :
Joshua Andrew Koenig ; (August 17, 1968 – c. February 25, 2010), also known as Josh Andrew Koenig or Andrew Koenig, was an American character actor, film director, editor and writer. He was the son of actor Walter Koenig known for his role Pavel Chekov in Star Trek.
.........
Death
In February 2010, Koenig was reported missing by friends and family. He was last seen near a bakery in Vancouver, British Columbia, Canada on February 14, and missed a scheduled flight back to the U.S. on February 16. According to his parents, Koenig left evidence that he was depressed prior to his disappearance. On February 25, 2010, it was reported by CNN that his body was found by friends searching for him in Stanley Park in Vancouver. Police later confirmed Koenig's body was found earlier in the day, and Koenig's father told reporters at an evening press conference that his son took his own life.

==========================

on ne connaît apparemment pas la date exacte du décès, (natif du samedi, donc son jour critique émotionnel) mais il semble bien s'agit d'un suicide lié à une dépression septennale : l'intéressé avait 41 ans et 6 mois et se trouvait très précisément au moment de l'entrée dans sa période critique septennale des 42 ans. c'est le moment d'un pic de dépression sévère.(six mois avant un anniversaire septennal)

jeudi 25 février 2010

ah, les périodes septennales...

Un médecin dunkerquois condamné pour agressions sexuelles
La Voix du Nord
Sept jeunes filles scolarisées au lycée horticole de Rosendaël avaient dénoncé en septembre des attouchements sexuels. Un généraliste exerçant à Dunkerque a été condamné aujourd'hui à huit mois de prison avec sursis pour avoir pratiqué des attouchements sur six jeunes filles scolarisées au lycée horticole de Dunkerque.
Les faits remontent à septembre 2009 : sept jeunes filles avaient dénoncé, lors de visites médicales, des gestes déplacés, des caresses à connotation sexuelle.
En plus de sa peine de prison, la justice a par ailleurs ordonné que le médecin soit inscrit au fichier des délinquants sexuels.

==============

j'ai mis un moment à trouver l'âge du capitaine, pardon du médecin : c'est une donnée que je cherche toujours. ben voilà... trouvé dans un autre article :
"médecin généraliste de 49 ans,"

pleine période critique septennale : il serait intéressant de savoir s'il s'agit d'un "dérapage" nouveau, momentané, etc... ou s'il y a des antécédents, car la période critique septennale est effectivement une période propice à des comportements de ce type... cela fait partie des très nombreux symptômes possibles...(ce qui n'excuse en rien de tels actes, bien sûr mais c'est à ce moment là, de préférence, qu'ils arrivent. en temps "ordinaire", càd en dehors des périodes critiques, les pulsions sont moindres et nous sommes plus inhibés) ...

drame familial

nz.de :
49-Jähriger starb nach Streit
Familiendrama in Gibitzenhof nahm tödliches Ende
Tödliches Familiendrama in Gibitzenhof: Mit einem Küchenmesser ist ein 49 Jahre alter Russland-Deutscher am Mittwoch auf seine Ehefrau losgegangen. Die 47-Jährige wurde schwer verletzt. Offenbar nahm sich der Mann anschließend selbst das Leben. Die Mordkommission ermittelt.

============

la tension et les risques d'escalade sont perceptiblement plus importants en période critique septennale.
cet homme de 49 ans a blessé gravement son épouse à la suite d'une dispute puis s'est suicidé.

violences conjugales

il en est à nouveau question. alors rappelons que nos rythmes et cycles sont ici aussi intéressants à observer et prendre en compte :

si l'on analyse un scénario de violences on risque de trouver fréquemment les éléments déclencheurs ou propulseurs habituels que sont nos périodes de pulsions physiques et psychiques. (voir mes posts précédents au sujet de certains faits divers récents de l'actualité)...

c'est aussi à ce niveau qu'il serait possible d'agir au moyen d'une information et d'une éducation des personnes :

- notre jour critique émotionnel est notre "jour de colère" : c'est fréquemment ce jour là (attention, dès la veille au soir) que l'on a tendance à être pris de sentiments de colère. on est toujours de mauvaise humeur le même jour de la semaine : celui où on est né, simplement parce qu'il s'agit d'un cycle de l'humeur de sept jours qui démarre le jour même de notre naissance et va induire des "pulsations" hebdomadaires parfaitement régulières.

c'est donc notre jour critique émotionnel que nous devons prendre garde de ne pas nous mettre en colère de façon futile et injustifiée, alors que nous y sommes tentés.
c'est aussi ce jour là que ceux qui sont enclins à être violents risquent de déraper. on le retrouve régulièrement lors de drames et de violences.

une fois qu'on le sait on arrive à bien mieux comprendre et se contrôler.

- notre période critique septennale : elle fonctionne exactement de la même façon que le jour décrit ci-dessus mais en plus long. c'est une période à risque de grande irritabilité qui va nous arriver chaque septième année de notre vie et durant un certain laps de temps autour de cette année. un moment pic est situé six mois avant l'arrivée d'un anniversaire de la table de sept.
durant cette période critique septennale nous pouvons être très déprimés mais cela peut aussi nous conduire à devenir "exécrables" et certains, violents envers leur entourage.
là aussi, le savoir aide à gérer.

si l'on analyse un drame arrivé (violence contre les autres ou contre soi par exemple) on risque de trouver fréquemment l'un des éléments déclencheurs, ou les deux (puisqu'ils amplifient l'effet s'ils se retrouvent ensemble) dont il est question ci-dessus.

d'autres éléments peuvent encore jouer un rôle, bien que moins fréquemment :
- la proximité d'une date d'anniversaire peut rendre certaines personnes dépressives, et parfois alors violentes.
- un cycle de l'énergie physique comportant un jour de "down" chaque sixième jour : chez certaines personnes ce jour de down physique (fatigue, mal-être) devient parfois jour de down moral et donc il peut se transformer en jour de colère et d'agressivité. ce jour est également jour de pulsions physiques qui peuvent donner lieu à de l'agressivité.

et enfin il faut ne pas oublier de citer les effets de l'alcool, l'une de nos drogues préférées, à laquelle on n'ose pas s'attaquer trop sérieusement pour des raisons économiques probablement, mais aussi parce qu'un sevrage serait certainement douloureux et difficile à gérer.
l'alcool est fréquemment présent lors de violences : il a un effet de désinhibition en nous faisant mettre en retrait voire oublier notre raison et nos limites habituelles.
cet effet de désinhibition est un peu le même que celui qu'opère la chimie de nos rythmes et cycles, et c'est la raison pour laquelle il m'arrive d'appeler certains comportements d'un jour critique émotionnel ou de la période critique septennale une ivresse de nos rythmes émotionnels...
cette ivresse est alors le résultat de l'effet de pulsions/désinhibition provoqué lors de la survenue de ces jours et périodes très particulières de nos rythmes et cycles.

portails

le moment du décès a souvent un lien avec nos rythmes biologiques : jours et périodes critiques émotionnels sont en quelque sorte des "portails" pour opérer notre "sortie".

nous arrivons par ces même portails puisque c'est au moment de notre naissance que démarrent les différents rythmes et cycles qui vont "pulser" jusqu'à notre mort.

ces portails sont également des espaces pour nous rapprocher de notre conscience : ils sont par excellence les jours et périodes de méditation par exemple : pas nécessaire de s'asseoir en lotus puisque les activités vivrières basiques et quotidiennes sont en général des activités paisibles et routinières permettant de "s'évader" à certains moments propices.

ce n'est pas pour rien que le septième jour a été institué "jour de repos" ou que l'année sabbatique est une septième année - on a dû en venir à cela par instinct et observation : la société, pour des raisons pratiques de gouvernance et de rentabilité a simplement institué ce jour de repos pour l'ensemble de la population au lieu de tenir compte des rythmes individuels qui comportent un "jour de réflexion" chaque septième jour de notre vie, et une "période de réflexion" chaque septième année de notre vie.

c'est pour cela aussi, que ces portails sur "l'autre monde" sont aussi aussi "portails sur l'autre qui est en nous" et se retrouvent très fréquemment présents lors de toutes sortes de manifestations ou problèmes, parfois dramatiques, psychiques et/ou "psychiatriques"...

il en est de même de nos jours critiques physiques, avec la différence cependant que ceux-ci constituent plutôt les "maillons faibles" qui vont jouer leur rôle et se rompre en cas de défaillance physique ou technique fatale...

triste

LePost :
Un médecin, soupçonné d'avoir saoulé et violé une patiente, mis en examen et écroué
Gap, hautes-alpes, Faits-divers
Par tian le 24/02/2010

Le 13 février dernier, les policiers du commissariat de Gap, dans les Alpes de Haute-Provence, ont interpellé ce médecin, alors qu'il venait de s'enfuir, par la fenêtre, du domicile d'une jeune femme de 30 ans.

Edouard Faure, 62, spécialiste des traitements contre la dépendance à l'alcool, se trouvait dans la rue, à moitié nu et ivre, précise Le Parisien.
la suite de cette triste histoire ici :
http://www.lepost.fr/article/2010/02/24/1956805_un-medecin-soupconne-d-avoir-saoule-et-viole-une-patiente-mis-en-examen-et-ecroue.html

======================

il serait intéressant de savoir de quand datent ces "déviations"... car pour l'instant l'intéressé est en pleine "entrée dans sa période critique septennale des 63 ans". or celle-ci peut constituer un pic de diverses sortes de perturbations...

mercredi 24 février 2010

Wade Brown

jminforme.ca :
Le guitariste canadien bien connu Wade Brown décède à l'âge de 63 ans
- Wade Brown, un guitariste qui a joué pendant des années avec le légendaire musicien blues Dutch Mason, est décédé à l'âge de 63 ans.

Brown est mort vendredi à son appartement de Truro, en Nouvelle-Ecosse. Il souffrait de la maladie de Crohn et serait mort de causes naturelles.

===============

c'est un décès en période critique septennale et un jour triplement critique

février 2010 (4/10/1946)
Ma 16
Me 17
Je 18
Ve 19 P(12) E(22) I(17)
Sa 20
Di 21

le moment du décès a souvent un lien avec nos rythmes biologiques.

Orlando Zapata

tsr.ch :
Un prisonnier politique cubain est décédé des suites d'une grève de la faim de plus de deux mois.
Un prisonnier politique cubain, Orlando Zapata, est décédé mardi dans un hôpital de La Havane des suites d'une grève de la faim de plus de deux mois. Ce détenu de 42 ans protestait contre ses conditions de détention déplorables. Cet homme, qui faisait partie des 65 prisonniers de conscience cubains dénombrés par Amnesty International, est le premier détenu politique à mourir en prison depuis le début des années 70. "C'est un assassinat virtuel, prémédité. Le gouvernement devra payer le prix politique de cette mort", a dénoncé une association pour les droits de l'homme. Le pouvoir n'a fait aucun commentaire. (SWISS TXT)

============

wikipédia :
Orlando Zapata Tamayo (Santiago de Cuba, May 15, 1967-Havana, February 23, 2010) was a Cuban mason, plumber, and democracy activist who died after fasting for more than 80 days.
...........

============

j'ai regardé le moment de son décès car les grévistes de la faim irlandais étaient presque tous décédés leur jour critique physique. ici çà n'est pas le cas mais l'état de santé de Zapata s'est aggravé le 16 février, (le 15 est triplement critique) puis le 22 (le 21 est critique : décalage un jour en avant ?) et il est décédé le 23.voici cette situation :

février 2010 (15/05/1967)
Ve 12
Sa 13
Di 14
Lu 15 P(1)E(22)I(9)
Ma 16

Me 17
Je 18
Ve 19
Sa 20
Di 21 P(7)
Lu 22 E(1)
Ma 23 I(17)
Me 24

sa motivation pour entamer sa grève de la faim pourrait avoir un lien avec la période critique septennale : il a fait une grève de la faim en 2003 sauf erreur, (période critique des 35 ans) et aujourd'hui il a 42 ans et se trouvait donc dans la période critique suivante.

wikipédia rajoute :
"It was the first time that an opponent of the Cuban regime died during a hunger strike since the 1972 death of Pedro Luis Boitel."

"On April 3, 1972, Boitel declared himself on hunger strike. After 53 days on hunger strike without receiving medical assistance and receiving only liquids, he died of starvation on May 25, 1972. His last days were related by his close friend, poet Armando Valladares. He was buried in an unmarked grave in the Cólon Cemetery in Havana.

il se trouvait aussi, à 41 ans, devant sa période critique septennale des 42 ans. (13/05/1931 - date pas tout à fait certaine (1)
sa situation au moment de son décès est un lendemain de jour critique émotionnel E8.


(1) http://www.cartadecuba.org/pedro_luis_boitel.htm

nu et hystérique

L'Union - L'Ardennais :
Nu et hystérique au milieu du quartier
Publié le mardi 23 février 2010 à 11H00

Quel choc pour les habitants de Rome-Saint-Charles ! Ce week-end, dans ce quartier de Vitry-le-François, les badauds ont eu droit à un spectacle dont ils se seraient sûrement bien passés. Au beau milieu de l'après-midi, un homme de 55 ans est sorti de chez lui, dans un état de démence et d'excitation avancée… et sans le moindre vêtement sur le dos !
Tout nu au milieu de la rue, l'individu a commencé à s'en prendre au mobilier urbain, paraissant totalement désorienté. Sur son corps, les passants ébahis ont également pu apercevoir plusieurs marques de coupures.
Pour essayer de mettre un terme à cet accès de folie, quelques personnes, visiblement proches de cet habitant du quartier, ont tenté de le maîtriser. Mais l'homme est alors devenu violent. Il a commencé à asséner plusieurs coups sans gravité à ces connaissances qui lui venaient en aide.
Tout cassé dans son appartement
Prévenus rapidement, les pompiers de Vitry et la brigade de gendarmerie sont intervenus pour tenter, à leur tour, de calmer le forcené en tenue d'Adam. Dans son appartement de Rome-Saint-Charles, ils ont découvert un véritable champ de bataille. L'homme avait, en effet, commencé sa crise de démence chez lui, fracassant tout dans son domicile. Il a été conduit dans une maison de repos pour y être hospitalisé. Les raisons de cette crise de folie passagère n'ont, pour l'heure, pas été déterminées.
C.M.

=====================

pas déterminées ? allez un petit coup de pouce : âge de l'intéressé ? 55 ans...
et entrée dans la période critique septennale des 56 ans. voilà... c'est rare, mais çà fait partie des scénarios qui peuvent arriver à cette occasion. comment çà marche... je ne sais pas encore... pulsions/désinhibition>...

en fait les problèmes au moment de l'arrivée d'une période critique septennale ne sont pas si rares que çà mais ils peuvent prendre de multiples aspects, extrêmement divers...

mardi 23 février 2010

tueur en série présumé

SKCenter :
L'audience contre le tueur en série présumé Joseph Nissensohn commence à El Dorado County Court à South Lake Tahoe lundi matin

Les procureurs ont accusé Nissensohn de trois chefs d'assassinat au premier degré avec circonstances aggravantes pour le massacre en 1989 de South Lake Tahoe Graves teen.

Joseph Nissensohn, 57 ans, emprisonné pour un meurtre commis en 1989, a déjà été inculpé du meurtre de Kathy Graves, 15 ans, qui a disparu de sa maison de South Lake Tahoe en 1989.

Tammy Lynn Jarschke, left, and Tanya Jones.

Le procureur accuse Nissensohn d’avoir également assassiné Tanya Jones, 14 ans, et Tammy Lynn Jarschke, 13 ans, dans la Carmel Valley en juin 1981.
................
...........
Sources : Komonews/ SK Central/Tueursenserie

===========

toujours ces étranges coïncidences septennales - pour moi elles ne sont bien sûr plus étranges - que je retrouve à chaque fois :
si l'intéressé a 57 ans aujourd'hui il est né en 1953 (pas trouvé de donnée de naissance exacte ni de décès des victimes) eh bien en 1981 il se trouvait dans sa période critique septenale des 28 ans et en 1989 il se trouvait dans sa période critique septennale des 35 ans...
là aussi cela confirmerait les passages à l'acte criminels et récidives de préférence en période critique septennale...

Robin Hood Hills

SKCenter :
Johnny Depp demande à rouvrir une affaire de meurtre

Johnny Depp a lancé un appel aux autorités américaines pour rouvrir une affaire de meurtre qui date de 1994, parce qu'il est persuadé que les trois meurtriers condamnés sont innocents.
............
L'AFFAIRE
Les meurtriers de "Robin Hood Hills"
Burk Sauls, Mai 2000
Le 5 mai 1993 était un mercredi et quand la cloche de l'école élémentaire Weaver sonna, trois garçons âgés de huit ans reprirent le chemin de leur maison, située à proximité, à West Memphis, Arkansas. Quelques heures après seulement, leur disparition était signalée et une première recherche, menée par leurs parents, était organisée.
L'après-midi suivant, à 13h45, le corps d'un enfant était dégagé d'un petit ruisseau situé à un endroit connu sous le nom de Robin Hood Hills. Les corps des deux autres enfants disparus étaient finalement retrouvés non loin de là. Tous les trois étaient nus et avaient été ligotés, chevilles aux poignets, avec leurs lacets de chaussures. Les enfants avaient été sévèrement battus, et l'un d'entre eux, Christopher Byers, apparut comme ayant été la victime centrale de l'agression ; il avait été poignardé à plusieurs reprises dans la région de l'aine et châtré.
................
LES PERSONNES CONDAMNEES

Jessie Misskelley Jr
Né le 10 juillet 1975
, il purge actuellement une peine de prison à vie plus 40 ans à Grady dans l'Arkansas.

Damien Echols
Né le 11 décembre 1974.
Il est actuellement dans le couloir de la mort à Tucker, Arkansas.

Jason Baldwin
Né le 11 avril 1977.
Il purge actuellement une peine de prison à vie sans possibilité de libération. Il est à Grady, Arkansas, comme Jessie.

http://www.skcenter.org/forum/index.php?showtopic=6532&hl=

===============================

j'ai bien sûr regardé la situation des trois accusés, la journée du triple meurtre le 5 mai 1993.

