dimanche 12 juin 2016

vengeance

La vengeance d'un père devant les assises du Maine-et-Loire Olivier Lebrun comparaît à partir de demain devant les assises du Maine-et-Loire pour l'assassinat de l'ex-nounou de son fils, victime du syndrome du bébé secoué. Il soupçonnait cette femme d'avoir maltraité l'enfant. Toute la journée, il avait affûté ses armes à la meuleuse. Puis annoncé à sa femme, à l'heure du dîner, qu'il allait tuer leur ancienne nounou -- ce qu'il fit le lendemain matin, le 16 avril 2013. Un assassinat, minutieusement préparé, que s'apprête à examiner toute la semaine la cour d'assises du Maine-et-Loire. Et avec lui, la douleur et le ressentiment d'un père, devenus moteur de l'irréparable. Car depuis le box des accusés, Olivier Lebrun, 49 ans, compte bien instruire le procès de sa victime, une femme qu'il a toujours suspectée d'avoir maltraité son fils Nino, victime du syndrome du bébé secoué et désormais aveugle. Un drame qui se noue en avril 2011, alors que Nino n'a que 6 mois et vient d'être confié à la garde de Nelly Le Bouard, 51 ans, une assistante maternelle idéalement installée dans la même rue que Sophie et Olivier Lebrun à Savennières, près d'Angers. Mais, très vite, le comportement du nourrisson alerte : vomissements, pleurs incessants... A l'hôpital, le verdict tombe comme un couperet. L'enquête de police, elle, est plus laborieuse. Faute de pouvoir dater et dénombrer les épisodes de violence contre Nino, l'enfant est d'abord placé, les gendarmes suspectant aussi Olivier Lebrun. Une situation que l'intéressé -- à l'époque en arrêt maladie pour dépression -- supporte très mal, persuadé que Nelly Le Bouard est volontairement épargnée par les enquêteurs. « Les faits sont survenus dans un contexte très lourd, deux ans jour pour jour après l'hospitalisation de Nino, rappelle M e Mathias Jarry, avocat d'Olivier Lebrun. Il a très mal vécu l'absence de réponse judiciaire et s'est dit : On m'a lâché. (...)
http://www.leparisien.fr/faits-divers/la-vengeance-d-un-pere-12-06-2016-5875383.php
290962-160413
====================
(pas de données sauf l'hospitalisation du bébé qui correspond au jour critique émotionnel E8 de la nounou (50 ans et 7 mois) - à voir éventl. situation du bébé et du père le jour des drames) 

édit : "l'enquête sur l'origine de ce syndrome du bébé secoué diagnostiqué le 13 avril 2011, quelques jours seulement après que Nelly Le Bouard s'est vu confier la garde du petit garçon."
http://www.leparisien.fr/faits-divers/l-obsession-d-un-pere-17-06-2016-5891817.php

situation de la nounou  :
 avril 2011 (29/09/1962) 
Sa 9 E(1)
Di 10
Lu 11
Ma 12 P(18)
Me 13 P(19)
Je 14 I(9)
Ve 15
Sa 16 E(8)

Aucun commentaire: