bonjour !

à sa lecture et de prime abord, mon blog peut parfois paraître comme un blog-feuilleton des drames et faits divers...  ce n'est pas tout à fait sa vocation et n'omettez donc pas de vous intéresser aux différentes pages d'accueil : elles en sont peut-être même la partie la plus importante.
je tente en effet, de diverses manières, à travers elles, d'expliquer ma théorie des rythmes et cycles, et surtout j'essaie d'expliquer de quelle manière on pourrait prévenir et mieux gérer beaucoup de problèmes...

les drames et faits divers que j'ai relevés - mais c'est le cas pour la majorité des faits et choses remarquables qui arrivent aux humains et donc nous arrivent, ont un lien insoupçonné, pour l'instant, avec la chronologie de certains rythmes et cycles physiques et psychiques humains.
ce sont les similitudes dans cette chronologie des faits divers de l'actualité qui m'ont "mis la puce à l'oreille" : on y retrouve en effet très fréquemment les mêmes éléments, ou des éléments équivalents, lorsqu'il s'agit par exemple des différentes périodes critiques septennales ou d'un jour critique émotionnel...

nos jours et périodes critiques sont en quelque sorte "la porte ouverte et l'incitation" à l'action, et nous allons être encouragés voire poussés à agir, un peu comme si nous étions "dopés"... : c'est ce qui fait que jours et périodes critiques sont très fréquemment présents et en cause, lors de toutes sortes d'initiatives et comportements, allant généralement dans un sens profitable pour nous, mais aussi, en cas de panne ou d'incompréhension, dans le sens d'un conflit voire d'un drame, d'une dépression...

ce mécanisme - qui est selon moi une "pulsation du vivant" - fonctionne aujourd'hui et depuis toujours, chez l'humain, plus ou moins à notre insunos vies changeront probablement une fois que les rythmes et cycles qui nous influencent seront pris en compte. c'est un peu comme si, au lieu de nous laisser transporter ou pire nager parfois à contre-courant, une énergie sera alors utilisée à meilleur escient, à nager avec le courant... celui-ci étant mis à notre profit...

étant rappelé qu'il s'agit probablement d'un mécanisme hormonal, endogène, qui induit des pulsations rythmiques liées à une horloge interne de notre organisme. (donc pas de rapport avec de l'astrologie ou de la numérologie). ces pulsations provoquent un effet de pulsions associé, pour plus d'efficacité, à une désinhibition : cela va nous donner envie d'agir et simultanément atténuer nos réticences. ce mécanisme permet aussi de mieux cerner certains drames où l'on se demande comment ils sont possibles, certains épisodes critiques de nos rythmes et cycles étant des éléments déclencheurs ou "faciliteurs". les drames graves qui font l'actualité sont en effet souvent des drames liés aux cycles humains dont il est question ici : ils ont tendance à arriver en épisode critique parce que nous sommes alors à la fois "poussés et (surtout) désinhibés".


l'observation de nos rythmes et cycles physiques et psychiques est très intéressante car elle nous permet de savoir à quel moment les humains (qui sont fondamentalement bons, comme disait quelqu'un), peuvent devenir - plus ou moins gravement - tristes et déprimés... fragilisés ou imprudents, mais aussi parfois "bêtes et méchants", violents... peuvent devenir car ce n'est, fort heureusement, pas systématique... mais fonction, des circonstances et de leur état du moment..., de la volonté, aussi... mais quand cela arrive c'est souvent lors de certaines de nos fenêtres cycliques... "portes (ou fenêtres :-) ouvertes" permettant cela, voire étant en partie la cause de cela, en raison de ce mécanisme de pulsions et de désinhibition.... 
en quelque sorte, un drame humain ne peut le plus souvent arriver que lorsque nos barrières sont ouvertes... 

dit autrement encore 

cette découverte est inédite et très importante car elle tend à expliquer que les drames humains (violences, suicides, etc...) (mais aussi bien d'autres faits et comportements) ont surtout tendance à pouvoir arriver lorsque la personne (auteur ou parfois aussi victime) se trouve dans un jour ou un épisode critique de ses rythmes et cycles psychiques : en dehors d'un tel épisode il y a beaucoup moins de risque qu'un drame puisse éclater.



pourquoi ? en jour ou épisode critique un mécanisme tout naturel (probablement hormonal) fait que nous sommes "poussés" à l'action, à la réaction, et en même temps (et surtout) - pour plus d'efficacité - nous sommes désinhibés - çàd que nos barrières que sont nos inhibitions naturelles et habituelles, ces inhibitions qui par exemple nous freinent lorsque nous sommes sur le point d'avoir une réaction violente, ces inhibitions vont être levées : nous n'avons alors momentanément plus de freins.