(les éléments "pulsions/désinhibition" que je cherche (ce sont eux qui peuvent nous transformer de Jeckyll en Hyde) sont toujours le jour critique émotionnel : dans l'ordre E1 (le plus "fort") puis E8 - E15 - E22.
les jours critiques physiques, avec P1 (le plus fort) puis P18/P19 - P12 - P6/P7.
les années critiques septennales ( pas en cause ici puisque les intéressés avaient 18 ans environ)
les années critiques sextennales, qui, elles, sont présentes avec l'année de vie 18 (après 17 ans) et 19 (après 18 ans). ce sont des années "pulsions".

voici les situations que çà donne :

Mai 1993 (10/07/1975) Jessie Misskelley Jr (17 ans et 10 mois = année de vie 18)
Sa 1
Di 2
Lu 3
Ma 4
Me 5 P(1) I(9)
Je 6 E(15)

Ve 7
Sa 8
Di 9
Lu 10


Mai 1993 (11/12/1974)Damien Echols(18 ans et 5 mois =) année de vie 19)Sa 1 P(1)
Di 2
Lu 3
Ma 4
Me 5 E(1)
Je 6 P(6)
Ve 7 P(7)
Sa 8
Di 9 I(26)
Lu 10


Mai 1993 Jason Baldwin(11/04/1977)(16 ans et un mois = année de vie 17)
Sa 1
Di 2 P(1)
Lu 3 E(15)I(26)
Ma 4
Me 5
Je 6
Ve 7
Sa 8 P(7)
Di 9
Lu 10 E(22)



alors le seul qui soit en situation neutre c'est Jason Baldwin.
(ce qui n'exclut pas que par un effet de groupe on puisse participer : on n'est simplement pas "initiateur").

en très mauvaise situation c'est Damien Echols avec un jour critique émotionnel : le jour que j'espérais ne pas trouver. une chance sur 28 de tomber sur le "jour du crime par excellence" car jour le plus important de pulsions/désinhibition.

la situation n'est pas bien meilleure pour Jessie Misskelley en P1 et i 9 (jour critique physiques le plus "fort" - une chance sur 23 de tomber dessus - et jour critique intellectuel. et c'est la veille d'un jour critique émotionnel E15 qui démarre par conséquent le soir du 5 mai aux alentours de 18 heures.

alors il faut préciser que cela peut être une simple coïncidence et que çà ne prouve rien du tout. je sais cependant par expérience que E1 et P1 peuvent être "jour de disjonction" et on les trouve fréquemment dans les situations dramatiques les plus graves. donc vu de l'extérieur et sans en savoir beaucoup plus sur les détails de l'affaire... je me pose des questions. ceci étant il faut abolir la peine de mort, pour commencer, de toute façon. çà évite de graves erreurs.

forcené

cyberpresse.ca :
Prise d'otages à Laval: la femme du forcené raconte.

Un homme a tenu en otage ses deux enfants pendant 12 heures, vendredi dernier à Laval.

«Il croit qu'il est une victime. Il ne réalise pas qu'il a un problème. Pour lui, c'est la faute des enfants ce qui s'est passé. Il a besoin d'aide, mais je ne pense pas qu'il puisse faire du mal aux enfants.»

Quelques jours après la prise d'otages qui s'est étirée durant 12 heures vendredi à Laval, l'épouse de l'homme accusé dans cette affaire raconte le contexte dans lequel s'est déroulé l'incident, qui a forcé un déploiement policier d'envergure.

Sous le couvert de l'anonymat, cette femme de 37 ans -mère de 12 enfants- nous a ouvert la porte de la résidence familiale de la rue Conrad.

C'est dans cette grande maison bruyante où de jeunes enfants grouillent dans tous les sens que le long siège s'est joué vendredi, après une altercation qui a dégénéré entre l'homme de 41 ans et sa conjointe. L'individu s'était barricadé avec deux enfants, un poupon de neuf mois et une fillette de 7 ans, dans une chambre à coucher du premier étage où se trouvait un véritable arsenal.

Le forcené s'était livré sans offrir de résistance en fin de journée. Les deux enfants n'ont pas été maltraités.

À la demande de la police de Laval, le Groupe tactique d'intervention de la Sûreté du Québec a notamment dû prendre les choses en main, sans compter l'important périmètre de sécurité et l'évacuation d'une vingtaine de maisons.

Des mesures jugées nécessaires, puisque l'homme s'était enfermé dans une chambre où se trouvaient une arbalète et quatre armes longues de calibre 22, 12 et 303.

Mais sa femme est catégorique: l'accusé est malade, pas violent.

Il faut selon elle remonter en 2002 pour comprendre. L'accusé, un entrepreneur capable de monter une maison de A à Z, se blesse alors sérieusement dans un terrible accident de la route. En plus des fractures qui l'obligent depuis à se déplacer en béquilles ou en fauteuil roulant, l'homme aurait subi un traumatisme crânien. Il aurait ensuite développé plusieurs séquelles, croit sa femme, notamment des pertes de mémoire et du stress. «Il fait aussi des crises d'épilepsie», ajoute sa femme, convaincu que son mari souffre en plus de problèmes de santé mentale.

Depuis l'accident, l'homme n'habite plus avec sa femme et leurs douze enfants âgés de 9 mois à 20 ans. L'accusé, lui-même père de neuf d'entre eux, vit dans un centre d'hébergement adapté pour ses besoins.

Selon sa femme, une simple dispute autour du lave-vaisselle entre l'homme et un de ses fils serait à l'origine du branle-bas policier de vendredi. «Il répétait tabarnak! Tabarnak! Je lui parlais, il n'avait aucune réaction. Il était en crise, incliné au-dessus de notre garçon, je l'ai donc tiré vers l'arrière. Il m'a bousculé et est tombé sur moi», raconte la mère de famille. Près d'elle, contre le mur du salon, le petit dernier de neuf mois roupille dans son parc. Plusieurs pièces de la maison sont sans dessus-dessous, des traces de l'opération policière, justifie la mère.

http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/justice-et-faits-divers/201002/22/01-954184-prise-dotages-a-laval-la-femme-du-forcene-raconte.php

=============

les forcenés sont assez souvent des "septennaux" : c'est le résultat de l'effet "pulsion/désinhibition" qui survient à l'occasion de l'arrivée d'une période critique septennale et probablement souvent d'un jour critique émotionnel...
en connaissant par exemple l'âge d'une personne si on connait son identité (41 ans ici, si c'est juste), cela peut aider de "savoir où il en est" : l'examen de ses cycles permet d'avoir une idée de son état "physico/psychologico/psychiatrique".
quand un individu a 41 ans je sais qu'il se trouve devant l'entrée de sa période critique septennale des 42 ans soit un pic de pulsions/désinhibition qui peut entraîner divers comportements "à risque". si en plus je sais que nous sommes un vendredi et que la personne est née un vendredi - donc dans son jour critique émotionnel : grande prudence...
l'accident de 2002 serait intéressant à vérifier car il s'agit de la période critique septennale précédente, celle des 35 ans. et il y a parfois un lien.

lundi 22 février 2010

drame familial

Welt.online :
Vater erschlägt Sohn mit Eisenstange, weiteres Kind ringt mit dem Tod
22. Februar 2010,
Entsetzliches Familiendrama in Kassel: Mit einer Eisenstange hat ein Vater seinen dreijährigen Sohn erschlagen und seinen fünfjährigen Sohn lebensgefährlich verletzt. Anschließend nahm sich der 42-Jährige das Leben. Vermutlicher Grund: die Tremmung von seiner Frau.

===================

un père de 42 ans tue son enfant de trois ans, blesse grièvement son autre fils de cinq ans, puis se suicide... motif probable : conflit de séparation avec son épouse...
en période critique septennale (ndlr)
(le second enfant est aussi décédé ; le père s'est jeté sous un train)

Treiber Jeckyll et Treiber Hyde

Treiber Jeckyll s'est pendu, samedi, dans sa cellule, en laissant apparemment un mot où il expliquait "qu'il en a "marre" d'être considéré comme un "criminel" et qu'il ne supporte plus de ne plus voir les gens qu'il aime".

on ne saura donc jamais "officiellement" ce qui s'est passé et pourquoi...

si l'on s'intéresse aux rythmes et cycles psychiques et émotionnels, on constate cependant que le 1er novembre 2004 Treiber Jeckyll n'était pas là... mais il y avait Treiber Hyde, dont c'était l'Heure...

ceci pourrait éventuellement expliquer que Jeckyll ne comprend pas et n'accepte pas, ce qui s'est peut-être passé.

Jean-Pierre Treiber se trouve en effet le 1er novembre 2004 dans une situation doublement "psychiquement à risque" ou "à état différent" ou "décalé" :

- né le 8 avril 1963, il est entré - en passant à ce moment là par un pic de pulsions/désinhibition - en octobre 2004 - dans sa période critique septennale des 42 ans.

- le 1er novembre 2004, jour du meurtre, il se trouve dans son jour critique émotionnel E8 (8ème jour de son cycle psychique et émotionnel de 28 jours)
autre état de "pulsions/désinhibition".

octobre 2004 (8/04/1963)
Sa 30
Di 31
Novembre 2004
Lu 1 E(8)
Ma 2
Me 3


ce sont là nos "périodes" et nos "jours" "Hyde".
et certaines personnes peuvent carrément changer de personnalité, momentanément ou parfois même définitivement.

or période critique septennale (un pic de pulsions se situant au moment de l'entrée dans cette période) et jour critique émotionnel (il est hebdomadaire) sont des épisodes de pulsions/désinhibition qui sont souvent présents lors de "passage à l'acte" violents ou dramatiques.
cela est lié à l'effet de pulsion accompagné d'un équivalent de désinhibition : cette situation se produit et reproduit :
- à l'arrivée de chacune de nos années septennales (pic à environ six mois avant l'anniversaire septennal)
- chacun de nos jours critiques émotionnels, celui-ci étant hebdomadaire.

(septennal puisque résultat d'un cycle (long) psychique et émotionnel fonctionnant au moyen de pulsations septennales - et hebdomadaire puisque résultat d'un cycle (court) fonctionnant au moyen de pulsations au rythme de sept jours).

le jour critique émotionnel étant hebdomadaire, il arrive tous les sept ans qu'il se situe durant un laps de temps, à l'intérieur d'une période critique septennale : cela aura pour effet de cumuler l'effet pulsions/désinhibition et ainsi de faciliter les actions en tout genre. (le mécanisme est d'abord prévu "pour nous faire bouger dans le bon sens"... mais il arrive aussi des pannes ou des blocages, de mauvaises directions... ce qui peut alors donner lieu à des actes inconsidérés et/ou violents, ou encore de graves et longues dépressions...)

on trouve fréquemment, lors de passages à l'acte criminels ou dramatiques les éléments que sont la période critique septennale et/ou le jour critique émotionnel.
ils constituent alors, au moins en partie, des éléments déclencheurs, ou moteurs.

coup de folie septennal

KCenter :
Montgeron : il égorge sa compagne sous les yeux de leur fils

Un homme de 41 ans s'est rendu de lui-même à la police dimanche après-midi, quelques minutes après avoir égorgé sa compagne, une femme de 36 ans, à leur domicile de Montgeron (Essonne). Il semble que le drame s'est produit vers 16h30 dans la cuisine de l'appartement du couple, sous les yeux de leur fils âgé de 12 ans.

L'autre enfant, une fillette de 4 ans, n'aurait cependant pas assisté à la scène.

Les deux enfants ont été confiés à leur famille, a indiqué une source judiciaire.

Le meurtrier présumé a appelé les secours juste après son acte, avant de se rendre au commissariat de Montgeron. Selon les enquêteurs, il n'y a pas eu lutte et le meurtre aurait été rapide. Un seul coup a été porté à la gorge de la victime.

L'homme se trouvait en garde à vue dimanche soir au commissariat de Montgeron où il devait être auditionné. On ignore s'il était connu de la justice.

Source : Le Parisien

=====================

décidément la série n'arrête pas, après les meurtres de leurs ex par des maris ou compagnons septennaux... (mon post d'hier)

drame passionnel

LePost :
Femme retrouvée morte à son domicile: l'ex-directeur de Carrefour-Labège mis en examen et écroué
drame passionnel,
Mercredi matin, Mireille Lorenzon, 49 ans, a été retrouvée sans vie à son domicile, à Lherm, en Haute-Garonne.
...........
Samedi soir, Jean-Yves Soyez, 60 ans, a été mis en examen et écroué dans le cadre de ce meurtre.
Ce sexagénaire, aujourd'hui à la retraite, est l'ancien directeur du magasin Carrefour-Labège, où travaillait Mireille Lorenzon.
............
Jean-Yves Soyez était l'ancien amant de la victime.
.........
Les enquêteurs privilégient l'hypothèse du drame passionnel

====================

dans le cas d'un drame passionnel c'est la situation de toutes les personnes impliquées qui doit être regardée, car la période critique septennale ne se situe pas forcément là où l'on pense.

dimanche 21 février 2010

Döner Killer

les allemands cherchent un "Döner Killer" qui aurait tué depuis septembre 2000 neuf personnes originaires de Turquie ou de Grèce.
liste ci-dessous et bizarrement fin de la série de meurtres en avril 2006.

===========================

■Als Erstes traf es den Blumenhändler Enver S., 38, aus dem hessischen Schlüchtern. Er stand mit seinem Verkaufswagen am Vormittag des 9. September 2000 (SAMEDI) an einer Ausfallstraße in Nürnberg-Langwasser. S. vertrat einen Kollegen, der an diesem Tag Urlaub genommen hatte. Am Nachmittag fand man S. im Transporter, von Kugeln durchsiebt.
■Neun Monate später starb Abdurrahim Ö. Der geschiedene 49-Jährige, der in Nürnberg-Steinbühl wohnte, war Schneider, seit vielen Jahren in Deutschland. Tagsüber stand er bei Siemens am Band, abends besserte er für ein paar Euro Kleider aus. Am Nachmittag des 13. Juni 2001 (MERCREDI) hörten Nachbarn einen Streit, angeblich waren zwei osteuropäisch wirkende Männer bei Ö. Wenig später lag der tot auf dem fleckigen PVC-Boden hinter dem Schaufenster, mit zwei Kugeln im Kopf.
■Süleyman T., 31, wurde nur wenige Tage später, am 28. Juni 2001, (JEUDI) von seinem Vater gefunden. Der Obst- und Gemüsehändler arbeitete im eigenen Laden in Hamburg-Bahrenfeld. Kurz hintereinander hatte man ihm mit zwei Waffen - eine war die Ceska - dreimal in den Kopf geschossen. Den Ermittlern war klar: Die Morde haben System, die Waffe ist das verbindende Element. Nur: Wo ist ein Motiv, das zum Killer führen könnte?
■Ende August waren der oder die Mörder zurück in Bayern: Am 29. August 2001 (MERCREDI) starb Habil K. durch zwei Kopfschüsse in seinem Gemüsegeschäft in München-Ramersdorf. Passanten glauben, sie hätten einen ausländischen Mann mit Schnurrbart weglaufen und in ein dunkles Auto steigen sehen. Er wurde nie gefunden.
■Zweieinhalb Jahre herrschte Ruhe, doch am Morgen des 25. Februar 2004 (MERCREDI)bekam der 25-jährige Yunus T. in einem Rostocker Dönerstand Besuch. Wieder war es ein Kopfschuss, wieder aus der Ceska. Bis heute ist unklar, ob T. verwechselt wurde. Er lebte erst seit ein paar Tagen in Rostock und war an diesem Morgen zufällig als Erster an der Bude.
■Am 9. Juni 2005 (JEUDI) kehrte der Täter nach Nürnberg zurück. Mit gezielten Schüssen tötete er Ismail Y., 50, in dessen Dönerstand an der Scharrerstraße, kurz bevor Kinder aus der benachbarten Schule in der Pause bei "Onkel Y." Snacks kaufen konnten. Bauarbeiter sahen zwei Männer: Sie stellten ihre Fahrräder direkt vor Y.s Stand ab, gingen hinein, kamen rasch zurück und steckten eilig einen Gegenstand in den Rucksack. Die Täter? Das Duo wurde nie gefunden.
■Sechs Tage später, es war der 15. Juni 2005, (MERCREDI) erschoss der Unbekannte im Münchner Westend den Griechen Theodorus B., 41, der gerade einen Schlüsseldienst eröffnet hatte. Wieder die Ceska, wieder der Kopf. Und: B. hatte viele türkische Freunde.
■Mehmet K., 39, hörte am 4. April 2006 (MARDI) wohl noch die Türglocke seines Kiosks an der belebten Dortmunder Mallinckrodtstraße bimmeln, dann fielen die Schüsse.
■Bei seiner vorerst letzten Bluttat in Kassel am 6. April 2006 (JEUDI) ging der Killer ein hohes Risiko ein: Er betrat das Internet-Café an der Holländischen Straße, obwohl mindestens drei Gäste sich dort aufhielten. Kurz nach 17 Uhr starb der 21-jährige Halit Y. durch zwei Schüsse aus der Ceska, beide in den Kopf.
http://www.spiegel.de/panorama/justiz/0,1518,563661,00.html

=========================

des choses intéressantes : de 2000 à 2006 c'est quasiment un septennat. or je sais que les tueurs psychopathes (supposons que c'en est un, qui n'a pas l'air d'aimer les immigrés en Allemagne...) tuent souvent en démarrant à l'arrivée d'une période critique septennale. ils s'arrêtent après celle-ci... ou continuent jusqu'à la période critique suivante... et s'arrêtent à ce moment là...

ensuite les dates des meurtres sont intéressantes car ce type de tueurs agit souvent en fonction de ses cycles de pulsions : s'il agit son jour critique émotionnel (le cas le plus fréquent) il agit de préférence le même jour de la semaine ou le jour à côté... ou s'il agit en fonction de son cycle de pulsions physiques, on peut le déterminer en comparant le rythme de ce cycle avec les dates des meurtres, aussi...

or ici nous constatons facilement que c'est le MERCREDI qui apparaît le plus souvent, ou les jours "à côté"...

une précision trouvée sur SKCenter :
"D'après la presse le lien avec le monde des jeux illégaux pourrait enfin fournir le motif des meurtres. En effet les hommes assassinés avaient des dettes de jeu. D' après les constations le meurtrier serait un tueur professionnel."

pour ma part j'avais pensé à un psychopathe parce qu'ils ont tendance à agir en fonction des pulsions de leurs cycles psychiques et émotionnels, et que ceux-ci sont septennaux et hebdomadaires...

samedi 20 février 2010

drame conjugal

LeMonde :
Meurtre de la mère d'Ibrahima : les ratés de la justice
LE MONDE | 20.02.10
Tanja Pozgaj, mère du petit Ibrahima, 18 mois, est morte, poignardée par son ex-compagnon, mardi 16 février à Fontenay-sous-Bois (Val-de-Marne). Depuis plusieurs mois, la jeune femme était harcelée par cet homme connu de la justice pour des violences répétées contre des femmes. Elle alertait sans relâche, la police, la justice, le maire de sa commune. En vain. Tanja a été tuée par Mahamadou Doucouré, le père du petit Ibrahima, qui la terrorisait.
................
==========================
Librairie 3ème oeil :
A Bois d'Arcy, un homme tue son ex-épouse qu’il harcelait depuis un an
" Un homme s’est tué hier matin à Bois-d’Arcy après avoir abattu son ex-femme d’un coup de fusil. Le mari l’avait menacée de mort à plusieurs reprises depuis leur divorce, il y a un an.
Hier matin, un homme de 35 ans a tué d’un coup de fusil de chasse son ex-femme de 26 ans. Il a ensuite retourné l’arme contre lui pour se donner la mort. Le couple laisse deux petites filles de 4 et 7 ans. Le drame s’est déroulé rue Ingrid-Bergman, à Bois-d’Arcy, dans la ZAC de la Croix-Bonnet, un quartier neuf de la ville.
==============================================

si je ne fais pas erreur nous avons là en quelques jours deux maris qui tuent leur ex-femme après l'avoir longtemps harcelée.
cela pose la question des moyens que l'on peut mettre en oeuvre pour protéger les personnes face à de telles menaces... on parle de bracelet électronique... mais je ne suis pas sûr qu'en cas de situation réelle un homme n'ait pas le temps, s'il en a ainsi décidé, de tuer sa femme... le temps que la police arrive pour l'en empêcher.

à noter que dans les deux cas arrivés les personnes se trouvaient apparemment toutes les deux dans une période critique septennale (28 ans le premier, 35 ans le second) sachant qu'il s'agit d'une période de "pulsions/désinhibition" que l'on pourrait prendre en compte pour faire de la prévention : l'agressivité du fait de pulsions, accompagnées d'une désinhibition psychique font en sorte que durant cette période (prévisible à l'avance) la dangerosité d'une personne "à risque" augmente considérablement.

suicide

Jean-Pierre Treiber, assassin présumé, s'est pendu dans sa cellule de Fleury-Mérogis
" Jean-Pierre Treiber, soupçonné du meurtre de deux jeunes filles en 2004 et arrêté fin novembre après une fuite de deux mois et demi, s'est suicidé dans sa prison de Fleury-Mérogis (Essonne), annonce le ministère de la Justice.
Des gardiens l'ont retrouvé pendu lors d'une ronde vers 07h15 dans la cellule du quartier d'isolement où il était détenu seul, a précisé à Reuters Guillaume Didier, porte-parole du ministère.

===============

comme on a sa date de naissance on peut vérifier sa situation, et c'est une situation neutre, s'agissant d'un natif du lundi :

février 2010 (8/04/1963)
Ma 16
Me 17
Je 18 P(7)
Ve 19 I(26)
Sa 20
Di 21

enfin pas tout à fait neutre puisque Treiber se trouve dans son année de vie 47 (année critique P1 d'un nouveau cycle physique de 23 années). (l'incidence de ce cycle reste cependant à étudier)

sa situation le jour des crimes pour lesquels il était suspecté, n'est, quant à elle pas neutre du tout, puisqu'il avait 41 ans et demi (précisément l'entrée dans la période critique septennale des 42 ans) et que le 1er novembre 2004 jour de l'assassinat de Géraldine Giraud et Katia Lherbier est un lundi et son jour critique émotionnel E8.

octobre 2004 (8/04/1963)
Sa 30
Di 31
Novembre 2004
Lu 1 E(8)
Ma 2
Me 3

vendredi 19 février 2010

compatibilité

Figaro :
Un homme tue sa femme et se suicide

Un homme de 34 ans a tué ce matin à Bois d'Arcy (Yvelines) son épouse de 27 ans avec un fusil de chasse avant de se donner la mort, a-t-on appris de sources policière et judiciaire.

Selon les premiers éléments de l'enquête, confiée au commissariat de Fontenay-le-Fleury, il s'agit d'un drame familial, le couple étant en instance de divorce, selon la source policière. Les équipes du Raid avaient été dépêchées sur place.

Vers 9H00, l'homme s'est rendu au domicile de son épouse, avec qui il avait entamé une procédure de divorce pour faute en 2009. Il a défoncé la porte, l'a menacée et lui a tiré dessus, selon la source judiciaire. Le mari a ensuite retourné l'arme contre lui.

Le trentenaire avait été condamné par le tribunal correctionnel de Versailles en octobre 2009 à deux mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve, pour des appels malveillants à son épouse. Le couple était parents de deux enfants de quatre et sept ans, qui étaient scolarisés au moment des faits, a précisé la source judiciaire.

=================

dans la version qui prend en compte les périodes critiques septennales il faut en plus observer ici qu'il y a compatibilité à risque : le mari entre dans sa période critique des 35 ans et l'épouse dans celle des 28 ans. pour des raisons mathématiques, cette compabitibilité est partie pour la vie si on s'assemble lors d'âges septennaux...
lorsque l'on sait ce que cela peut entraîner (pas forcément toujours cela va de soi) mais on le sait quand même dès que l'on voit venir le début des tensions, puisque l'on connaît la situation septennale des intéressés, on aborde le sujet le plus tôt possible en amont, en insistant sur le risque futur et la nécessité d'y faire front et de discuter ensemble. à défaut la nécessité d'arbitrer une éventuelle entente, séparation ou même une séparation provisoire le temps que les périodes critiques soient passées...
çà pourrait parfois faire des orphelins en moins...


petit rappel : l'arrivée d'une période critique septennale (à fortiori deux, comme ici) peut parfois sérieusement perturber les individus : perturbations psychiques comme dépression, irritabilité devenant comportements violents, changements de comportements et changements de caractère et de personnalité, etc... de quoi parfois miner un couple (les périodes critiques septennales sont, à mon avis à l'origine de la majorité des conflits et séparations). en y prêtant attention à l'avance, puisqu'on les sait venir, et surtout lorsque l'on voit survenir les premières tensions, on peut parfois éviter des catastrophes et certainement des séparations qui n'ont pas de réelle explication autre qu'un passage fortement perturbateur dans une période critique de l'un ou des deux partenaires d'un couple.

édit 20/02 : réserves prudentes comme toujours quant aux données exactes car j'ai trouvé ailleurs les âges de 35/26 ans. cela ne change rien à la règle mais tout au plus au cas particulier cité.
il s'agit toutefois de la deuxième affaire en quelques jours ou un mari en période critique septennale a harcelé durant un bon moment son ex-épouse et finit par la tuer : il nous faut étudier la dangerosité accrue en période critique septennale qui constitue un véritable "déclencheur" lorsqu'elle arrive. mais j'y reviens assez rapidement.

forcené

Le forcené de Triel maîtrisé par le Raid
Une ville paralysée, un déploiement de force important. L’intervention du Raid, hier à Triel-sur-Seine, n’est pas passée inaperçue. Au final, le forcené a été maîtrisé sans difficulté.
«Ces types habillés en noir avec leurs cagoules et leur équipement, c’est impressionnant, note un témoin. Toute la ville a été paralysée jusqu’à 10 heures du matin. » Ce riverain de la rue Paul-Doumer, à Triel-sur-Seine, n’en revient toujours pas. Il est vrai que la banale interpellation d’un homme de 42 ans soupçonné d’être impliqué dans un accident de la circulation a vite dégénéré. ........
LeParisien

============================

en période critique septennale, une banale interpellation peut effectivement se compliquer...

vengeance post-mortem

Librairie 3ème oeil :
Vengeance post-mortem : un agent immobilier maquille son suicide en meurtre

" L'agent immobilier avait laissé une lettre où il accusait un de ses créanciers de l'avoir tué.

Retrouvé tué d'un coup de fusil en pleine tête, mardi matin, dans son appartement du boulevard Sylvain Dumon à Agen, P. N., 69 ans, agent immobilier sur la ville, a tout fait pour embrouiller les enquêteurs sur les circonstances de sa mort. Meurtre ou suicide ? Telles étaient, en effet, les deux hypothèses retenues par le parquet au lendemain de la découverte du corps. Dans une conférence donnée hier soir, le procureur de la République d'Agen, Pierre Nalbert, a fait le point sur cette affaire en affirmant qu'il s'agissait bien d'un suicide.

===================

on peut toujours vérifier les mêmes données :
- période critique septennale... oui, si 69 ans et demi surtout, ce moment étant un moment "pic de pulsions" avec l'entrée dans la période critique des 70 ans ;
- jour critique émotionnel : mardi ?

- accessoirement la proximité de la date anniversaire, assez fréquemment présente.

vengeance post-mortem... j'ai bien l'impression que la notion même de suicide peut englober l'idée de se venger de quelqu'un ?

meurtre d'un enseignant

rfi :
Nouveau drame dans un lycée allemand
Un enseignant a été tué jeudi matin, 18 février, par un de ses anciens élèves dans un collège technique à Ludwigshafen (ouest). Il s’agit du quatrième cas grave en moins d’un an dans un établissement scolaire.

Le meurtrier présumé est un ancien élève du lycée. Agé de 23 ans, il prétend avoir agi parce qu'il aurait été mal noté par son professeur. Armé d'un couteau et d'un pistolet d'alarme, il a été rapidement arrêté au sein de l'établissement.

L'enseignant, âgé de 58 ans, a été retrouvé poignardé dans un escalier menant à une cave d'un bâtiment annexe de l'école. Il est mort des suites de ses blessures.
........................
======================

il tue son ancien prof parce qu'il l'aurait mal noté... en 2004... ???


je crois qu'il faut trouver autre chose encore...
pas de période critique septennale mais année P1 (24ème année de vie) et peut-être un natif du jeudi (dans ce cas son jour critique émotionnel) ?
(pas trouvé la date de naissance du meurtrier)

jeudi 18 février 2010

attaque aérienne

cyberpresse.ca :
(Los Angeles) Un homme désespéré dans la cinquantaine a volé un petit avion et s'est écrasé dans un bâtiment de l'agence fédérale du revenu à Austin, au Texas, ce matin.

L'homme avait préalablement mis feu à sa propre maison. Les autorités rapportent que plusieurs personnes ont été blessées lors de l'écrasement, mais que seul le pilote a perdu la vie.

Une note de six pages laissée sur le Net par un homme disant s'appeler Joe Stack, et citée par plusieurs médias, semble expliquer le geste.

Dans cette lettre longue et parfois incohérente, l'homme dit que l'agence fédérale de revenu a ruiné sa vie, et qu'il entend "pousser l'expérience jusqu'au bout".

================

en trouvant sa date de naissance j'ai regardé sa situation, pour voir ce que çà donne :

février 2010 (31/08/1956)
Di 14
Lu 15
Ma 16 P(1)
Me 17 I(26)
Je 18
Ve 19 E(15)
Sa 20
Di 21

l'intéressé a donc 53 ans et 6 mois. rien du point de vue des cycles longs. son jour critique émotionnel c'est le vendredi : il y entre ce soir mais en fait il a écrit son long texte et préparé tout çà un peu avant, sinon bien avant, probablement, et l'attaque a eu lieu ce matin...

faudrait savoir s'il a des problèmes depuis sa précédente période critique septennale : c'est souvent le cas, les problèmes, perturbations psychiques et éventuels changements de personnalité démarrant à ce moment là... (ici période des 49ans, donc 2005)

envie de changer

métro :
Climat : la démission d'Yvo de Boer jette un froid
Le responsable des négociations climat à l'ONU, Yvo de Boer, démissionne. Au risque de fragiliser le processus.

===============

Yvo de Boer est entré en janvier dans sa période critique septennale des 56 ans (on y entre à 55 ans et demi) : certains le ressentent parfaitement et çà leur donne une envie naturelle de changement :-)

mercredi 17 février 2010

meurtre

La police arrête un homme pour le meurtre du luthier Taku Sakashta
De THE ASSOCIATED PRESS (CP) – Il y a 16 heures

ROHNERT PARK, Calif. — Les policiers de la Californie ont arrêté un individu relativement au meurtre du luthier très en vue Taku Sakashta.

Un homme de 28 ans, Joshua Rhea Begley, a été interpellé tôt lundi matin à Rohnert Park, en Californie. Des soupçons de meurtre et de cambriolage pèsent contre lui.

M. Sakashta, 43 ans, jouissait d'une solide réputation. Certaines de ses guitares s'étaient vendues pour 30 000 $ US.

Les policiers ont retrouvé son corps dans des buissons près de son atelier de Rohnert Park, à environ 70 kilomètres au nord de San Francisco.

Begley aurait une longue feuille de route criminelle, remontant à au-moins 10 ans. Il aurait été incarcéré à plusieurs reprises.

Les policiers affirment que des témoins associent Begley au meurtre de M. Sakashta, mais ils ont refusé de fournir plus de détails.

====================

il y a bien entendu des crimes tout le temps, mais la particularité d'une situation en période critique septennale c'est que l'on est bien plus impulsif, efficace, on a la gachette ou la "réaction violente" bien plus facile...

exécution

nouvelobs :
La Floride exécute un détenu de 45 ans condamné à mort pour meurtre
AP | 17.02.2010 | 04:06
La Floride a procédé mardi à l'exécution d'un détenu de 45 ans, Martin Edward Grossman, qui avait été condamné à mort pour le meurtre d'une jeune femme, Peggy Park. Cet agent de protection de la faune avait été tuée avec sa propre arme en 1984.



décembre 1984 (19/01/1965)
Me 12
Je 13 P(1) I(9)
Ve 14

pas certain de l'exactitude des données (date du meurtre et date de naissance) mais je note car il s'agit d'une exécution aux USA, et qu'à première vue on trouve là aussi un jour pulsions P1 - jour critique physique - le jour du meurtre - double critique puisque c'est aussi i9 jour critique intellectuel.

mardi 16 février 2010

alerte enlèvement

Alerte enlèvement : Ibrahima Nacir Doucouré, petit garçon de 18 mois Un plan "alerte enlèvement" a été publié à 18h26 par la police.

Il recherche un enfant, Ibrahima Nacir Doucouré, un petit garçon de 18 mois, métis de type africain, chevelure abondante, vêtu d'un pyjama bleu, qui a été enlevé ce jour entre 8 h et 8h30 du domicile familial situé à Fontenay-sous-Bois (94), 25, avenue des Olympiades.

Le petit garçon, métis de type africain, chevelure abondante, vêtu d'un pyjama bleu, a été enlevé entre 8 h et 8h30 du domicile familial situé à Fontenay-sous-BoisIl est susceptible de se trouver en danger avec Monsieur Mahamadou DOUCOURE, âgé de 28 ans

La maman du petit enfant a été retrouvée morte, tuée à coups de couteau, à son domicile mardi matin.

Si vous localisez l'enfant ou le suspect, n'intervenez pas vous-même, appelez immédiatement la police au 0805201000 envoyez un courriel à l'adresse : PPPJ-ENLEVEMENT@interieur.gouv.fr

============================

aïe la pleine période critique des 28 ans...
édit :
l'enfant a été retrouvé sain et sauf et le père, arrêté, a avoué avoir tué son ex...
çà pose la question de savoir comment protéger une personne menacée... sachant qu'une interdiction a été posée mais qu'elle peut très bien et simplement ne pas être respectée... encore moins en période critique septennale (ce qui est déjà un élément qui devrait inciter à des prises de précautions) et peut-être (ce serait à vérifier) en jour critique émotionnel...

édit 18/02 - SKCenter me dit encore :
"Mis en examen pour "viols en réunion" en 2006, pour des faits datant de 2001 et 2002, le père de l'enfant âgé de 28 ans avait été placé en détention provisoire entre juin 2006 et juin 2007. Il était depuis sous contrôle judiciaire dans cette autre affaire, toujours à l'instruction à Créteil."

il semble assez clair que cette personne avait des problèmes lors de ses périodes critiques septennales... (2001-2002 (période des 21 ans) puis aujourd'hui avec la période suivante des 28 ans) et finalement elle a été enfermée entre juin 2006 et juin 2007 c'est à dire durant une période où le risque était moindre.
(les passages à l'acte ont souvent lieu en période critique septennale plus qu'en dehors de ces périodes, ceci en raison d'un phénomène de pulsions/désinhibition survenant lors des périodes critiques)... si on en tient compte les choses se passent en principe tout à fait différement, les périodes à risques se situant à des moments bien précis, c'est surtout à ces moments-là qu'il faudrait prendre garde...).

lundi 15 février 2010

drame familial

SKCenter :
Une Belge tue sa mère et sa fille en Espagne

La Garde Civile espagnole a ouvert une enquête après la mort de trois ressortissantes belges. Il s'agit probablement d'un drame familial dans lequel une femme aurait tué sa mère et sa fille avant de mettre fin à ses jours.

Le 14 février vers 20H30, la Garde Civile apprenait que trois corps avaient été découverts dans une ferme située à El Mayordomo, un quartier de la ville andalouse de Sorbas.

Les corps retrouvés sont ceux de M.G.G., une femme née en 1974 en Belgique, de sa mère S.B, née également en Belgique en 1943 et d'une fillette de 4 ans ayant la nationalité espagnole.

Les premiers résultats de l'enquête semblent s'orienter vers la piste d'un drame familial. La fille aurait ainsi tué sa mère et sa fille avant de mettre fin à ses jours.

Source : 7 sur 7

========================

probablement un drame de la période critique septennale des 35 ans.

Alabama Huntsville shooting

Wikipédia :
The 2010 University of Alabama in Huntsville shooting occurred on Friday, February 12, 2010, at the University of Alabama in Huntsville (UAH), Alabama, United States. Three professors at the university were killed and three other people were wounded. Amy Bishop, a biology professor, has been charged with one count of capital murder; under Alabama state law, she would be eligible for the death penalty if convicted.
.................
Shooting
The incident took place at 4:00 p.m. CST in the Shelby Center for Science and Technology, the location of the university's Biology and Mathematics departments. The shooting occurred during a meeting of the biology department.
..................
Suspect
Amy Bishop (born April 24, 1965)
is the mother of four children, and married to James Anderson
..............
Brother's shooting
Bishop fatally shot her 18-year-old brother, Seth Bishop, on December 6, 1986.

===========================

pas de période critique septennale : mais une démonstration intéressante de deux passages à l'acte à l'arrivée du jour critique émotionnel, et le jour critique émotionnel lui-même.
situations :

Février 2010 (24/04/1965)
Lu 1
Ma 2
Me 3
Je 4
Ve 5
Sa 6 P(7) E(8)
Di 7 I(26)
Lu 8
Ma 9
Me 10
Je 11 P(12)
Ve 12
Sa 13 E(15)

Di 14


Décembre 1986 (24/04/1965)
Lu 1
Ma 2
Me 3
Je 4
Ve 5 P(7)I(9)
Sa 6 E(1)
Di 7
Lu 8


Amy Bishop est une native du samedi et aura donc toujours son jour critique émotionnel ce jour là. et c'est ce jour là que les pulsions (accompagnées de désinhibition, histoire d'augmenter l'efficacité) vont être les plus fortes et c'est donc ce jour là qu'elle risque le plus "d'exploser" ou comme on dit de "péter les plombs"... bref, de passer çà l'acte.
et c'est apparemment ce qui s'est passé : le jour critique émotionnel démarre la veille aux alentours de 18 heures déjà, c'est à dire vendredi 12 février en fin d'après-midi. c'est le jour de son massacre. (veille de jour critique émotionnel E15)

son frère a également été tué le samedi 6 décembre 1986, un jour critique émotionnel E1 (E1 est le jour critique émotionnel le plus fort des quatre) et lendemain du jour critique intellectuel i9

(période critique septennale des 21 ans)

Amy Bishop a 44 ans et 9 mois et ne se trouve donc pas en période critique septennale en février 2010. il n'est pas impossible cependant - c'est même probable - qu'elle soit perturbée depuis sa dernière période critique, qui est celle des 42 ans dont elle aurait dû sortir à l'âge de 43 ans.
mais... un jour critique émotionnel à lui tout seul est aussi tout à fait plausible pour un coup de folie. ce jour se retrouve très fréquemment lors d'un drame.

dimanche 14 février 2010

séquestré torturé

SKCenter :
3 adolescentes soupçonnées d'avoir séquestré et torturé un homme


"Je suis effroyablement dégoûté, ça me fait penser au film "Orange mécanique", a expliqué le père de l'adolescente de 15 ans

LA TRONCHE Trois adolescentes de 14, 15 et 17 ans ont été mises en examen (inculpées) à Grenoble pour actes de tortures et de barbarie sur un voisin quinquagénaire "faible psychologiquement", séquestré chez lui et frappé à coups de marteau et couteau pour de l'argent.
..............
Elles sont soupçonnées d'avoir ligoté, humilié et ébouillanté leur victime dans la nuit de mardi à mercredi. Elles l'ont aussi blessé à coups de marteau et de couteau à l'aine. L'homme, gravement blessé et "profondément choqué" selon la police, a été hospitalisé.

Le calvaire du quinquagénaire avait débuté dès lundi. L'adolescente de 15 ans s'était présentée, avec un ami, au domicile de ce voisin qui vivait seul et était dépressif selon d'autres habitants de l'immeuble.
Les deux jeunes gens sont soupçonnés d'avoir ligoté leur victime, avant de prendre des photos compromettantes sur son lit et de lui réclamer de l'argent en le menaçant de divulguer ces clichés. L'homme leur a remis 1.000 euros avant de prévenir la police par téléphone.
"Il est arrivé en pleurs", a expliqué à l'AFP une commerçante chez qui le quinquagénaire s'est rendu pour téléphoner à la police. "Il a dit: +je n'ai rien fait, ils m'ont pris en photo mais je n'ai rien fait. Ils m'ont dit qu'ils allaient revenir+".
Une surveillance policière a été mise en place, mais celle-ci a été suspendue lorsque la victime a quitté son domicile, précise la police. Dans la nuit de mardi à mercredi, la jeune fille, accompagnée de deux autres adolescentes de 14 et 17 ans, est retournée au domicile de la victime qu'elles ont ligotée.
Après divers sévices, le quinquagénaire a avoué son code de carte bancaire aux adolescentes, qui ont fait usage de la carte à quatorze reprises. L'homme est finalement parvenu à se libérer de ses liens mercredi et s'est réfugié chez un voisin. Les policiers ont arrêté les trois jeunes filles le jour même, alors qu'elles faisaient des achats à Grenoble. Leur interpellation a été mouvementée, un policier a été blessé.

Leur ami soupçonné d'avoir ligoté et photographié la victime n'a pas été interpellé pour l'instant, selon une source judiciaire. Lors de leur garde à vue, les jeunes filles ont reconnu les faits, sans donner d'explications.
"Elles sont inconscientes de la gravité des faits qui leurs sont reprochés. Pour elles, c'était un jeu. Elles ont expliqué qu'elles avaient besoin de dépenser de l'argent et de faire la fête", explique la police

Source : La Dernière Heure

===========================

inquiétante tournure dans cette affaire lors de laquelle l'intéressé prévient la police parce qu'il a été agressé... et que l'on permet aux agresseurs de remettre çà...
la situation en période critique septennale des 56 ans de la personne a peut-être contribué au scénario : il est possible qu'il ne se serait pas passé comme çà si la personne n'avait pas été dans une dépression septennale... donc on aurait là aussi pu s'en inquiéter...

samedi 13 février 2010

Colonel Russel Williams

Wikipédia :
Colonel D. Russell Williams, CD (born March 7, 1963) was the Canadian Forces Air Command Base Commander at CFB Trenton until he was formally charged, on February 8, 2010, under the Criminal Code with two counts of first-degree murder along with two counts of forcible confinement and two counts of breaking and entering and sexual assault.

=================

il a 46 ans, presque 47 ans (le 7 mars prochain)... il ne se trouve par conséquent pas dans une période critique septennale, mais... la 47ème année est une année critique physique importante, équivalente de P1. (première année d'un nouveau cycle de 23 ans).
ce qui est bizarre chez lui c'est que si l'on regarde les agressions, ce sont pratiquement lors des cinq dates que j'ai regardées, des situations en jours critiques (ou immédiatement à côté) qui sont en cause :

Les présumés victimes du militaire
2 meurtres
JESSICA LLOYD,
27 ANS Son corps a été retrouvé près de la ville de Tweed, lundi.
MARIE-FRANCE COMEAU,
38 ANS Son corps a été retrouvé le 25 novembre 2009 dans sa maison de Brighton.
2 AGRESSIONS
Williams aurait agressé deux femmes à leur domicile les 17 et 30 septembre 2009 dans la région de Tweed.

UN NOUVEAU CAS?
Kathleen MacVicar, 19 ans. Le corps de la femme a été retrouvé en juin 2001 à la base militaire de Glace Bay, en Nouvelle-Écosse. Elle avait été agressée sexuellement et poignardée.

DES CAMBRIOLAGES
Le commandant aurait également avoué plusieurs dizaines de «cambriolages» fétichistes aux policiers.
(http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/justice-et-faits-divers/201002/10/01-948268-le-colonel-williams-aurait-avoue-deux-meurtres.php)

=====================

Jessica Lloyd disparue le 28 janvier 2010 : c'est un jour doublement critique P18 et E22 (critique physique et critique émotionnel)

Marie France Comeau : retrouvée morte le 25 novembre 2009 (mais je ne sais pas si elle a été tuée ce jour là ou avant) : le 25 novembre c'est la veille d'un jour doublement critique P1 et E15 (critique physique et critique émotionnel)

agression du 17 septembre 2009 : jour critique émotionnel E1 et veille de jour critique physique P1.

agression du 30 septembre 2009 : lendemain de jour critique P12 et veille de jour critique émotionnel E15.

Kathleen MacVicar vue la dernière fois le 13 juin 2001 : jour critique physique P18 et veille de jour critique émotionnel E8.

(jours critiques émotionnels et jours critiques physiques sont des jours de pulsions/désinhibition et ce sont des "jours préférentiels" fréquemment présents lors des passages à l'acte).

édit 20/10 : ce qui serait intéressant c'est de connaître le moment du "démarrage" de l'ensemble des "déviances" car je soupçonne la période critique septennale des 42 ans... (septembre 2004)
y a-t-il pu y avoir à un moment donné une sorte de "métamorphose" qui a fait de lui un Mr Hyde.
il y a aussi un point de départ pour les meurtres - car il n'a pas tué avant une certaine date - et là cela pourrait correspondre aux pulsions de l'année critique physique - année de vie 47 après le 46ème anniversaire. (importante année P1)
mais tout le cycle sextennal reste à étudier car rien n'est encore sûr à son sujet.

malade

Figaro :
Un homme déclare avoir tué sa femme

Un homme d'une cinquantaine d'années s'est présenté ce matin à l'hôpital psychiatrique Paul-Guiraud, à Villejuif (Val-de-Marne) où il a déclaré avoir tué sa femme, dont le corps a été retrouvé dans leur domicile commun, a-t-on appris samedi de source policière.

Selon LeParisien.fr, l'homme serait suivi dans cet hôpital psychiatrique et aurait réintégré le domicile familial, situé à Choisy-le-roi (Val-de-Marne), à l'occasion d'une sortie. L'enquête a été confiée au service départemental de la police judiciaire du Val-de-Marne.

================

pas trouvé son âge précis pour l'instant... (ce genre de drames ont souvent lieu en période critique septennale et jour critique émotionnel)

année sabbatique

Plurielles.fr :

Leonardo DiCaprio veut profiter de la vie en 2010
Leonardo DiCaprio est un peu fatigué de tourner sans arrêt : du coup en 2010, l'acteur a décidé de prendre son temps.

===================

en général on ressent les périodes critiques septennales qui sont effectivement et probablement dès l'origine (çà remonte à bien loin) destinées à faire une année sabbatique...(l'acteur a 35 ans)

assassinat

midilibre.com :
HéraultBernard Brugel est condamné à 20 ans de prison pour l'assassinat de son ex-maîtresse

Le 3 mars 2007, sur le hameau de Rodomouls, à Pardailhan, dans le Biterrois, il avait abattu celle avec qui il avait eu une relation amoureuse pendant quatre ans et demi de trois balles de revolver, dans le bras, l'abdomen et la tête. En fait, le quinquagénaire, jaloux et autoritaire, en voulant la reconquérir après la rupture, s'est aperçu qu'elle n'avait jamais quitté son mari contrairement à ce qu'elle lui avait dit.

===================

si j'ai bien trouvé et calculé l'intéressé se trouvait au moment du drame, dans sa période critique septennale des 56 ans...je me suis demandé si tôt ou tard on n'allait découvrir un type nouveau de drame ou de classement des drames, en fonction de la situation des intéressés, genre "drame passionnel de la période critique septennale" :-)

violeur

Gand : un violeur trahi par son ADN, deux ans après les faits
Article posté par Stéphane Bourgoin Librairie 3ème oeil.

" Un homme de 30 ans qui a violé brutalement une jeune femme de 19 ans dans le parc de la Citadelle à Gand en 2007, a été arrêté mercredi. Des preuves liées à l'ADN de l'inculpé ont été réunies. Le profil ADN du suspect avait été intégré dans la banque nationale de données en 2009, lorsqu'il avait été condamné pour vol avec violence.

Les faits du viol datent du 17 octobre 2007. Une femme de 19 ans se rendait à son travail vers 5h30 quand elle fut agressée par un homme. Elle fut jetée sur le sol avant d'être violée brutalement.

Après des analyses de traces, un profil ADN du suspect a pu être établi. Celui-ci a été remis à l'Institut national de criminalistique et de criminologie (INCC) pour être comparé aux profils enregistrés des personnes ayant commis des délits violents. Le profil ADN du suspect a ensuite été transmis à la banque nationale de données en août 2009. Le suspect, condamné deux mois plus tôt pour vol avec violence par la cour d'appel de Gand, figurait dans cette banque de données.

Ayant pris connaissance des similitudes entre l'ADN du suspect et celui de la banque de données, la parquet a interpellé l'homme, qui est passé aux aveux. Il a été placé sous mandat d'arrêt par un juge d'instruction mais la chambre du conseil de Gand a ordonné sa libération sous conditions. Le parquet a toutefois interjeté appel contre sa libération, raison pour laquelle l'homme reste actuellement derrière les barreaux. "

Source : BELGA (12 février 2010

===============================

en 2007 l'intéressé se trouvait dans sa période critique septennale des 28 ans.
jour critique émotionnel ? (mercredi ?)
certains individus sont des "acteurs septennaux", ici violeur septennal, c'est à dire qu'ils auront bien plus tendance à passer aux actes en période critique septennale, souvent à l'arrivée de celle-ci (pic de pulsions/désinhibition) ou encore/et leur jour critique émotionnel ou physique selon qu'ils sont plus sensibles à leur cycle de pulsions émotionelles ou physiques.
une fois la période critique passée ils vont "se tenir tranquille" ce qui rend difficile leur découverte par la suite. ils peuvent récidiver par contre à l'arrivée de la période critique suivante ou va se reproduire le mécanisme de pulsions/désinhibition.

tuerie

SKCenter :
Une fusillade dans une université fait trois morts

Une enseignante américaine a ouvert le feu vendredi dans une université de l'Alabama, au sud des Etats-Unis, tuant trois personnes et en blessant trois autres, après avoir appris qu'elle ne serait pas titularisée. La tireuse présumée a été arrêtée. Un homme est également en garde à vue.

Un porte-parole de l'Université située dans la ville de Huntsville, Ray Garner, a précisé que la police avait arrêté une personne et en détenait une autre après avoir fini de contrôler tout le campus qui restait bouclé.

"A ce stade, nous avons trois morts confirmées et trois blessés", a-t-il dit, précisant que deux des blessés étaient dans un état critique et le troisième dans un état stable.

==================

j'ai essayé de trouver son âge et sauf erreur - donc à confirmer - l'enseignante aurait 42 ans : pleine période critique septennale, dans ce cas.

soupçons

figaro :
Soupçons de viol sur un bébé de 14 mois
AFP
12/02/2010 |
Un homme de 27 ans a été mis en examen et placé en détention provisoire à Epinal (Vosges), soupçonné d’avoir violé la fille de sa compagne âgée de 14 mois, selon une source judiciaire. Le 11 décembre dernier, à Epinal, la mère du nourrisson avait constaté que son enfant présentait des saignements à l’entre-jambe, après avoir joué dans son parc en compagnie du jeune homme. La petite fille avait alors dû être opérée en urgence à Nancy, sous anesthésie générale, pour des graves lésions vaginales.

Une information judiciaire a été ouverte pour viol sur mineur par personne ayant autorité, un crime pour lequel il encourt une peine de 20 ans de réclusion criminelle.

"Mon client est abasourdi. Il nie les faits et il n’y a rien contre lui", a déclaré l’avocat du jeune homme, Maître Virginie Gerriet, qui indique qu’aucune trace d’ADN de son client n’a été retrouvée dans les prélèvements effectués sur la petite fille.

===========

ce ne sont que des soupçons, mais l'intéressé se trouve apparemment aussi à l'entrée de sa période Hyde... période critique septennale des 28 ans...

vendredi 12 février 2010

harcèlement

LaDépêche :
Puygouzon. Le directeur du supermarché condamné pour harcèlement
Tribunal. Huit employés de Puygouzon ont déposé plainte.
...........
Fabrice. S, 45 ans, directeur du magasin depuis décembre 2007, est poursuivi pour harcèlement moral sur 8 employés.

================

pas sûr dans cette affaire dont je ne sais pas grand chose, mais çà ne serait pas la première fois : les harceleurs sont souvent des personnes dans leurs périodes critiques septennales, ou encore il existe un lien avec leur passage dans cette période...
(45 ans c'est bien 42 ans en 2007, mais je ne sais pas de quand datent les harcèlements...)

cela est lié au fait que la période critique septennale est notre période Hyde : elle peut entraîner de multiples comportements inhabituels et inattendus selon les individus. le harcèlement de tout l'entourage peut en faire partie.

drame familial

Figaro :
Le corps d'une fillette retrouvé dans une voiture

Mercredi soir, la mère d'une fillette de quatre ans donne l'alerte : sa fille et son compagnon ont disparu. A son retour du travail, ils devraient être tous deux au domicile familial, à Glos-La-Ferrière, dans l'Orne. Mais il n'en est rien. Plus inquiétant encore, elle aurait retrouvé une lettre dans laquelle son concubin menace de se suicider, selon Europe 1.

L'homme, qui est âgé d'une quarantaine d'années et qui n'est pas le père biologique de la fillette, est retrouvé quelques heures plus tard, blessé à l'abdomen, après être entré par effraction chez un habitant de la Neuve-Lyre, dans l'Eure. Il semblerait qu'il se soit donné un coup de couteau lui-même dans le ventre. Ses propos sont incohérents. Les gendarmes font le rapprochement avec la disparition qui leur avait été signalée un peu plus tôt et entreprennent des recherches.
...............
==========================

pas trouvé l'âge précis de l'intéressé, mais cela ressemble fort à un scénario de la période critique septennale...(41 ou 42 ans généralement) jour critique émotionnel mercredi ? (déclencheur)
édit 14/02 : apparemment il s'agirait d'une personne de 40 ans, qui n'aurait donné aucun signe de dépression... la fillette serait morte des suites de coups.
La 41ème année de vie est une année critique du cycle physique (équivalent P18) mais je n'ai aucune donnée suffisante concernant ce cycle sextennal... ce serait encore à voir car je pense qu'il fonctionne.
sinon à voir la situation cyclique des trois personnes impliquées : le compagnon, la mère, et la fille. on peut avoir des indices importants selon que les adultes se trouvent en jour critique, peut-être émotionnel pour le suspect, physique ou éventl. émotionnel pour la fille (= enfant perçu comme insupportable par exemple, etc...) ou encore en période critique pour la mère... etc...

jeudi 11 février 2010

Alexander McQueen

Wikipédia :
Alexander McQueen

Alexander McQueen, né Lee Alexander McQueen, né le 17 mars 1969 (ou le 16 selon wiki english) et mort le 11 février 2010 à Londres, est un créateur de mode britannique.
...........

===================

pour lui sa situation ne dit rien de flagrant (né 16 ou 17 mars 1969). il est en jour et période neutre au moment du suicide, hormis l'approche de la date anniversaire un peu plus d'un mois... et l'entrée dans la période critique septennale des 42 ans dans six mois (octobre 2010)

il a été retrouvé apparemment pendu à son domicile. sa mère est décédée quelques jours avant ce qui semble l'avoir considérablement perturbé, et peut-être précipité une grosse dépression...

si 16 mars il serait un natif du dimanche.

==========================================

PurePeople apporte une autre donnée :
" Ce geste intervient trois ans après le suicide de sa meilleure amie Isabella Blow."

et on peut donc aller voir là aussi la situation :

Isabella Blow (19 November 1958 – 7 May 2007) was an English magazine editor and international style icon. The muse of hat designer Philip Treacy, she is credited with discovering the models Stella Tennant and Sophie Dahl as well as the fashion designer Alexander McQueen.
............
Illness
Toward the end of her life, Blow had become seriously depressed ....
........................
Other pressures included money problems (Blow was disinherited by her father in 1994)
During the couple's separation, Blow was diagnosed with a bipolar disorder and began undergoing electroshock therapy. For a time, the treatments appeared to be helpful. After an eighteen month separation, Isabella and Detmar Blow were reconciled. Soon after, she was diagnosed with ovarian cancer.

Depressed over her waning celebrity status and her cancer diagnosis, Blow began telling friends that she was suicidal. In 2006, Blow attempted suicide with an overdose of sleeping pills. Later that year, Blow again attempted suicide by jumping from the Hammersmith Flyover, which resulted in her breaking both ankles.

In 2007, Blow made several more suicide attempts by driving her car into the rear of a truck, by attempting to obtain horse tranquilizers, by drowning in a lake and by overdosing while on a beach in India.

Death
On May 6, 2007, during a weekend house party at Hilles, where the guests included Treacy and his life partner, Stefan Bartlett, Blow announced that she was going shopping. Instead, she was later discovered collapsed on a bathroom floor by her sister Lavinia and was taken to Gloucestershire Royal Hospital, where Blow told the doctor she had drunk the weedkiller Paraquat.[ Blow died at the hospital the following day.

=================================

c'est aussi un jour de suicide neutre pour Isabella Blow, après plusieurs tentatives si j'ai bien suivi, ici par contre en pleine période critique septennale des 49 ans, y compris son cancer. il semble s'agir d'une dépression septennale carabinée...
(sa période critique septennale des 49 ans allait de juin 2007 (elle s'est donc suicidée à l'entrée dans cette période) et jusqu'en novembre 2008)
on peut noter encore qu'elle a probablement été déshéritée par son père en 1994 par suite de ses péripéties liées au passage dans la période critique septennale des 35 ans...

Le trouble bipolaire est souvent étroitement lié aux cycles psychiques et émotionnels hebdomadaire et septennal, jours et périodes critiques étant généralement les "down" et moins souvent les "up"...